Aller au contenu
  • billets
    10
  • commentaires
    8
  • vues
    16 333

Guitare Yamaha FG-180 "Red Label" de 1971 ...


JoGuitar

2 137 vues

 Share

______________________________________________________________________________________

 

:top:

 

LES BELLES HISTOIRES DE TONTON PICKING .

 

En juin 1971 , j'obtenais mon Bac ! La promesse de me faire offrir une véritable guitare Folk , si j'obtenais le fameux "sésame" , a beaucoup participé à cette obtention "miraculeuse" .

 

Parce que je jouais sur la guitare de mon père . Une Jacobacci "Royal-Major" de Jazz . Faite par le luthier en 1962 . Manche en alu , touche en ébène nacrée et trop étroit pour mes doigts . Et puis , à l'époque , avec une guitare au look jazz , t'avais aucune chance avec les filles ...

 

Ce fût une guitare "Folk" . Une Yamaha FG-180 (Nipon Gakki- étiquette rouge) comme dans la Pub de "Rock-and-Folk (l'ancien) .

 

Fabriquée à Hamamatsu , au Japon , en mars 1970 (j'ai le bouquin Yamaha qui traite de l'historique de la marque) .

 

Je me souviens de l'immense joie que m'apportait cet instrument . Une puissance invraissemblable . Une facilité de jeu incroyable . Une justesse sur toute la longueur du manche . Enfin , je possédais une "vraie" guitare ...

 

Il faut dire qu'à l'époque , le choix d'une bonne guitare était plutôt restreint . En ces temps-là , le Smic était à six cent francs ( 91,46 euros) ! Et la Yamaha FG-180 en coûtait six-cent cinquante (99,09 euros) ! Un salaire ! Une bonne "Framus" tournait autour des 300 francs (45,73 euros) , une bonne Höffner coûtait pareil , une "Eko" coûtait 250 francs ( 38,11 euros) . (J'ai ma calculette) ...

 

Deux ans après , j'avais acquis une vieille Martin D-18 , de 1958 (pas très bonne) . Un mec qui avait un besoin urgent d'argent . Il y avait une grande similarité entre la FG-18O et la D-18 . Le son , le touché , la profondeur tonale et la projection .

 

J'avais un copain qui frimait comme un malade avec une "vraie" Gibson que son père avait ramené des Etats-Unis (par son boulot) . Un modèle du style Everly-Brothers à 2300 francs (350,61 euros) . Autant dire UNE FORTUNE . Mais , vraiment , elle ne sonnait pas terrible et n'avait pas le format "Obligatoire" qu'on souhaitait tous , à savoir "Dreadnought" ! En plus , il y avait d'horribles étoiles incrustées sur la touche ! Du "Ricain" frime pur jus ! On haussait les épaules et , derrière son dos , on traitait sa guitare de "gratte de gonzesse" ...

 

En ces temps-là , pour gagner quelques sous , avec mes deux copains guitaristes J.F. et A. , le vendredi après-midi et le samedi après-midi , on bossait pour une association des Maisons-de-la-Culture qui organisait des spectacles .

On nettoyait une salle de cinéma , qui pouvait contenir cinq cent personnes , en prévision des concerts du vendredi soir et du samedi soir .

 

Le Directeur , un très chic type , nous filait , à chacun , cinquante francs par jour ! Cent balles chacun , pour le week-end (15 euros) .

 

Un week-end , l'association avait programmé Alan Stiwell ! J'ai proposé à J.F et à A. de soumettre au Dirlo l'idée de faire la "première partie" du Breton ! Acceptation !

 

Notre groupe s'appelait THE BLACK MOUNT ! Si ! On cesse de rire , là-bas , au fond , s'il vous plaît ...

 

A. était originaire d'un village Italien des Abruzes , Montenero (Montagne noire , en Anglais , Black Mount) . Et A. était mon tout meilleur ami ...

 

On reprenait Guitar Boogie et les standards de Arthur Smith . Uniquement instrumentaux ! Pas de chants . HEUREUSEMENT ! Trente minutes de musique et pas une minute de plus !

