Aller au contenu
  • billets
    56
  • commentaires
    672
  • vues
    195 438

À propos de ce blog

Le blog a moi que j'ai !

Billets dans ce blog

 

Quand ça veut pas...

Ca veut pas !

Je passe les détails, mais ce week-end j'ai participé au tournage d'un court métrage, et j'étais notamment chargé de la composition des musiques. Sauf qu'on avait une deadline très stricte, et du coup il fallait trouver des idées très vite. Mais tout ceux qui ont déjà essayé de composer savent très bien que l'inspiration elle vient quand elle veut. Et quand elle veut pas, elle vient pas.

Du coup quand c'est comme ça j'aime bien lacher du lest. Faire n'importe quoi. Virer toute tension pour repartir sur des bases fraiches. Et ça donne ce genre de gros bordel mal joué:

  Au final j'ai eu des idées plutôt cool après qui plaisent à tous les autres membres de l'équipe de tournage.    Moralité: y'en a pas, je me suis juste marré avec ça alors je partage.

TheAthenA714

TheAthenA714

 

Putain 30 ans déjà

Et voilà, on est en novembre. Et ce 23 novembre, j’aurais complété mon 30ème tour autour du soleil. Ca fait quand même un peu plus de 28 milliards de kilomètres parcourus dans l’espace. Pas mal pour un mec qui n'a jamais aimé la course à pied.

Il s’en est passé des choses pendant ces 30 ans. Il y a 20 ans je pianotais quelques mélodies au conservatoire, histoire de bien me dégouter de la musique. Il y a 10 ans je gratouillais à peine en me demandant ce que j’allais bien pouvoir faire comme métier plus tard. Il y a 5 ans avec Sun on publiait l’actuelle version 5 de tabs4acoustic.com, pile poil le jour de mes 25 ans (vous trouvez pas qu’elle commence à se faire vieille d’ailleurs, malgré son lifting récent?). Et aujourd’hui, je suis prof de guitare.
Et c’est en grande partie grâce à vous, tous les milliers de visiteurs quotidiens de T4A. Du coup, il est plus que temps de vous dire un énorme merci.

<span style="font-size:120px; font-weight: bold;">MERCI</span>

Blague à part, 30 ans c’est peut-être un nombre rond, ça n’en fait pas une fin. C’est tout juste une étape, et il va y en avoir beaucoup d’autres dans le futur. Ces cinq dernières années j’ai beaucoup appris sur la musique, l’enseignement, Internet, les filles, youtube etc… Et la chose la plus importante que j’en retiens, c’est que j’ai envie de continuer. Pendant longtemps. 30 ans de plus me parait être un minimum.

Mais ne mettons pas la charrue avant les boeufs, avant de vouloir fêter mes 60 ans sur T4A il faut déjà s’occuper des 30 qui arrivent (trop) vite. Et pour ça, deux choses à dire:

Premièrement, comme l’année dernière, j’ai compilé une petite wishlist sur amazon qui contient un peu tout et n’importe quoi. Donc pour ceux qui veulent dire merci, filer un coup de pouce, gagner un peu de karma ou gacher de l’argent, vous pouvez aller la visiter en suivant ce lien: http://www.amazon.fr/registry/wishlist/3UZ9ATQJ3XZJ5   Alternativement, pour ceux qui ne veulent pas utiliser la wishlist pour une quelconque raison, vous pouvez aussi m’envoyer des dons directement par paypal en suivant cet autre lien: https://www.paypal.me/theathena714   Même si c’est juste un euro, ça fera super méga plaisir. Deuxième alternative, si vous avez une idée de cadeau qui n’est pas dans la wishlist, vous pouvez m’envoyer un message privé pour me demander mon adresse. Et si vraiment vous n’avez pas d’argent, vous pouvez toujours laisser un message dans les commentaires, ça fera encore plus plaisir!

Deuxièmement, Sun et moi on vous a concocté une petite surprise qui pointera le bout de son nez le 23 novembre. J’en dis pas plus pour l’instant, certains sont déjà au courant (mais je compte sur leur silence), et peut-être que si vous nous torturez soudoyez demandez gentiment on vous en dira plus. Mais en attendant, comme pour l’apprentissage de la guitare, faite preuve d’un peu de patience.

Et dans tous les cas, si vous passez dans les coins de Nancy prochainement, venez donc boire une bière!

TheAthenA714

TheAthenA714

 

Montrez-vous !

