Aller au contenu
  • billets
    58
  • commentaires
    634
  • vues
    70 344

Faites de la musique.

Lestael

1 252 vues

Bonsoir....

 

Bonsoir....

 

Voici un petit billet un peu particulier, qui vise à recentrer un peu notre passion.

 

 

Il y a longtemps que j'avais envie de le faire... et puis, divers échanges sur le forum m'ont décidé à me lancer. En espérant apporter un peu d'aide par le partage de ma modeste expérience.

 

Je fréquente ce forum depuis un p'tit moment déjà... et je constate une chose : beaucoup de questions sont orientées vers la technique. Même lorsque un "morceau" est présenté, les attentes sont très majoritairement orientées sur des commentaires techniques. A tel point que j'ai parfois le sentiment qu'une chose essentielle est perdue de vue : notre but est de faire de la musique.

 

 

Bien entendu, chacun d'entre nous a des objectifs différents :

 

- le premier voudra faire des reprises de ses groupes favoris,

 

- le second veut composer

 

- le troisième veut improviser....

 

 

Mais tout cela revient toujours à un seul et unique fondamental : la musique.

 

 

Alors oui... Il faut une certaine technique, un certain savoir faire, et certaines connaissances, correspondant, bien entendu, au but visé (la personne souhaitant reprendre « Here's to you » autour d'un feu, avec des amis, n'a pas les mêmes besoins techniques et théoriques que celle qui veut se lancer dans une impro jazz en guitare percussive....)

 

 

Attention, que les choses soient bien claires : à aucun moment je ne dis ni ne pense que la technique et la musicalité sont opposées... BIEN AU CONTRAIRE. Elles sont pour moi très complémentaires et ne peuvent aller l'une sans l'autre. Mais tout est une question de dosage, d'équilibre... et en tout état de cause, la musicalité doit primer.

 

 

Ainsi, pour la suite de ce billet, je ferai une distinction entre deux termes que le langage commun ne fait pas : je vais distinguer « jouer » et « interpréter ». Je ne vais peut être pas les utiliser dans leur vrai sens, mais je vais vous en donner la signification utilisée dans ce billet :

 

- jouer : faire sur l'instrument ce qui est écrit sur la partition / tablature / grille d'accord.

 

- interpréter : apporter une dimension musicale et émotionnelle à ce qui est joué.

 

 

Et c'est là qu'est toute la difficulté de l'art : transformer la technique en musique... Cette difficulté se pose à tout le monde, à tous les niveaux... que ce soit l'apprenti Robert Johnson ou le disciple de Steve Vai.... tous doivent dans un premier temps se confronter à une phase d'apprentissage... puis à une de transformation de l'acquis en musique.

 

 

Que l'on apprenne un morceau (« Here's to you » ou le solo de « For The Love Of God ») une technique (le tapping, ou les accords) ou encore une gamme, il faut, avant de pouvoir en faire de la musique, avoir une bonne maîtrise de ce qui a été appris. Pour cela, pas de secret : il faut déchiffrer, décrypter.... travailler lentement.... accélérer peu à peu … et puis jouer, jouer jouer et jouer encore.

 

 

Une fois que ce travail est fait, enfin, on peut interpréter, y mettre de la musique, de l'émotion... donner sa version de la chose....

 

 

Pour le morceau, ce sera peut être des fluctuations rythmiques, des renversements d'accords, pour le solo, peut être des variations sur les thèmes, ou, pourquoi pas, le réécrire complètement, et pour la technique, l'intégrer dans son jeu et l'utiliser autrement que sur les exercices qu'on a travaillé.... Pour l'ensemble, ce sera toute partie de nous, de nos émotions et de celles qu'on veut partager qu'on insufflera au morceau/solo/technique. Et les moyens d'y parvenir sont aussi divers et variés que nombreux.

 

 

Et étrangement.... ce passage du travail technique à la musicalité se travaille aussi... Il faut de l'entraînement. Essayez, quand vous venez d'apprendre une gamme, de vous lancer à créer des mélodies... Vous constaterez que les premières tentatives ne seront pas fameuses.

 

 

Pourquoi ? Parce que jouer une gamme, c'est enchaîner les notes dans un ordre donné, dont le seul but est de vous familiariser avec la gamme... Alors vous l'apprenez dans son ordre naturel, par modes, éventuellement, en la jouant brisée, ou par tierces, quartes ou quintes.... ou de toutes autres façon, mais en général assez schématiquement. Interpréter une mélodie (dans le sens large du terme) signifie que vous allez utiliser cette gamme, mais pas de la même façon que lorsque vous l'avez travaillée : vous n'utiliserez qu'une partie des notes, dans des mouvements pas obligatoirement symétriques, et dans un but tout autre : susciter des émotions.

 

 

Il faut donc travailler autrement, différemment....

 

 

Une méthode que j'utilise, pour travailler mes gammes musicalement, est de jouer seul... sans accompagnement.... en utilisant tout le manche de ma guitare, et en cherchant à retranscrire une atmosphère, une ambiance, une émotion. Dans cet « exercice » je viens placer les accords que j'imagine être en soutient de ma mélodie, mais sans suivre de schéma particulier.... (C'est à dire que je ne m'évertue pas à jouer sur une grille donnée... ça c'est le travail de préparation d'une improvisation.... Là, le but est de se familiariser avec le rapport entre la gamme et l'accord...)

