A ne pas manquer : Les cours de guitare en vidéo, plus de 15h de cours professionnels gratuits !
RSS T4A Pinterest T4A Youtube T4A Twitter T4A Facebook T4A Google+

Le tapping pour les débutants

Besoin d'aide à propos de ce cours de guitare ?Aide
Sauvergarder ce coursSauvegarder
Un cours pour les débutants qui n'y connaissent rien en tapping, histoire d'apprendre les bases de cette technique, et la théorie qui se cache derrière pour créer de beaux plans en tapping.

Prérequis pour ce cours : Legato : hammer-on et pull-off (débutant),
Travailler ce cours : Aucun




Vous aimez ? Abonnez-vous sur notre chaine YouTube !

Bienvenue dans ce cours dédié au tapping pour les débutants, cours qui vous sera utile si vous souhaitez vous lancer dans cette technique souvent synonyme de solos à la guitare électrique et de coupes de cheveux datant des années 80. Le travail sera effectué principalement par la main droite (pour les droitiers), mais attention car vous aurez besoin d'une bonne maitrise du legato à la main gauche !

Pour débuter dans tout ça en douceur, nous allons découper ce cours en trois parties. Dans la première partie nous allons juste présenter le tapping, montrer quelques exemples pour voir à quoi ça ressemble et comment ça sonne, ainsi que l'écriture de ce effet. Dans la deuxième partie nous détaillerons la technique histoire d'apprendre les bons mouvements à effectuer. Et pour finir nous ferons une troisième partie théorique pour voir comment construire des plans typiques en tapping.

Présentation du tapping

Petite introduction au tapping

Pour résumer la technique du tapping, on peut dire que c'est tout simplement la main droite (celle qui gratte normalement) qui va venir "taper" des notes sur le manche, généralement des notes qui seraient difficiles à atteindre à la main gauche. Comme pour beaucoup de techniques, le tapping a une sonorité très particulière, qu'on ne peut pas imiter avec d'autres techniques. De plus les enchainements de notes que l'on peut réaliser en tapping sont généralement très difficiles à faire sans cette technique.

Des années 80 à nos jours

La technique est apparue à la base sur guitare électrique, et elle a été popularisée par Eddie Van Halen, avec le célèbre morceau Eruption. Depuis elle a également migré sur guitare acoustique et sur basse, mais son origine reste ancrée dans les solos électriques des années 80. Aujourd'hui on ne s'intéressera qu'aux bases du tapping pour les débutants, donc on ne verra toutes les évolutions qui ont été faite depuis cette époque.

L'importance du legato

Le mouvement que l'on devra faire à la main droite est très similaire à la technique de hammer-on et de pull-off de la main gauche, et on détaillera ça dans la deuxième partie. Il faut cependant noter que, lorsque la main droite fait du tapping, elle n'est plus vraiment disponible pour gratter des notes comme elle le fait habituellement. Du coup on sera obligé de faire beaucoup de legato à la main gauche, et si vous n'êtes pas à l'aise avec cette technique, vous n'arriverez pas à grand chose en tapping. Travaillez donc bien le legato à la main gauche, les hammer-on et pull-off avant de vous lancer dans ce cours.

Attention à la propreté

Toujours sur le sujet de la main droite, en temps normal elle a pour rôle de gratter les cordes, mais elle a aussi un rôle important à jouer dans la propreté, puisque c'est souvent elle qui va venir étouffer les cordes indésirables. Hors, encore une fois, quand on fait du tapping la main droite n'est plus disponible pour gérer tout ça. Du coup la propreté sera difficile à gérer en tapping. Sur les exemples simples que nous verrons aujourd'hui ça devrait passer sans trop de problèmes, mais soyez prévenus que la propreté est une des grosses difficultés du tapping, et on en reparlera en détail quand nous avancerons vers des exercices plus complexes.

L'écriture du tapping

Le tapping s'écrit de façon assez simple sur les tablatures. Dans le cas des tablatures texte, on a juste un "t" qui vient précéder la note qui va être tapée :

Exemple tapping tablature texte

Dans cet exemple on devra taper la case 12 de la corde de mi aigue avec la main droite.

Dans le cas d'une tablature graphique, le "t" sera généralement situé au dessus de la note à taper :

Exemple tapping tablature graphique

Il y a d'autres variations de cette écriture : on entourera parfois la case à taper. Vous remarquerez souvent sur ces tablatures qu'on retrouve la liaison propre au legato, puisque le tapping n'est en fait qu'une version "étendue" du legato, qui vient utiliser un doigt de la main droite plutôt que de se contenter de la main gauche. Mais dans la plupart des cas, une note qui doit être tapée se reconnait facilement vu que les notes sont généralement inaccessibles pour la main gauche.