Sur ce forum de guitare, on a souvent des débutants (et des moins débutants) qui viennent poser des questions. C'est tout à fait normal et le forum est là pour ça, donc continuez! Le problème, c'est que dans certains cas, on peut difficilement apporter des réponses à vos questions si on ne vous voit pas. Vous voir jouer de la guitare je veux dire, pas en train de poser pour des photos glamour sur la plage.   Dans quel cas il faut nous voir? Si votre question commence par "je ne comprends pas X", alors pas d'inquiétude, dans la plupart des cas on pourra vous répondre sans en savoir plus. Si par contre la question commence par "je n'arrive pas à Y", alors là c'est beaucoup plus problématique, et dans 99% des cas on vous demandera de vous filmer pour nous montrer.   Pourquoi? Et bien tout simplement parce que "ne pas arriver à faire Y", c'est un problème qui peut venir de nombreuses sources. Un exemple concret: vous n'arrivez pas à jouer l'accord C. Peut-être que votre poignet est mal placé, ou c'est peut-être vos doigts qui sont mal placés, ou qui ne sont pas encore assez souples, ou que vous n'appuyez pas correctement. Et ça ce ne sont que quelques unes des nombreuses possibilités qui peuvent expliquer votre incapacité à jouer l'accord C.   Du coup, mettons nous à la place des gens qui voudront vous répondre. Il y a plusieurs façons d'aborder une question de ce genre:   Tenter une réponse au hasard. Sans pouvoir vous voir jouer, on ne peut que tenter de "deviner" d'ou vient votre problème. On peut éventuellement utiliser des statistiques pour se dire que certaines causes sont plus probables que d'autres. Mais au final, si on ne vous donne qu'une seule réponse, il y a des chances que ça ne soit pas du tout la solution à votre problème. Ce qui ne vous aidera pas. Pire, ça pourrait vous faire perdre du temps à essayer des trucs qui ne vous servent à rien. C'est pas cool. Il nous faut une autre idée   Enumérer toutes les solutions à toutes les causes possibles. Puisque choisir une seule réponse risque de ne pas vous donner la bonne réponse, on pourrait énumérer toutes les causes possibles et les solutions associées. Mais là il y a deux problèmes.   Premièrement, ça prendrait un temps fou. Pour reprendre l'exemple précédent, si je devais expliquer à un débutant pourquoi il n'arrive pas à jouer l'accord C sans aucune information supplémentaire, ça me prendrait au bas mot une heure de rédaction pour tout lister. Et ça c'est sans parler du fait qu'il y a un risque d'oublier certains détails, ou de ne pas suffisamment en expliquer d'autres.   Deuxièmement, puisque vous êtes débutant, vous ne saurez pas forcément quelle est la solution adaptée à votre cas. Du coup dans le tas de solutions proposées, vous ne saurez pas forcément quels conseils suivre, et vous allez vous retrouver un peu perdu face à un énorme pavé de texte.   Au final, on se retrouve avec la même problématique que la possibilité précédente. Vous n'aurez pas forcément l'aide dont vous avez besoin, et vous risquez encore plus de perdre du temps à essayer des solutions inadaptées. C'est toujours pas cool. Il nous faut encore une autre idée   Vous regarder jouer. Si on peut vous voir jouer, alors tout est beaucoup plus simple. On peut identifier la cause de votre problème en un clin d'oeil, et apporter la solution la plus appropriée à votre cas. Là c'est magique, vous aurez les conseils qu'il vous faut pour régler votre problème.   Le seul soucis, c'est que beaucoup de débutants n'ont pas envie de se montrer. Alors parlons-en.   Je suis timide, je suis mauvais, j'ai pas envie de me filmer! C'est parfaitement compréhensible. Plein de gens sont timides, ou se trouvent trop mauvais, et n'ont pas envie de se montrer à la vue de tous. Cependant, ça reste la meilleure solution si vous souhaitez régler votre problème. Ca va paraitre un peu vache à dire, mais on ne peut pas vous aider si vous ne vous aidez pas vous-même, alors il faut prendre sur vous et faire quelques efforts pour vous montrer. On ne peut malheureusement pas le faire à votre place.   Cependant, histoire de vous aider un peu, il y a plusieurs choses à savoir absolument: On est là pour vous aider. Pas pour vous juger, ou pour se moquer. On s'en fout complètement. Si vous postez une vidéo en nous disant que vous avez un problème avec un point précis, on est là pour vous aider à le régler, tout le reste ne nous intéresse pas.
On a tous été aussi mauvais que vous un jour. Anecdote: bon nombre de mes élèves commencent le premier cours en me disant "je te préviens, je suis mauvais, j'ai jamais touché une guitare de ma vie avant". Et bah vous savez quoi? C'est le cas d'absolument TOUT les guitaristes. La première fois qu'on touche un instrument, on est tous mauvais. Aucune exception.
Il y a pire que vous. Je mettrais ma main à couper que quelque soit votre niveau, j'ai déjà vu pire. Bien pire. Largement plus pire. Et pourtant ces gens ont survécu et ont progressé. Il n'y a aucune raison que vous ne puissiez pas faire pareil.
Vous avez une webcam pourrie et ça fait une vidéo dégueulasse? On s'en fout, on va pas envoyer votre vidéo pour qu'elle soit nominée à Cannes. Tant qu'on peut voir grossièrement ce que vous faites, ça suffit.
J'ai pas envie de me montrer, un enregistrement audio ça passe à la place? C'est mieux que rien, mais ce n'est pas aussi efficace qu'une vidéo. Bon nombre de soucis sont dus à des problèmes de placement et mouvements, et ça ce n'est vraiment pas facile à entendre, à part dans certains cas rares. Donc en cas de doute, il vaut mieux poster une vidéo, là vous serez sur de recevoir toute l'aide dont vous avez besoin.   Une petite analogie pour enfoncer le clou. Si vous avez un problème de santé et que vous allez chez le médecin, il va devoir vous ausculter. Certains sont timides par rapport à ça, mais ils se forcent parce qu'il n'y a pas d'autre solution. Si vous avez un truc bizarre dans votre dos, il faudra bien le montrer pour que le médecin puisse voir ce que c'est. Là c'est la même chose, si vous voulez qu'on puisse identifier votre problème et vous aider à le corriger, il faut nous le montrer.   Donc voyez ça comme une visite chez le médecin, c'est pas forcément agréable, mais c'est la meilleure solution pour vous soigner. Et en prime, c'est gratuit.   En conclusion. Quand on vous demande de vous filmer, ce n'est pas par méchanceté, ce n'est pas pour qu'on se moque secrètement (ou publiquement) de vous. C'est purement et simplement dans le but de vous aider, parce que si on ne vous voit pas jouer, on a toutes les chances de vous donner de mauvais conseils qui peuvent nuir à votre apprentissage plutôt que l'améliorer. Alors si vous avez un problème et que vous souhaitez vraiment le régler, accompagnez vos questions d'une vidéo!

TheAthenA714

TheAthenA714

 

It's showtime (David Lee Roth/Jason Becker) - Cover (WIP)

Bon, ça fait maintenant un peu plus d'un mois que je bosse ce morceau de mon guitariste favori Jason Becker, et j'en chie. Bon c'est normal, c'est du Becker.   Mais histoire de me motiver un peu pendant que je continue de le travailler (et aussi de partager avec ceux intéressés), j'ai filmé la version actuelle que voici :   http://www.youtube.com/watch?v=2tN3dh0PIrE   Au programme des trucs qui vont pas: - Je ne suis qu'à 94% de la vitesse réelle. J'arrive à jouer tout à la bonne vitesse, sauf le solo évidemment. - Les plans en sweeping sont horriblement durs. Je sais pas si j'aurais assez de toute une vie pour les maitriser à la bonne vitesse. - Mon timing et mon groove sont complètement à coté à ces vitesses. Faut que je continue de bosser là dessus.   Voili voilou. Comme quoi, à n'importe quel niveau on continue de galérer sur des trucs.

TheAthenA714

TheAthenA714

 