 

Ainsi, après une mélodie, je place l'accord qui, selon moi, était derrière la mélodie.... parfois je me rends compte que je tombe bien, parfois que ça ne sonne pas correctement, ou pas comme je le pensais.... Parfois, une fois l'accord plaqué, je joue la mélodie que j'ai en tête....

 

 

Bien sûr, 99 % du temps, j'utilise les accords issus de la gamme que j'utilise pour travailler mon interprétation.... Mais pas tout le temps... tout dépend de l'ambiance que je veux donner....

 

 

Tout au long de l'exercice, il faut faire attention à ce qu'on joue : faire des phrases musicales, laisser respirer ce qu'on joue, faire passer une émotion (et donc utiliser tout ce que l'on connaît pour ça : rythme, vélocité, liaisons, attaques, etc etc etc....) Et pourquoi pas, au fur et à mesure des progrès d'ajouter des notes extérieures à cette gamme... (mais en sachant lesquelles, et à quel endroit, et pourquoi....) toujours, bien sûr, dans un travail tendant à la musicalité.

 

 

 

C'est un travail difficile mais complémentaire du précédent (apprendre la gamme) et gratifiant, puisqu'il permet non seulement de voir l'utilisation de ce qu'on a appris, mais aussi parce qu'on ressent une sorte de plénitude due à l'aboutissement de nos efforts.

 

 

Il est bien entendu que le schéma expliqué par cet exemple peut être adapté à tout le reste. Il est aussi bien entendu que c'est une méthode que j'utilise, que je pense me convenir, et que ce n'est peut être pas le cas pour tout le monde, et que cette solution n''est ni la seule, ni la meilleure.... Mais elle semble fonctionner pour moi.

 

 

Evidement, plus vous serez débutant, plus ce sera difficile... mais dites vous que plus vous aurez appris, moins ce travail d'utilisation musicale sera long, votre expérience vous apportant beaucoup.

 

 

Vous enregistrer vous aidera beaucoup.... Travaillez, enregistrez... laissez reposer... continuer à travailler un peu.... et plus tard, écoutez.... analysez ce qui vous plaît, ce qui vous déplaît, cherchez à comprendre....

 

 

Peut-être vous rendrez-vous compte alors que votre jeu est hésitant.... et que vous ne maîtrisez pas suffisamment un aspect technique pur... Ou que vous ne parvenez pas à retranscrire ce que vous avez en tête, ou que, au contraire, tout ce que vous avez interprété est exactement ce que vous vouliez faire.

 

 

Il est bon aussi de faire écouter votre travail. Une oreille extérieure, parfois plus aguerrie, mais aussi parfois plus « innocente » peut fournir un avis très constructif, et vous ouvrir des perspectives que vous n'imaginiez pas, ou vous donner des pistes de travail.

 

 

Cependant, et j'insiste sur ce point, si vous choisissez de partager, dites-vous bien qu'il faut respecter les personnes qui ont pris la peine de vous écouter, et de vous laisser un commentaire (de même qu'eux doivent respecter le travail que vous avez fourni.) Nous sommes tous différents, nous avons tous un vécu différent, et donc nous ressentons tous les choses différemment... Ce qui vous plaît et vous semble très musical ne touchera probablement pas d'autres personnes... Acceptez les avis différents et les ressentis différents du vôtre avec humilité, posez-vous les bonnes questions et surtout dites-vous que l'avis n'est là que pour vous aider à progresser. Si vous cherchez juste à ce qu'on vous dise : « c'est génial, t'es le meilleur » peut-être devriez vous faire autre chose que de la musique.

 

 

La musicalité est tout ce qu'il y a de plus subjectif... Je trouve autant de musicalité chez Steve Vai que chez Muddy Waters, et aucune chez Ingwie Malmsteem. D'autres pensent que les deux métalleux ne sont que des astiqueurs de manche alors que le bluesman est impressionnant de « feeling ».... ou l'inverse... Aucun n'a « raison », aucun n'a « tort ».... Les goûts sont personnels à chacun... il faut l'accepter, et ne chercher qu'à progresser dans la voie qui nous plaît le plus.... Tout en gardant en tête que le but ultime est de « faire de la musique » et de prendre du plaisir.



5 Commentaires


Commentaires recommandés

Super post, je rajouterai que l on a tendance a enregistrer trop vite apres l apprentissage d un morceau et que du coup c est pas naturel. Il faut du temps pour que le morceau soit maitrise de facon presque naturelle. Athena m avais donne une astuce que je suis le plus possible a la lettre c est de ce donner comme objectif de maitriser un morceau a 105 ou 110% de son tempo original sa permet d etre beaucoup beaucoup plus confortable a 100% en plus de travailler plus longtemps le morceau.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Je n'avais pas réagi à ta remarque, Fredi (pardonne moi).... Et je suis tout à fait d'accord avec toi.

Trop souvent, j'ai le sentiment que beaucoup de personnes pensent être au bout du chemin quand ils ont réussi à passer une fois le morceau, avec des hésitations.... ou sans d'ailleurs. Alors qu'en y regardant de plus près, ils n'ont fait que la moitié: la mémorisation.

 

Je pense que c'est dû soit à un manque de pratique, soit à un manque de recul : prendre le temps de laisser se reposer les choses, et écouter un peu plus tard. Hélas, nous sommes dans une société de l'immédiat....

 

En tout cas, merci à tous pour vos comms.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Veuillez vous connecter pour commenter

Vous pourrez laisser un commentaire après vous êtes connecté.



Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...