 

Détaillons ce qu'il faut faire

Nous allons maintenant prendre un petit plan en tapping et détailler précisément les mouvements à effectuer pour le réaliser, et on détaillera toutes les astuces techniques, les positions et les conseils pour y arriver dans la deuxième partie. Cet exemple est juste là pour vous faire comprendre comment le tapping fonctionne, pas pour le travailler directement.

Exemple tapping

Dans ce plan, on voit bien que la main gauche n'aura pas assez d'écarts pour jouer la case 5, la case 8 et la case 12 suffisament rapidement. On va donc commencer par taper la case 12 avec la main droite. Une fois que cette note est tapée, il faut que le petit doigt de la main gauche soit déjà placé en case 8. De cette façon là, la main droite peut faire un pull-off afin de faire sonner la case 8. Le petit doigt de la main gauche va ensuite faire un pull-off vers la case 5 qui sera jouée avec l'index. Une fois qu'on est là, on fera un hammer-on avec le petit doigt de la main gauche en case 8, et on a plus qu'à recommencer avec un tapping de la main droite en case 12.

Pour résumer

C'est donc le concept du tapping : on a des notes jouées en legato à la main gauche, et de temps en temps on aura une note qui sera tapée par la main droite, puis relacher. Cet exemple reste simple à mettre en oeuvre, mais on aura des cas de tapping beaucoup plus complexes par la suite, nécessitant un très bon legato à la main gauche. Donc je le redis : travaillez bien votre legato à la main gauche. Et quand ce sera fait, vous pourrez passer à la deuxième partie histoire qu'on détaille ensembles la technique utilisée à la main droite.

La technique

Pour bien travailler cette technique, on va travailler ensembles l'exemple que je vous ai donné dans la première partie.

Quel doigt utiliser ?

La première question qu'il faut se poser pour faire du tapping, c'est : "quel doigt va t'on utiliser à la main droite ?". On a quatre doigts de disponibles (sans compter le pouce), et on a généralement un médiator qui se balade là-dedans. On va commencer par oublier tout de suite l'annulaire et le petit-doigt, ils ne sont vraiment pas assez précis et puissants pour commencer le tapping, on les incorporera dans cette technique beaucoup plus tard. Il nous reste donc le choix entre l'index et le majeur.

Le problème du médiator

C'est un choix avant tout personnel, on peut faire du tapping avec ces deux doigts sans problème, et ça ne change rien à la technique en elle même. Le truc auquel il faut penser, c'est qu'un plan en tapping sera souvent au milieu d'un morceau ou nous aurons besoin de notre médiator, qui est généralement tenu entre le pouce et l'index. Si on utilise le majeur, on peut donc garder tranquillement notre médiator entre le pouce et l'index. Si on veut utiliser l'index, il faudra trouver un moyen de se débarasser du médiator pour libérer l'index. On peut tout simplement le jeter, ce qui n'est pas une très bonne idée vu qu'il faudra le récupérer après, ou alors vous pouvez essayer de "planquer" votre médiator entre les autres doigts. Trouvez une technique qui vous permet de coincer le médiator quelque part dans la main, avec le majeur par exemple, et qui vous permet de passer facilement d'un plan en médiator à un plan en tapping. Dans tous les cas, expérimentez un peu pour voir avec quel doigt vous êtes le plus à l'aise, il n'y a aucune contre-indication.

Le "hammer-on"

Une fois qu'on a choisi notre doigt, il va devoir taper sur la corde. Le mouvement est exactement le même que pour un hammer-on à la main gauche : on va taper sur la corde, le plus proche possible de la frette, le plus vite possible, et on laisse le doigt appuyé pour faire sonner la note. Si vous êtes déjà à l'aise avec le hammer-on à la main gauche, vous n'aurez aucun soucis pour réussir les hammer-on à la main droite.

Le doigt arrondi ou tendu ?

Au niveau du doigt en lui même, vous pouvez taper avec le doigt arrondi (comme à la main gauche), ou alors vous pouvez aussi taper avec le doigt tendu. Les deux techniques sont possibles, il y a juste une petite contre-indication : si vous voulez faire du tapping plus complexe par la suite, il vaut mieux taper avec le doigt arrondi, vous aurez une meilleure position pour utiliser les autres doigts en tapping. Donc en cas de doute, essayez de taper avec le doigt bien arrondi, vous n'aurez pas de problème.