Technique VS musicalité: la réponse à la grande question

Si vous avez passé plus de 10 minutes dans votre vie sur des forums de guitare ou à écouter des discutions entre guitaristes, vous aurez forcément entendu le grand débat de "technique vs musicalité". Tôt ou tard, des gens vous diront des phrases du genre "ouais mais ce mec il fait que de la technique pour la technique, ya aucune musicalité", ou encore "pfff c'est que de la démo, il joue juste 12000 notes par secondes pour frimer". Du coup en attendant de faire une vidéo sur le sujet (parce qu'il y en a bien besoin), je me suis dis que j'allais poster ça ici. Parce que voilà. Je fais ce que je veux.   Technique vs musicalité : qui qui gagne?   Du coup je vais tout de suite répondre à la question: ON. S'EN. BRANLE. Et du coup, je vais même élaborer un peu.   "Il joue vite pour frimer"   De toute ma vie de guitariste, je n'ai toujours pas vu un seul musicien jouer vite dans un morceau juste pour frimer. J'en ai vu frimer un peu quand ils jouent avec des potes, parce que c'est rigolo de jouer à kikalaplusgrosse quand on boit des bières. J'en ai vu jouer des morceaux techniquement difficiles juste pour se lancer un défi et être fier d'avoir réussi, parce que c'est important d'essayer de se dépasser. Mais je n'ai toujours pas trouvé un seul morceau de musique, sur un seul album, d'un seul guitariste, ou je me sois dis "ce mec joue vite juste pour frimer".   Pourquoi qu'il joue vite alors?   Tout simplement parce qu'il aime ça. La musique ça existe sous de multiples formes, et généralement quand on est musicien on joue la musique qu'on aime. La musique qui nous plait. La musique qui nous donne des frissons. Celle qu'on a dans la tête et qu'on veut faire sortir. Et il s'avère que certains musiciens aiment les passages rapides, les solos déjantés, les longues montées et descentes de gammes complexes, le sweeping dans tout les sens.   C'est pas de la frime, c'est pas de la "technique pour la technique" ou de la démo, c'est purement et simplement la musique qu'ils aiment. Et d'ailleurs beaucoup de ces musiciens qui jouent des morceaux techniquement complexes sont aussi capables de jouer des ballades magnifiques. L'un exclue pas l'autre. C'est juste qu'ils ont des préférences (ou parfois ils aiment les deux tout autant).   Et la musicalité? Pensez à nos enfants enfin!   Là on touche vraiment l'argument que je trouve le plus stupide, et qui ne devrait même pas exister. Certains considèrent que quand on joue vite, il n'y a pus de musicalité. C'est tout simplement complètement faux. La définition du mot "musicalité", c'est tout simplement "ce qui est musical". Et une suite de note, quelle que soit la vitesse ou la complexité, c'est de la musique.   Et la raison pour laquelle je trouve ça stupide, c'est tout simplement parce que c'est l'essence même de la musique. Pas de jouer vite non. Mais de comprendre que la musique existe sous de multiples formes, et qu'on a tous des préférences. Considérer que jouer vite c'est pas musical, c'est tout simplement se fermer complètement à un pan complet de la musique. Ce serait comme dire "c'est pas musical, ya pas de percus africaines dans ce morceau de Mozart". Stupide comme argument nan?   Mais ya pas de mélodie, comme il peut y avoir de la musique?   Parce que ce n'est pas la mélodie qui fait la musique. Ce n'est qu'un élément parmi les trois qui existent. Ya pas de mélodie non plus dans les tambours du bronx, et pourtant ya plein de gens qui adorent ça.   Mais moi j'aime pas ça!   Tant mieux! Vous avez tout à fait le droit de ne pas aimer certains morceaux parce que ça ne vous parle pas. C'est encore une fois l'essence de la musique. Vous avez même le droit de critiquer! Mais sortir l'argument que "ce n'est pas musical", c'est non seulement être complètement à coté de la plaque, pas constructif, mais en plus extrêmement insultant pour ceux qui aiment ce genre de musique. Ca vous plairait vous qu'à chaque fois que vous parlez de votre musicien préféré il y ait des gens qui débarquent pour vous dire que "pfff c'est nul c'est pas musical, ya pas du sweeping à fond la caisse"?   Mais pourquoi t'en parles, t'es pas obligé de lire ça?   Parce que c'est un sujet récurrent. Et que bizarrement, c'est souvent dans un seul sens. Je vois rarement les fans de shred critiquer les musiciens blues parce qu'ils ne mettent pas assez de notes par seconde (ça arrive quand même hein, et c'est tout aussi con). L'inverse, par contre, c'est monnaie courante. Et vu que je suis fan de musique sous toutes ses formes, et que je suis prof, je me permet de recadrer un peu les choses. Acceptez que certaines musiques ne vous plaisent pas ou ne vous parlent pas, mais que cette même musique plait à beaucoup d'autres gens, et laissez les appréciez en paix. Le monde s'en portera mieux. Si j'arrive à faire en sorte qu'une seule personne devient plus acceptante de la musique que les autres aiment, alors j'aurais réussi.   Je pointerais également le fait que cette question touche quasiment exclusivement la guitare et le shred/métal. Je vois rarement des pianistes critiquer Chopin parce qu'il mets trop de notes par secondes (et pourtant il en met beaucoup), ou critiquer le jazz manouche (qui détient souvent le record en terme de notes/secondes).   Jouer vite n'empêche pas de jouer lentement   Je finirais par revenir sur un point que j'ai abordé plus haut: la plupart des musiciens qui jouent des morceaux techniquement avancés sont également capables de ballades magnifiques. Et du coup, lorsque vous tombez sur un musicien qui joue vite, et que ça ne vous plait pas, je vous invite à chercher dans sa discographie. Je mettrais ma main à couper qu'il y a forcément un ou deux morceaux plus axés sur la mélodie dans le lot qui vous parleront (j'ai des centaines d'exemples sur le sujet). Et ça vous prouvera que ces musiciens ne jouent pas vite juste pour frimer, mais simplement parce qu'ils aiment ça, et que ça ne les empêche pas de savoir pondre des mélodies magnifiques.   Respectez vous les uns les autres bordel de merde!   Vous l'aurez peut-être compris à la lecture de billet, mais personnellement c'est un sujet qui me soule beaucoup. Au début ça me faisait doucement rire quand j'entendais ce genre de choses, mais la récurrence de ces critiques me rendent amer et triste. La musique est censé être un moyen d'expression personnel, ouvert à tous, quelle que soit la forme, et chacun doit pouvoir s'exprimer sans s'en prendre plein la tronche. Et dans un monde internet hyper-connecté, il y a un peu trop de gens qui se permettent d'ouvrir la gueule anonymement pour sortir des bétises (parce que encore une fois, dire que "ce n'est pas musical" ce n'est PAS une critique constructive). C'est dommage. On pourrait faire bien mieux.   Alors la prochaine fois que vous vous sentez l'envie de poster un commentaire du genre, rappelez vous qu'il y a des tonnes de gens qui aiment ou adorent cette musique que vous n'aimez pas, et mettez vous un peu à leur place. Et qui sait, peut-être qu'un jour cette musique vous plaira aussi!

TheAthenA714

TheAthenA714

 

Et 12 mois de plus!

Ce dimanche du 23 novembre arrive, et c'est la date fatidique à laquelle je vais fêter mes 24 ans et 60 mois. Et comme l'année dernière certains m'ont offert des cadeaux et se sont montrés très généreux (grand merci à nouveau à tout ceux qui se reconnaîtront), on va refaire la même cette année!   Du coup le principe est simple, ma wishlist amazon est disponible ici : http://www.amazon.fr/registry/wishlist/3UZ9ATQJ3XZJ5 Vous choisissez le cadeau que vous voulez (ou aucun), vous cliquez sur "ajouter au panier" et vous passer la commande. Au programme il n'y a pas beaucoup de bouquins de musique cette fois-ci (j'aurais déjà pas assez de toute ma vie pour lire et potasser tout ceux que j'ai), mais il y a pas mal de BDs (parce que j'aime ça), pas mal de mugs (vu que je commence à avoir une belle collection et que je veux la continuer), ainsi que quelques autres conneries.   Bien évidemment j'insiste sur le fait que personne ne vous force à participer, c'est entièrement basé sur le volontariat, et rien ne vous oblige à vous limiter à cette wishlist. Si vous voulez m'offrir un autre cadeau, n'hésitez pas à me contacter en mp pour que je vous confie mon adresse.   Et enfin, vous pouvez toujours me faire plaisir en vous abonnant à la chaine youtube, à la page facebook ou en nous suivant sur twitter. Ou alors parler de nous à vos amis. Comme ça ça fait un petit cadeau qui ne coute rien et qui fait super plaisir!

TheAthenA714

TheAthenA714

 

Des cours de guitare à distance, ça vous tente ?

Qui je suis ?   Salut à tous !   Moi c'est Max. Vous m'avez probablement déjà vu dans des cours de guitare en vidéo sur tabs4acoustic.   Après presque 10 ans d'expérience en temps que professeur particulier, j'ai décidé de proposer mes services au plus grand nombre à travers Skype. Si vous appréciez mes cours en vidéos mais que vous voulez un accompagnement plus personnalisé, alors c'est l'occasion d'en profiter.   Comment ça se passe ?   Les cours se déroulent sur Skype en tête-à-tête. Le concept est simple : ça se passe exactement comme un vrai cours de guitare, mais sur Skype. Je vous aiderai à organiser votre apprentissage, à identifier vos forces et faiblesses, et vous pourrez poser toutes les questions que vous voulez.   Que ce soit pour travailler la technique, l'interprétation, l'improvisation, la théorie, le rythme ou encore la composition, tout est faisable dans votre style de musique favori.   Les tarifs   Le réglement des cours se fera soit par paypal, soit par virement bancaire. Les tarifs sont de 40€/heure en cas de paiement à chaque cours, ou de 35€/heure en cas de paiement mensuel. Pour d'autres durées/engagements, les tarifs seront à discuter au cas par cas.   Ou on signe ?   Si vous êtes intéressés, ou si vous avez des questions, alors tout ce que vous avez à faire c'est de m'envoyer un e-mail à theathena714@gmail.com   Essayez de me donner un maximum d'informations sur vous et ce que vous recherchez. N'hésitez pas à m'indiquer notamment votre âge, votre expérience en guitare, vos envies etc... ainsi que vos disponibilités horaires. Je vous répondrai ensuite dans les plus brefs délais.   A très bientôt !