 

Cette soirée de novembre 1971 restera dans nos mémoires ! Alan Stiwell , à l'époque , était un peu le "porte-parole" d'un mouvement "revival" de l'identité régionale . Le chantre de l'expression culturelle des provinces de la France profonde !

 

Une salle archi-comble !

 

Nous voilà , comme trois cons , assis sur nos trois chaises , entrain d'attaquer "Hard Boiled Boogie" . J'avais appris les solos , note par note et je connaissais tout le 33 tours par coeur . Les rythmiques des deux guitares , de part et d'autre de ma Yamaha FG-180 (deux Patenotes Jazz à 250 francs/38,11 euros) . On jouait devant trois micros "Shure" appartenant au matériel de Alan Stiwell . Ce dernier tout content d'avoir une "première partie" .

 

La demi-heure est passée à la vitesse d'un train express ! Nous avions des tonnerres d'applaudissements à la fin de chaque interprétation .

 

A la fin de notre set , j'ai eu le besoin de me retrouver seul . Je suis sorti faire quelques pas dehors , derrière la salle . Quelle ne fût pas ma surprise de découvrir Alan , là , marchant seul dans le froid vif . Un peu tristounet ...

 

Il s'est approché de moi et nous avons bavardé . C'était la toute première fois que j'approchais une personne "célèbre" . Il m'a dit : < J'aimerai beaucoup savoir jouer de la guitare comme toi ! > Cela m'a profondément touché . Etant Breton , moi aussi (Finistère) , nous avons parlé Bretagne . Mais , en ce temps-là , Alan Stiwell habitait Paris ...

 

Pourtant , à l'époque , dans son groupe , il y avait une sacré "pointure" en la personne du fantastique guitariste Dan Ar Braz !

 

Gonflés par ce premier "succès" , avec J.F et A. nous sommes allés voir le Directeur de l'Association des Maisons de la Culture . Nous lui avons proposé (pour cinquante francs de plus) d'assurer toutes les premières parties prévues pour la saison 71/72 !

 

Tenez-vous bien . Nous avons ainsi fait les premières parties du groupe MAGMA , de Wanduring et du groupe de Rock Américain MC5 ! John Lee Hooker , The Equals (Baby come back) ! Si ! Excusez du peu ...

 

Trois jeunes étudiants , assis , là , sur scène , avec leurs grattes acoustics à "trois balles" , entrain "d'ouvrir" pour MC5 !

 

Le vendredi , où arrivait MC5 , nous avons briqué la salle comme jamais . Vers 17 heures 30 est arrivée , dans la nuit froide de ce mois de décembre , une énorme berline Allemande , noire aux vitres fumées . Derrière , suivait un gros camion .

 

La porte de la limousine s'est ouverte . Il y avait là , quatre personnages d'une invraissemblable maigreur , enveloppés dans des couvertures et portant , malgré l'obscurité , de grosses lunettes noires ! Et cette odeur que je devais retrouver dans la plupart de mes aventures musicales des années soixante-dix .

 

Les types du MC5 !

 

Sans un mot , ils nous ont suivi . Nous les avons mené à leur loge .

 

Personnages mutiques , tenant plus du vampire que de l'être humain , grands , anorexiques . Silencieux comme des fantômes ...

 

Le camion transportait le matériel . Jamais je n'avais vu autant de gros "Marschall" , trois corps , 200 watts , alignés là ! De véritables building de New-York . Trois de chaque côté de la batterie . Une batterie "Gretch" encore plus grosse que celle de mon frère ! Jamais , je n'avais vu de telles baffles de sono ! La logistique Américaine qui débarquait ...

 

Il manquait juste le bombardier !

 

Le bruit du bombardier n'allait pas tarder à se faire entendre pendant les "balances" ...

 

Dès 19h30 , une foule commençait à s'aglutiner sur la place , devant la salle . Il y avait cinq cent places . Et déjà autant de monde dehors .

Cars de police .

 

Début des hostilités à 21 heures !

 

Avec J.F. et A. , on s'est regardés , dubitatifs ! On "le" fait ou on "le" fait pas ? Nous étions jeunes , fous , gonflés , insouciants et , surtout , on n'avait rien à perdre !