Le "pull-off"

Une fois que le tapping (ou hammer-on si vous préférez) est fait, il faudra enlever le doigt de la corde, tout en la faisant vibrer pour faire sonner la note suivante. Il ne faut pas se contenter de bêtement retirer le doigt de la corde, sinon elle ne sonnera pas assez fort, il faut vraiment la mettre en vibration en la quittant. Pour ça il y a deux mouvements que l'on peut faire, les deux étant similaires. Le premier consiste tout simplement à retirer le doigt en le repliant vers l'intérieur de la main. De cette façon là vous allez "gratter" la corde en enlevant le doigt, ce qui la fera sonner. L'autre solution, c'est au contraire de "déplier" le doigt, vers l'extérieur de la main, ce qui aura le même effet de "grattage" de corde. Les deux fonctionnent très bien, c'est juste une question de gouts. Certains guitaristes préfèrent replier le doigt vers l'intérieur, d'autres préfèrent le déplier vers l'extérieur. Il n'y a aucune différence de sonorité ou musicale, choisissez un sens et travaillez toujours dans ce sens, il n'y a pas ou peu d'intérêt à travailler dans les deux sens.

La position de la main

Tout ça, c'est donc le mouvement que va effectuer le doigt. Mais il faut aussi se poser la question de la position de la main droite. Là il y a plusieurs écoles, et il n'y en a pas vraiment une qui soit meilleure que les autres, c'est surtout une question d'avantages/inconvénients.

Le pouce sur le manche

On vous conseillera par exemple de poser le pouce sur le haut du manche. L'avantage, c'est qu'avec le pouce ancré sur le manche vous aurez une excellente stabilité de la main, et donc une bien meilleure précision. Vous pourrez ainsi effectuer des plans complexes ou très rapides sans avoir la main qui flotte et qui perds en précision. L'inconvénient, c'est que vous ne pouvez pas faire ça si vous avez gardé votre médiator entre le pouce et l'index. Vous serez donc obligé de trouver une astuce pour s'en débarasser.

La paume sur le manche

Mais ce n'est pas la seule solution. Si vous gardez le médiator entre le pouce et l'index (ou pas), vous pouvez utiliser plutôt la partie de la paume située sous le pouce, que vous viendrez poser sur le haut du manche, au lieu de poser directement le pouce. Là encore, ça vous donnera un très bon point d'appui, vous aurez une bonne stabilité et une bonne précision.

La main "en l'air"

Pour finir, vous pourez aussi laisser la main "en l'air", sans contact avec le manche. L'avantage, c'est que votre main droite sera beaucoup plus libre, et vous pourrez faire des plans très complexes qui nécessitent beaucoup de mouvements sans être "freiné" par votre point d'appui. L'inconvénient, c'est que vous allez perdre en précision : le moindre mouvement du manche ne sera pas "suivi" par la main droite, et vous risquez donc de faire des fausses notes.

A vous de voir quelle position vous préférez, dans laquelle vous êtes le plus à l'aise.

Pour résumer les mouvements à effectuer

Maintenant qu'on a bien compris le mouvement de la main droite, on peut l'appliquer à notre exemple vu plus tôt. On va donc :

  • préparez les doigts de la main gauche : petit doigt la case 8, index sur la case 5
  • taper la case 12 avec la main droite (avec le doigt que vous voulez)
  • faites un pull-off avec la main droite pour faire sonner la case 8 (vers l'intérieur ou l'extérieur)
  • faites un pull-off avec le petit doigt de la main gauche pour faire sonner la case 5
  • faites un hammer-on avec le petit doigt de la main gauche sur la case 8
  • recommencez tout ça

La théorie

On vient de voir un exemple de plan en tapping, mais il en existe des dizaines d'autres que l'on peut travailler, même en temps que débutant. Dans cette troisième partie on va donc en voir quelques-uns, mais on va surtout apprendre comment les construire d'un point de vue théorique. Ca vous demandera donc quelques connaissances en harmonie pour tout comprendre, il faudra notamment savoir retrouver ses notes sur le manche et connaitre un peu de construction d'accords. Si vous n'y connaissez rien en harmonie, vous n'avez qu'à travailler les exemples donnés tels quels !

Les triades

Pour créer des plans en tapping, on va en fait se baser sur des accords, principalement majeurs et mineurs. Ces accords contiennent seulement trois notes, ce qu'on appelle la triade, qui sont : la fondamentale, la tierce (majeure ou mineure), et la quinte juste.

C'est un la mineur !

Si on analyse l'exemple vu dans la partie précédente, on se rends compte que les trois notes jouées sont en fait un la (case 5), un do (case 8) et un mi (case 12). Et si on s'y connait un peu en harmonie, on se rends compte que ça correspond aux notes de l'accord de la mineur. Ce plan était donc basé sur un accord de la mineur, qu'on a tout simplement joué en tapping.

Et pour un do majeur ?

Vous pouvez en fait prendre n'importe quel accord majeur ou mineur, retrouver les notes sur le manche et les jouer en tapping de la même façon qu'on a joué notre la mineur. Si on prends par exemple un accord de do majeur, qui contient les notes do mi et sol, et qu'on va vouloir jouer sur la corde de mi aigu. On va retrouver le do et le mi sur les mêmes cases que dans le la mineur : respectivement la case 8 et la case 12. On va juste ajouter le sol, qui sera joué en case 15, et c'est cette note là qui sera tapée par la main droite.