TheAthenA714

TheAthenA714

 

Mon point de vue sur l'éducation musicale

Préambule Ce billet concerne un sujet qui me touche profondément, et ce sujet c'est l'éducation musicale. C'est un sujet qui me passionne, l'enseignement de la guitare est mon métier, et dans plus d'un sens il est la raison pour laquelle je me lève tous les matins. Par conséquent, ce billet va être long et très personnel. Je précise que je n'ai pas trop l'habitude de parler de mes sentiments sur Internet pour tout un tas de raison, principalement parce que je suis d'une nature réservée, mais une fois de temps en temps ça ne va pas me tuer (enfin j'espère). Bien évidemment, personne ne vous forcera à le lire et je ne vous en voudrais pas si vous ne le faites pas, d'autant que vous n'allez rien apprendre sur la guitare ou la musique aujourd'hui. Pourquoi l'écrire alors ? Sans raison, à part "pourquoi pas ?"   Le droit à l'éducation La déclaration universelle des droits de l'homme comporte l'article 26 en rapport avec l'éducation :   Dans beaucoup de pays, ce droit à l'éducation gratuite est respecté. En France nous sommes particulièrement chanceux, puisque même l'éducation supérieure est très accessible, avec des universités et autres diplômes post-baccalauréat bien moins chers que dans beaucoup d'autres pays.   Plus intéressant encore, le deuxième point de ce même article stipule :   Ce qui m'amène à poser la question : est-ce que l'éducation musicale correspond à cette description ?   Le rôle de la musique dans la vie Bien évidemment, tout le monde n'a pas envie de devenir musicien. Certains ne s'y sont jamais intéressés, certains n'aiment pas du tout la musique, d'autres ont essayé et ont eu de mauvaises expériences. Mais pour les musiciens, amateurs ou plus avancés, je pense que la musique correspond parfaitement à la définition de cet article. La musique est un langage universel. Si vous êtes musicien, vous pouvez aller n'importe ou dans le monde et jouer avec d'autres musiciens. Une compréhension qui traverse toutes les autres barrières de langue, religion ou groupe social, est alors possible.
La musique est diverse. Elle existe sous de multiples formes, depuis les chants tribaux jusqu'aux musiques électroniques, et être musicien nous expose à ces différences, et nous force à les comprendre et les tolérer.
La musique est un vaisseau de libération, un domaine ou vous pouvez vous enfermer seul afin de laisser libre court à votre imagination, ou au contraire forger des amitiés avec d'autres musiciens afin de partager un bon moment. Dans les deux cas, vous vous épanouissez.
Je pense très sincèrement que la musique réponds parfaitement à la définition apportée par le point deux de l'article 26. Et même pour les personnes n'ayant aucune ambition de devenir musicien, ou n'ayant aucune affinité avec cet art, un apprentissage basique de la musique apporte un regard unique sur la vie. Je pourrais m'étendre très longtemps sur ce sujet, mais ce n'est pas le but de ce billet. Peut-être une autre fois. J'espère juste vous avoir convaincu de l'importance que peut avoir la musique dans la vie d'une personne.   L'éducation nationale Malheureusement, j'ai la sensation que l'éducation nationale ne respecte pas la déclaration des droits de l'homme en ce qui concerne l'apprentissage musical. Celui-ci se limite le plus souvent à quelques cours de flûte au collège sans grand intérêt. Les plus chanceux ont accès à des structures plus avancées, avec la possibilité de former des chorales ou des groupes de musique moderne, mais beaucoup ressortent de cette institution avec une mauvaise expérience, allant parfois jusqu'à les dégoûter de la musique.   Est-ce la faute de notre gouvernement? Ce serait facile de les blâmer pour ça, comme on les blâme pour tout le reste, mais je pense qu'ils n'y sont pour rien. Outre les aspects financiers, politiques et logistiques qui sont complexes et dont je me garderais bien d'en faire l'analyse, il y a un élément très important à prendre en compte : l'apprentissage de la musique doit venir de soi-même. Il ne peut absolument pas être imposé à quelqu'un. Hors dans une structure comme le collège, avec des horaires uniques pour tout le monde, il est impossible d'offrir une expérience d'apprentissage correcte, à part pour quelques rares exceptions. Et même si on pourrait très certainement améliorer des choses à ce niveau là, je pense que la solution se trouve ailleurs.   L'éducation musicale en dehors de l'éducation nationale L'éducation musicale se fait du coup principalement en dehors du collège. Les écoles de musiques, les professeurs particuliers, le conservatoire, tous ces organismes existent pour répondre à cette demande de façon plus adaptée. Mais évidemment, comme on ne se trouve plus dans un système financé par l'état, et que ces écoles et professeurs ont besoin d'argent pour vivre, l'éducation musicale n'est plus gratuite. Elle devient un budget relativement important que tous ne peuvent pas se permettre.   On a donc le choix entre une éducation gratuite, mais limitée, et une éducation plus adaptée, mais payante. "C'est la vie", me direz-vous, mais moi j'aime pas les phrases toutes faites. Du coup je suis obligé de me poser une question : y a t'il une meilleure solution ?   Les sites internet gratuits La question peut-être surprenante venant de ma part, puisque je donne des cours de guitare sur un site entièrement gratuit. Vous seriez alors en droit de me dire "bah voilà, une éducation adaptée et gratuite". Mais vous auriez tort. Produire des vidéos de cours de guitare, ça coûte cher. Pas forcément en argent dépensé, bien que le matériel coûte des sous, mais en temps. Les dizaines d'heures que je passe à travailler chaque semaine sur le site sont des heures que je ne passe pas à donner des cours payants. Fort heureusement, je gagne un peu de sous grâce aux pubs, aux abonnements et aux dons occasionnels (pour lesquels je ne vous remercierai jamais assez). Mais même avec toute la bonne volonté du monde, l'aspect financier reste un frein très important.   Pourquoi ne pas me contenter de ce que j'ai actuellement ? Tout simplement parce que je suis ambitieux. Faire un cours par semaine ne me suffit pas, et ne suffit certainement pas à proposer une véritable éducation musicale complète. J'aimerais en faire plus souvent, j'aimerais faire des cours de meilleure qualité, j'aimerais faire des cours plus compliqués. Et pour ça il faut du temps, et donc de l'argent. De plus, je parle avant tout de l'éducation musicale au sens large du terme, pas juste de la guitare. J'adorerais pouvoir engager des professeurs de piano, de basse, de batterie, ou de chant, traduire le site dans différentes langues pour toucher un public plus large, rendre le contenu accessible sur d'autres médias, sous forme de livres par exemple. Mais pour tout ça, il faut des sous. Et il en faut beaucoup.   Ou trouver les sous ? Du coup, attaquons le problème financier et essayons de voir quelles solutions existent.   Un emprunt à la banque Sans parler de la situation économique actuelle qui pousse les banquiers à ne plus prêter d'argent, que se passerait-il si je voulais demander un emprunt à une banque ? Ils me demanderaient de combien j'ai besoin, et je leur donnerai un chiffre. Suite à ça il me demanderait comment je compte gagner de l'argent avec un tel projet, et ils me riraient sans doute au nez quand je répondrais que je ne compte pas gagner de l'argent. Et même si ils acceptaient, il resterait quand même le problème de devoir gagner de l'argent pour rembourser l'emprunt.   Les investisseurs privés Une autre piste serait un investisseur privé, beaucoup plus enclin à financer des projets risqués. Mais un investisseur ne donne pas son argent gratuitement, il veut un retour sur investissement. On se retrouve donc avec le même problème de devoir trouver un modèle économique viable. Ce qui est très difficile quand on veut offrir quelque chose gratuitement aux gens.   Les oeuvres de charité et autres philanthropes La dernière piste possible se trouve dans les oeuvres de charité, qui ont pour but de donner de l'argent à une cause sans rien demander en retour. Mais là on est exposé à un autre problème : il existe des tonnes d'oeuvres de charité qui luttent contre la famine, contre la malaria, qui essayent de soigner le cancer ou le SIDA. Comment peut-on justifier de demander à un donateur de privilégier l'éducation musicale par rapport à ces causes humanitaires ? La réponse : je ne peux pas. En aucun cas je ne me vois être capable de justifier un tel choix.   KhanAcademy Je vois déjà les plus cyniques d'entre vous penser "c'est la vie, tu peux rien y faire". Hommes de peu de foi. Un exemple me vient en tête pour faire taire tous ces oiseaux de mauvais augure : KhanAcademy. Il s'agit d'un site internet que j'ai découvert il y a quelques années, et qui est une des principales inspirations pour mon envie de donner des cours de guitare gratuits et pour l'écriture de ce billet. Salman Khan, le fondateur de Khan Academy, a eu la même envie que moi, mais avec les maths. Il a fondé un site internet, et grâce à des dons de philanthropes et diverses fondations comme la Bill & Melinda Gates Foundation, il a pu développer sa vision. Khan Academy permet aujourd'hui à des millions de personnes à travers le monde d'apprendre les maths, la physique, la chimie et plein d'autres choses, le tout gratuitement. C'est pour moi un exemple à suivre, et je pense que sans Salman Khan, tabs4acoustic n'existerait pas tel que vous le connaissez aujourd'hui.   Pourquoi ne pas faire la même chose ? Parce que c'est plus facile à dire qu'à faire. Je ne suis pas économiste, je ne suis pas chef de marketing, je n'ai ni l'expérience, ni les connaissances, ni les contacts pour aller démarcher des oeuvres philanthropiques ou pour organiser des campagnes de dons. Peut-être qu'un jour je le ferais, ou que je m'associerais avec une personne pour le faire. Mais malgré toute ma bonne volonté, je ne peux pas tout faire en même temps, et à l'heure actuelle ma priorité est d'essayer de faire vivre le site pour continuer à proposer du contenu.   De plus je pense qu'il y a un autre problème : la musique n'est pas considérée comme un aspect important à développer, surtout face aux grandes causes humanitaires. Les gens la perçoivent comme un loisir, un hobby, et par définition quelque chose de facultatif. Et pourtant je pense que c'est une grosse erreur. Certes je ne prétends pas qu'il est plus important de financer l'éducation musicale que la recherche sur le cancer, mais ce n'est pas quelque chose à négliger pour autant. A d'autres époques, dans d'autres sociétés, lorsque l'éducation n'était pas aussi accessible, la musique faisait quand même partie intégrante de l'éducation, au même titre que la philosophie, les maths, l'histoire etc... Mais avec le temps qui passe, la musique a perdu de son importance. Pourquoi ? Je ne sais pas. Je me contente juste de trouver ça dommage qu'on se retrouve dans un système qui nous force à traiter l'éducation musicale comme n'importe quel autre business.   C'est si important la musique ? Je reçois beaucoup de commentaires à propos des cours. Que ce soit dans les commentaires youtube, sur le forum ou directement par mail, j'en reçois beaucoup. Dans tous ces commentaires, il y a les occasionnelles insultes de gens qui ne supportent pas mes cours (mais qui prennent quand même le temps de les regarder pour pouvoir m'écrire des mails après, Internet, what else...), il y a les occasionnels mail de remerciements, les questions que les gens se posent, et une fois de temps en temps, il y a un mail qui me touche vraiment. En voilà un exemple :     Ca va peut-être paraitre débile pour beaucoup, mais ça c'était, et c'est toujours, le plus grand accomplissement de ma vie. Et je ne pense pas avoir besoin d'en dire plus pour expliquer l'importance que peut avoir la musique.   Quel est le but de ce billet ? Je ne prétends pas que la musique est la solution à tous les problèmes du monde, mais je pense sincèrement qu'un monde avec plus de musique serait un monde meilleur. Et je suis loin d'être le seul à penser ça.   Mais qu'est ce que j'espère accomplir avec ce billet ? Rien de concret. Je ne prévois pas de lancer une oeuvre de charité, de récolter des dons, d'inventer une méthode d'apprentissage parfaite, ou de me lancer dans la politique pour viser le poste de ministre de la culture.   Mais je pense qu'avant de vouloir faire changer les choses, il faut d'abord faire changer les gens. Peut-être qu'un jour une oeuvre de charité partagera ma vision et essayera de récolter des dons pour financer un vaste projet d'éducation musicale gratuite. Peut-être que j'en ferais partie, peut-être pas. Mais si je veux qu'une telle démarche ait un jour une chance d'aboutir, alors il faut déjà convaincre les gens de l'importance de cette démarche. Et ce billet est un premier pas dans cette direction.   Avec un peu de chance certains qui l'auront lu partageront mon avis, et si c'est le cas, n'hésitez pas à propager cette idée. Qui sait, on accomplira peut-être de grandes choses tous ensembles.