 

Les trois glandus , armés de leurs guitares sêches , assis sur leur chaise , attendait que le rideau s'ouvre . L'énorme bourdonnement sonore dans la salle . Les hurlements de ceux , dehors , qui n'avaient pas réussi à entrer . Les organisateurs avaient promis un second concert le lendemain malgré le planing serré des musiciens qui tournaient en Europe avec des dates précises ! Miracle ! Ils étaient libres le samedi aussi !

 

Contrairement aux jets de godasses , de paquets de clops vides et autres "cadeaux" , que nous nous attendions à prendre sur nos têtes , l'acceuil fût extrèmement chaleureux ! Nous avons eu deux rappels ! Succès !!!

C'était vraiment une autre époque !

 

< Hé ! C'est super , les Black Mount !> a dit un des Ricains de la technique , avec un accent invraissemblable . Ces gens-là venait de Detroit ...

 

Quand nous avions terminé notre set , nous sommes allés nous cacher derrière les Marschall .

 

Putain ! Je n'avais jamais rien vu de pareil ! Des Rockers Ricains , des "VRAIS" , vêtus de cuir , de santiags noirs (qui laissaient de longues traces noires sur les planches de la scène) qui "ouvrait" leur show avec "IMMIGRANT SONG" de LED ZEPPELIN (autre très grosse pointure de l'époque) . Là , à deux mètres de toi ! Non ! Pas des ersatz , des vrais !Avec J.F et A. , les larmes nous sont montées aux yeux ! Le CHOC DE TA VIE , MEC !!! Surtout quand tu as dix-huit ans ...

 

 

Ces types , qui avaient l'air si amorphes , si apathiques , il y a encore une demi heure , pêtaient le feu ! Des psychopathes hystériques qui se livraient à un rituel barbare ...

 

C'était la troisième guerre mondiale !

 

Putain le son ! Putain le volume dans les "retours" !

 

Deux heures d'un remake de Pearl Harbor plus tard , les mecs ont terminé avec un troisième rappel : Whole lotta love ! Avec J.F. et A. , ça faisait longtemps qu'on était à genoux derrière les amplis . Là , on était à plat ventre sur le dos ...

 

La salle ressemblait à une cocotte minute en ébullition , juste avant l'explosion ...

 

Quand tout était fini , la salle vide et les "Ricains" à l'hotel , on est allés voir dans les loges ! Putain ! Gensis Khan et sa horde de barbares avaient dû passer là ! Trois bouteilles de Jack Daniel's (vides) , deux bouteilles de Four Rose's (vides) abandonnées dans les toilettes (maculées de mayo et de bouffe) . De vrais "Rockers" je vous dit ...

 

Des petites culottes , au sol , sous les tables de la loge ! Mais , Il n'y avait pas de filles dans le groupe ? Un grand mystère de plus ...

 

Le lendemain soir ! Puissance dix ! Ouverture avec "Paint in black" des Stones ! Deux heures de guerre mondiale plus tard , troisième rappel avec "Paranoïd" de Black Sabbath !!! Les mecs connaissaient leurs classiques ...

 

Ah oui ! Un petit détail ! Le nettoyage , c'était nous . J.F. , A. et moi .

 

Le trio qui avait "ouvert" pour MC5 , armé de serpières !

 

Prié de remettre les lieux en état ...

 

Cela nous a remis à notre place ...

 

Putain ! Tout un samedi à briquer ! Tout un dimanche à faire "nickel" ...

 

Vendredi suivant , c'était la bande à Christian Wander (MAGMA) .

 

Mais , c'est une autre histoire ...

 

La guitare Yamaha FG-180 , dans un excellent état , coule des jours heureux . Non ! Elle n'est plus chez moi , mais chez une personne très chère qui accompagne des chansons enfantines dans une école maternelle . Guitare d'instit' ...

 

Remplacée par une autre :

 

:top:

 

blogentry-66053-0-03654400-1359380433_thumb.jpg

 

JoGuitar on Youtube : http://www.youtube.com/bigerjoel

 

______________________________________________________________

 Share

0 Commentaire


Commentaires recommandés

Il n’y a aucun commentaire à afficher.

Veuillez vous connecter pour commenter

Vous pourrez laisser un commentaire après vous êtes connecté.



Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...