Renversons les triades

Pour aller plus loin, on peut "renverser" ces triades. C'est à dire qu'on est pas obligé de jouer les notes dans le même ordre. Au lieu de jouer la do mi, avec la comme note la plus grave et mi comme note la plus aigue, on peut jouer do mi la, avec do comme note la plus grave et la comme note la plus aigue. Ca reste un accord de la mineur, mais il est "renversé", et ça nous donne donc encore plus de possibilités de tapping pour un même accord.

Et si on change juste une note ?

Voyons un exemple concret, très couramment utilisé : on va reprendre notre triade de la mineur, jouée sur les case 5 8 et 12 (c'est à dire sans renversement). On va juste changer la case 12 et la remplacer par la case 13. On se retrouve donc avec les notes la-do-fa, au lieu de la-do-mi. Et la-do-fa, ce n'est plus une triade de la mineur. C'est en fait une triade de fa majeur qui contient les notes fa-la-do, mais renversée. Bien évidemment, ça demande un peu d'expérience en analyse d'accord pour repérer ça au premier coup d'oeil, mais ce n'est pas le sujet de ce cours.

Enchainons les triades

Ce qui est intéressant, c'est que si on enchaine le tapping sur la triade de la mineur (case 5-8-12) avec la triade de fa majeur renversée (case 5-8-13), il n'y a qu'une seule note qui change. Ca fait un changement d'accord très mélodique, pas brutal du tout, qui passe très bien à l'écoute. Et on peut évidemment ne pas s'arrêter là et enchainer d'autres accords, soit en changeant une seule note dans notre plan, soit en changeant plus de notes. On peut se retrouver à jouer des grilles d'accords complètes de cette façon là.

Pour conclure cette histoire de triades

Tout ça c'est l'essentiel à savoir pour trouver des positions en tapping. C'est un gros travail d'exploration, parce qu'il y a beaucoup d'accords que l'on peut enchainer, plein de façon de les enchainer, mais si on apprends à faire ça on peut facilement créer des plans en tapping qui sonnent bien, et qui s'intégrent facilement dans un solo ou dans un morceau. Et tous ces plans forment des excellents exercices pour s'entrainer au tapping.

L'ordre dans lequel jouer les notes

Mais on ne va pas s'arrêter là dans la théorie. On a vu comment trouver des triades sur le manche dans des positions propres au tapping, ce qui nous donne trois cases différentes à jouer. Mais la question qu'on peut maintenant se poser c'est : dans quel ordre jouer ces trois cases ? Si on reprends notre triade de la mineur, en cases 5, 8 et 12, qui correspondent aux notes la-do-mi. Lorsqu'on a joué le plan en tapping, on a commencé par le mi, en case 12, puis on a joué le do en case 8, ensuite le la en case 5, et on a fini avec le do en case 8, avant de tout recommencer. On a donc appliqué un "schéma" sur nos trois cases, qui nous donnent l'ordre dans lequel les jouer.

Un autre schéma

Des "schémas" comme ça, on peut en trouver beaucoup d'autres. On peut par exemple se contenter de jouer les cases 12-8-5, et de recommencer sans jouer la case 8 entre temps. Ca reste les mêmes notes, c'est toujours la même triade de la mineur, mais on a enchainé les notes dans un ordre différent, et ça donne une sonorité différente.

Et encore un autre

On peut continuer avec d'autres exemples : 12-5-8-5. C'est un nouveau "schéma", qui sonne encore différement des deux schémas précédents.

Trouvez en d'autres !

Evidemment si on réfléchit un peu, on se rends compte qu'il y a plein de façons différentes d'enchainer ces 3 cases. Il n'y a pas vraiment de "bons" ou de "mauvais" sens pour les enchainer, on peut faire à peu près tout ce qu'on veut, il y en aura juste certains qui seront plus difficiles que d'autres. N'hésitez pas à explorer tout ça pour trouver des nouveaux enchainements, de façon à avoir des nouvelles sonorités, essayez tout ça longuement et laissez libre cours à votre imagination.

Explorez tout ça !

En cumulant tout ça, on se rends compte qu'on peut enchainer plein de triades différentes, renversées ou non, avec plein de schémas différents, et ça nous donne un nombre incalculable de possibilités. Et évidemment, tout ça ce n'est que le début : on pourra par la suite utiliser des triades différentes, ou des accords à quatre sons, utiliser plus de doigts à la main droite, faire des slides ou même des bends. Bref les possibilités en tapping sont très vastes, donc allez y lentement, commencez par bien maitriser le mouvement de la main droite sur ces exemples simples, et on abordera des choses plus complexes par la suite.

Commentaires