TheAthenA714

TheAthenA714

 

L'apprentissage par la copie, attention danger !

Il y a une trentaine d'années, il y avait deux principales méthodes pour apprendre la guitare : prendre des cours avec un prof ou écouter des vinyles en boucle et essayer de les reproduire à l'oreille. Tous les grands guitaristes connus ont utilisé l'une ou l'autre de ces méthodes, voir les deux à la fois. Dans le premier cas on apprenait la musique sur un support écrit (tablature, diagramme, leadsheet, partition etc...), dans le deuxième cas l'apprentissage se faisait sur un support auditif.
Mais pour les petits jeunes (ou les petits vieux) qui commencent aujourd'hui, une troisième option est apparue : l'apprentissage en vidéo. Le concept n'est pas neuf, on trouvait déjà des VHS de cours en vidéo il y a 30 ans, mais l'apparition et la démocratisation d'internet a fait exploser ce phénomène, en grande partie grâce à Youtube.

La première réaction lorsqu'on se retrouve face à toutes ces vidéos pédagogiques disponibles gratuitement sur internet, c'est de se dire que c'est cool. Seulement comme toute bonne chose, il y a des risques, et c'est ce dont je veux parler aujourd'hui.

L'apprentissage par la copie, kézako ?
J'ai remarqué personnellement un phénomène chez bon nombre de guitaristes débutants. Je ne sais pas si ce phénomène est récent ou si il existait déjà il y a 30 ans, mais ce qui est clair c'est que la disponibilité des vidéos pédagogiques gratuites ne fait que l'exacerber. Ce phénomène, que j'appelle "l'apprentissage par la copie", c'est le fait de regarder une vidéo (ou accessoirement une photo) et d'essayer de reproduire les gestes et positions sans passer ni par un support écrit, ni par un support auditif.

Prenons un exemple concret. Pour apprendre les accords à la guitare, la méthode habituellement utilisée est celle des diagrammes d'accords. On apprends à déchiffrer ces diagrammes, puis on prends un dictionnaire d'accords et on apprends nos accords. Dans le cas de "l'apprentissage par la copie", les gens vont plutôt regarder une vidéo et reproduire les positions, sans apprendre à déchiffrer les diagrammes d'accords.

Ou est le problème me direz-vous? En soi il n'y a rien de grave à faire ça, c'est même plutôt pratique au début vu qu'un support visuel aide grandement à l'apprentissage (c'est pour ça qu'il y a des photos dans notre dictionnaire d'accords). Néanmoins, trop utiliser cette méthode amènera tout un tas de problèmes et bloquera un débutant dans l'apprentissage, et ce pour deux raisons.

Première limitation : la dépendance
Regarder une vidéo qui explique comment jouer un accord pour l'apprendre, c'est cool. C'est facile, c'est rapide, on ne se prends pas la tête. Le soucis, c'est qu'il faut trouver une vidéo qui montre l'accord qu'on veut jouer. On peut dire la même chose des gens qui regardent des vidéos pour apprendre des morceaux plutôt que de lire une tablature, si le morceau que vous voulez apprendre n'existe pas en vidéo, vous êtes coincés.

Dans tous les cas, on est donc entièrement dépendant de la disponibilité en vidéo de ce qu'on veut apprendre. C'est là que l'apprentissage des méthodes écrites est utile, puisqu'on peut trouver à peu près tout ce qui existe en musique sous format écrit. Alors qu'en format vidéo, c'est beaucoup plus rare.

Déjà là, il y a une leçon à retenir. Si vous utilisez des vidéos pour apprendre des morceaux/accords/autres au début c'est cool, personne ne vous en voudra, mais pour votre propre bien, apprenez aussi à utiliser les méthodes écrites. Parce que tôt ou tard, vous allez vouloir apprendre un truc qui n'existe pas en vidéo. En témoigne les nombreux commentaires que je reçois sur youtube qui me demandent "tu peux nous montrer comment jouer tel morceau" ou "tu peux faire une vidéo pour apprendre l'accord B".

Si je ne le fais pas, ce n'est pas parce que je ne vous aime pas, c'est parce que ça ne vous rendra pas service sur le long terme. Je suis là pour vous apprendre la guitare, et ça passe aussi par ne pas toujours vous faciliter la vie, parce qu'il n'y aura pas toujours quelqu'un pour vous faire une vidéo personnalisée. Je préfère vous apprendre à exploiter les méthodes écrites histoires que vous soyez indépendants plutôt que de vous voir galérer à trouver une vidéo qui montre ce que vous voulez apprendre.

Deuxième limitation : l'absence de réflexion
Cette deuxième limitation est beaucoup plus difficile à expliquer et beaucoup plus subtile. Lorsque vous voulez apprendre à jouer quelque chose en vous basant sur un support écrit ou auditif, vous êtes obligés de réfléchir un minimum. Votre cerveau doit traduire les symboles écrits sur une feuille (ou les sons que vous entendez) en concepts musicaux ("ça c'est tel accord"), puis en mouvements à effectuer. Toute cette réflexion est difficile au début, mais elle est utile. L'apprentissage de la musique passe par l'apprentissage de ces concepts, de façon plus ou moins approfondie suivant votre style et vos objectifs, mais ça fait partie intégrante du fait d'être musicien.

L'apprentissage par la copie par contre ne demande pas ou peu de réflexion. Vous n'avez plus besoin de réfléchir, vous voyez un mouvement/une position, vous faites le même. C'est pas toujours facile, parce qu'il y a quand même des limites techniques (écartement des doigts, souplesse du poignet, mémorisation etc...), mais vous économisez quand même toute la réflexion nécessaire pour l'assimilation de ces concepts musicaux. Et ça, ça parait cool au début puisque ça rends les choses plus facile, mais sur le long terme c'est dangereux.

Le problème, c'est que si vous êtes débutants, vous ne vous en rendez pas forcément compte. Il faut un certain recul et une certaine expérience pour se rendre compte que tous ces moments que vous avez passé à galérer à essayer de comprendre un rythme ou une tablature vous ont en fait appris beaucoup de choses, et vous ont permis de devenir un meilleur musicien. Et ça c'est énormément minimisé si vous ne faites que de l'apprentissage par la copie.

Vous ne pouvez pas être musicien sans apprendre comment la musique est construite. C'est bien plus complexe qu'une série de mouvements à effectuer sur un manche de guitare, sinon n'importe quel robot pourrait jouer de la musique. Et c'est ça mon job, vous apprendre les gestes à effectuer, mais aussi comment les utiliser pour faire de la musique.

Une analogie pour mieux expliquer ça
Vu que j'aime bien les analogies, je vais en faire une qui clarifiera les choses. Enfin j'espère. Parlons de dessin.

Si vous voulez apprendre à dessiner un bonhomme, la méthode habituelle est de "décomposer" le bonhomme en plusieurs bouts, généralement on se base sur des cercles ou des triangles suivant le style de dessin. Si vous ne savez pas de quoi je parle, alors regardez cette petite vidéo qui donne une méthode pour apprendre à dessiner un bonhomme :


Une autre méthode pour dessiner un bonhomme, c'est de décalquer un dessin existant. Et là on se rends clairement compte qu'on a les mêmes limitations que l'apprentissage par la copie : on ne peut décalquer que des dessins existants, et si vous passez votre temps à décalquer des bonhommes, vous n'apprendrez pas les concepts de base qui permettent de savoir dessiner un bonhomme (ceux expliqués dans la vidéo juste au-dessus).

En gros, lorsque vous décalquez un bonhomme, vous avez réussi à dessiner un bonhomme, mais vous n'avez pas appris comment dessiner un bonhomme. Si on vous enlève le dessin original et le calque, vous ne saurez pas le refaire.
Tout comme si vous copiez un accord que vous voyez dans une vidéo, vous avez réussi à jouer un accord, mais vous n'avez pas appris comment jouer un accord. Et si on vous prive de vidéo, vous n'aurez aucun autre moyen d'apprendre un nouvel accord.

C'est pas tout blanc ou noir
Un peu plus tôt j'ai dis que l'apprentissage par la copie ne nécessitait pas ou peu de réflexion, alors que les autres méthodes forçaient la réflexion. Seulement on est pas dans une situation blanc ou noir, "je réfléchis" ou "je réfléchis pas". C'est plutôt une question de quantité de réflexion.

Il est tout à fait possible d'apprendre en copiant une vidéo tout en réfléchissant à ce qu'on fait, tout comme il est tout à fait possible d'apprendre à jouer une tablature sans avoir beaucoup de neurones actifs. Néanmoins, l'apprentissage par la copie reste quelque chose de beaucoup plus limité que les autres méthodes. Ca ne veut pas dire que c'est complètement inutile, juste qu'il ne faut pas en abuser.

Faut il proscrire les vidéos de ce genre ?
Non. Je ne veux absolument pas vous interdire d'apprendre en copiant ce que vous voyez dans des vidéos. Le but de ce billet, comme souvent, est simplement de remettre un peu en perspective certaines choses. Les débutants ont parfois le réflexe de chercher la façon la plus rapide d'accomplir quelque chose, mais ne se rendent pas toujours compte des inconvénients, et c'est ce que je tenais à signaler.
Ca reste utile d'exploiter ces méthodes d'apprentissage par copie, pour les cas ou c'est un peu trop difficile, pour les cas ou vous n'avez pas le temps/l'envie de vous prendre la tête etc... mais ce n'est pas suffisant pour devenir un guitariste. C'est un outil à utiliser en plus de l'apprentissage "classique", pas à la place.

Quelques derniers conseils
Si vous vous sentez concernés par ce billet, peut-être parce que vous avez le réflexe de chercher une vidéo plutôt qu'une tablature ou un diagramme d'accords, alors je vous donne quelques conseils pour conclure ce billet : N'ayez pas peur de la difficulté. Ca n'a jamais tué personne de faire quelques efforts de réflexion, et même si vous n'y arrivez pas, vous apprendrez beaucoup dans cet échec qui ne sera que temporaire.Apprendre la musique n'est pas une course. Peu importe que vous mettiez une semaine ou un an pour apprendre un truc, l'essentiel c'est d'y arriver tôt ou tard. Les raccourcis n'existent pas. Une économie de temps à court terme cache la plupart du temps une perte de temps à long terme. Vous aurez sans doute l'impression de réussir plus vite quelque chose, mais vous passerez à coté de beaucoup d'autres choses, et je peux vous assurer que dans la plupart des cas vous finirez par le regretter. Mais non c'est pas si compliqué. J'imagine déjà certains lecteurs qui se disent "mais j'ai pas envie de me prendre la tête, je veux juste me faire plaisir". Si vous faites partie des gens qui regardent mes vidéos de cours, alors faites moi un peu confiance. Il y a des raisons pour lesquelles je fais les choses de cette façon. Et si je dis tout ça c'est pas pour vous emmerder, c'est pour votre bien. Si un jour vous vous retrouvez à copier une vidéo parce que vous n'avez pas le temps ou que vous avez la flemme d'apprendre un truc correctement, c'est pas grave ! Ca arrive à tout le monde (moi le premier, jsuis une grosse feignasse), et il ne faut pas vous en vouloir. Faites vous juste une petite note mentale (ou une petite note sur un post-it) pour vous rappeler de revenir apprendre ces notions correctement plus tard, quand vous serez plus motivés.

TheAthenA714

TheAthenA714

 

Mais on est bientôt le 23 novembre !

Et oui, le temps passe, et en ce jour fatidique du 23 novembre, je vais atteindre l'age de 28 ans, me rapprochant petit à petit de la catégorie des "vieux".   Plusieurs personnes de ce site m'ont demandé à plusieurs reprises si j'avais une liste d'envie afin qu'ils puissent me faire un cadeau, c'est pourquoi j'ai décidé de profiter de cette occasion pour la partager publiquement. Donc si vous vous sentez d'humeur généreuse et que vous souhaitez me faire un cadeau pour célébrer cette étape vers la vieillesse, vous pouvez le faire en suivant ce lien : Wishlist amazon   Quelques détails et explications complémentaires :   Jsuis obligé de te faire un cadeau ? Absolument pas du tout ! Personne ne vous forcera, ou ne vous fera culpabiliser si vous ne le faite pas. Je vais pas vous bannir, je vais pas arrêter de faire des cours en vidéo ou de répondre aux questions, rien ne va changer dans votre vie, c'est simplement pour ceux qui ont envie de me faire plaisir ! Et si vous voulez mais que vous n'avez pas de sous, vous pouvez quand même me faire plaisir en continuant de suivre le site (ainsi que nous suivre sur Youtube, facebook et twitter).   Comment ça marche ? Il vous faut un compte amazon, mais celui-ci peut être créé pendant la commande. Mon adresse est enregistrée dans la wishlist, donc il vous suffit de cliquer sur "ajouter au panier" et de choisir l'adresse "cadeau" prédéfinie. Après ça faut payer, bien évidemment. Une fois un article acheté par quelqu'un, celui-ci disparait de la wishlist, donc ne vous inquiétez pas d'acheter un truc en double. Si c'est dans la liste, c'est que c'est pas acheté.   Mais ya des trucs super chers là dedans ! Oui, je me sers aussi de cette liste pour "bookmarker" les achats que je compte faire dans le futur, d'ou la présence d'objets très chers qui dépassent de loin la valeur acceptable d'un cadeau. Donc à moins que vous soyez millionnaires et très très très généreux, n'en tenez pas compte !   Ya plein de BDs ! Ouais, j'adore ça. J'ai mis dans cette wishlist les quelques BDs qui me donnent vraiment envie, mais si vous avez d'autres idées de BDs sympa, n'hésitez pas à me contacter par MP !   Ya pas un seul instrument de musique, c'est pas normal ! La raison à ça est simple : si je devais faire une liste du matériel musical que j'aimerais avoir, elle serait interminable, yaurait que des trucs très chers, et 99% du matériel ne serait pas dispo sur amazon. Donc à part quelques livres qui m'intéressent, il n'y a rien d'autre de musical.   Et si on veut te faire un cadeau qui n'est pas dans la liste ? Contactez moi par MP et je vous donnerai mon adresse.   J'ai tout plein de bitcoin, t'en veux ? Oh oui j'en veux. Contactez moi par mp et je vous donnerai mon adresse bitcoin. Et si vous ne savez pas ce que c'est, ne cherchez pas, c'est que vous n'en avez pas.   Euh, j'ai vu un truc bizarre dans ta wishlist... Ouais, ya une blague ou deux qui s'y sont glissé à l'insu de mon plein gré.   Slip ou caleçon ? Ni l'un ni l'autre : string !

TheAthenA714

TheAthenA714

 

Peut-on être vraiment autodidacte à la guitare ?

C'est une question que beaucoup de gens se posent indirectement. Quand ils se demandent si il faut prendre des cours avec un professeur ou dans une école, ou ne pas en prendre du tout, ça revient à se demander si il est possible d'apprendre la guitare en autodidacte. Du coup j'avais envie de donner mon avis sur cette question.   Autodidacte, qu'est ce que c'est ? Le premier point que je vais essayer d'aborder, c'est la définition même du terme "autodidacte". D'après le Larousse, sa définition est :   Cette définition veut donc dire que le savoir acquis ne vient que de soi-même, et pas d'un professeur. Ca parait simple, et pourtant je pense que c'est plus compliqué que ça.   Apprendre sans professeur. Si l'on apprends avec un professeur, on tombe clairement en dehors de la définition d'autodidacte. On reçoit un savoir d'une autre personne.   Mais pour autant, est ce qu'apprendre sans professeur revient à être autodidacte ? Bon nombre d'entre vous regardent mes vidéos de cours, et même si ce n'est pas la même logistique qu'un cours en vrai, vous recevez quand même un savoir d'une tierce personne, en l’occurrence moi, et moi je suis un professeur. Qu'en est-il de tout ceux qui apprennent avec une méthode sous forme de livre ? Vous recevez un savoir qui vient de l'auteur de la méthode. Et lorsque vous faites un boeuf avec un autre guitariste et que celui-ci vous donne un conseil, est-ce là encore une transmission de savoir ? Je pense que oui.   Du coup, je pense que pour définir correctement la notion d'être autodidacte en respectant la première partie ("qui s'est instruit par lui-même"), il faut avant tout définir correctement le terme de "professeur". Si l'on admet que regarder une vidéo, lire une méthode ou recevoir un conseil est une forme de transmission de savoir venant d'un "professeur" (notez les guillemets), alors je propose cette définition révisée :   On s'affranchit ainsi du terme "professeur" qui peut être trop restrictif, et on considère maintenant toute sorte d'acquisition du savoir venant d'une autre personne comme une forme d'apprentissage non-autodidactique.   Tirons nous les cheveux et allons plus loin. Comme j'aime bien pousser mes raisonnements jusqu'au bout, je vais aller plus loin. Sans doute trop loin.   Imaginez cette scène (que j'ai vécu un nombre incalculable de fois en temps que professeur) : vous expliquez une notion simple de guitare à un guitariste débutant. Vous transmettez un savoir. Mais à la fin de votre explication, ce guitariste débutant vous demande "oui, mais pourquoi ?". Il vous force à donner une explication plus avancée, à approfondir votre réflexion à un niveau que vous n'aviez peut-être pas atteint avant. Et ce faisant, vous vous mettez à considérer les choses avec un nouveau point de vue, avec une nouvelle approche, ou avec une nouvelle explication. Vous avez appris quelque chose pendant cet échange.   Cette nouvelle réflexion, ce nouveau savoir, ne vient que de vous. Vous avez réfléchi par vous même pour répondre à la question. On pourrait se dire que sur ce point précis, vous êtes autodidacte. Pourtant cette réflexion ne vous serait pas venue sans la question du débutant. Il y a contribué directement. Sans cette tierce personne, vous n'auriez pas acquis ce nouveau savoir.   Prenons un exemple encore plus tiré par les cheveux : l'acquisition par la copie. Bon nombre de guitaristes ont appris seuls, mais en écoutant les autres. Ils écoutent un morceau et essayent de le jouer. L'apprentissage lui même (trouver les notes, les accords, s'entrainer à les faire) est fait entièrement seul, sans interaction avec autrui. Pourtant là encore, tout cet apprentissage est dépendant du morceau écouté, sans ce morceau (et son auteur), le guitariste n'aurait pas pu apprendre seul.   Est ce que l'on peut toujours considérer ça comme une forme d'autodidactisme si il est dépendant d'une interaction, malgré l'absence de transmission directe ? Si vous êtes enclin à répondre "non" à cette question, il faudrait réviser notre définition pour écarter la notion de "transmission de savoir", et l'élargir à la notion de "acquisition de savoir au travers d'échanges", que cette acquisition vienne des autres ou de soi-même. Ca donnerait quelque chose du genre :   Sans doute la définition la plus extrême du mot "autodidacte", et ce n'est pas celle que j'utiliserais pour le reste du billet.   Mais tu joues sur les mots ! Ca sert à rien tout ça ! Oui, je joue sur les mots. Oui, c'est tiré par les cheveux. Pourtant je pense que toute cette réflexion à un impact très concret.   Revenons à notre question de départ, "est ce que l'on peut apprendre la guitare sans professeur". Certaines personnes vont répondre "oui, moi j'ai appris sans professeur". Mais ils omettent souvent de dire qu'ils ont lu des méthodes, regardé des vidéos, ou reçu des conseils. Tout plein de mécanismes qui remplacent un professeur en offrant le même concept : la transmission de savoir, ou l'acquisition de savoir au travers de réflexion personnelle.   Et je pense qu'il est important pour les débutants de comprendre ce concept. Oui, il est parfaitement possible d'apprendre la guitare sans avoir recours à un professeur en bonne et due forme. Des tonnes de ressources sont disponibles sur ce site et ailleurs pour "remplacer" un professeur. Non, ce n'est clairement pas aussi efficace qu'un "vrai" professeur, mais ça peut suffire à un tas de gens. Mais peut on vraiment apprendre seul, sans aucune transmission de savoir venant d'autrui ? Je pense que c'est possible, mais extrêmement difficile vu la quantité de travail nécessaire pour "redécouvrir" tout ça.   Mais il y a eu plein de guitaristes qui sont autodidactes dans l'histoire. Regarde Jimi Hendrix ! C'est justement cette réflexion qui me pousse à écrire ce billet, à cause de la définition du terme "autodidacte" qui peut varier d'une personne à l'autre. Peut-on vraiment considérer que Jimi Hendrix est autodidacte ? Si on s'arrête à la première définition, celle qui ne parle que de l'absence de professeur, alors oui Jimi Hendrix est autodidacte. Mais si on prends en compte la deuxième définition, il ne l'est plus : il a passé des milliers d'heures à jouer avec des guitaristes plus avancés que lui, et il a reçu tout un tas de conseils et d'astuces au passage.   Si l'on prends cette deuxième définition en compte, je peine à trouver des exemples de musiciens autodidactes. L'immense majorité d'entre eux ont reçu, à un moment ou à un autre, des conseils d'autres musiciens. Et je pense que c'est ce qu'il faut retenir : on est pas obligé de passer par un professeur dans une structure "classique" pour apprendre, mais l'interaction avec autrui est quasiment indispensable pour maitriser un instrument de musique. Si on se coupe du monde extérieur, ça devient quasiment impossible.   Peut-on transmettre le savoir ? Histoire d'aller toujours plus loin vers l'infini et au-delà, parlons un peu de la transmission de savoir. J'ai dis plus haut que l'on pouvait être amené à acquérir un savoir sans transmission directe, mais en étant poussé à la réflexion par quelqu'un d'autre. Du coup la question suivante est : est ce qu'un professeur transmet un savoir, ou est ce qu'il pousse simplement à la réflexion ?   Prenons un exemple concret : Je sais faire un accord barré. J'ai expliqué dans ce cours comment faire un accord barré. Pourtant, l'immense majorité des gens ayant vu ce cours n'ont pas réussi à faire un accord barré du premier coup. Il manque un élément indispensable pour que la "transmission" de ce savoir soit complète : il faut travailler, s'entrainer, développer ce nouveau savoir. Et à ce niveau là, mon rôle est finit depuis longtemps, il ne tient plus qu'à vous d'acquérir ce savoir.   Donc pour reprendre ma question initiale : peut-on considérer que je vous ai transmis un savoir ? Personnellement, je pense que la réponse est non. Je me suis contenté de donner des outils, des conseils, des exercices, afin que vous et vous seul puissiez développer et acquérir ce savoir. Mon rôle est purement anecdotique, vous auriez pu apprendre tout ça sans les conseils donnés dans le cours, ils vous ont juste facilité la vie. Mais au final, tout le travail d'acquisition vient de vous même. Je me suis contenté de vous mettre sur le bon chemin, et c'est vous qui l'avez parcouru.   On fait marche arrière : tout le monde est autodidacte. Je pense qu'on peut élargir cette réflexion à toute forme d'apprentissage. On explique aux enfants comment compter sur leur doigts pour faire leur première addition, mais ce sont les enfants eux mêmes qui s'entrainent pour développer cette compétence, et qui au final apprennent à compter. On dit et répète à un enfant "le feu ça brûle", mais ce n'est que lorsqu'il va toucher le feu lui même qu'il comprendra vraiment ce que ça signifie, et qu'il va transformer dans sa tête la phrase "le feu ça brûle" en un réel savoir. Je donne des conseils et des explications de guitare dans des vidéos, mais ils sont inutiles tant que vous n'avez pas travaillé pour développer vous même les mouvements, les muscles, les réflexes et pensées qui se cachent derrière.   Avec ce nouveau point de vue, on peut considérer que tout le monde est autodidacte. L'acquisition de savoir est personnelle, et le rôle d'un "professeur" (sous toute forme que ce soit) est simplement de vous pointer la bonne direction, et de vous recadrer si vous vous écartez trop du chemin. Mais l'apprentissage, c'est vous qui le faite.   Concluons tout ça Oh bon sang, ce billet est long, et j'ai dis tout et son contraire dedans. Alors comment faire une conclusion de tout ça ? Et bien je pense qu'il faut retenir ces éléments : Un professeur au sens strict du terme n'est pas indispensable pour l'apprentissage, beaucoup d'autres méthodes existent pour remplacer un professeur (cours en vidéo, livres, conseils prodigués par d'autres guitaristes).
Tous les conseils et astuces du monde ne remplaceront pas le fait que c'est à vous de pratiquer votre instrument.
Ne vous sous-estimez pas, vous êtes tous capables d'apprendre beaucoup de choses par vous même avec les bons conseils. Si vous avez un problème avec une technique, ne vous dites pas que c'est la faute du professeur ou du manque d'explications, ne cherchez pas d'autres conseils ou astuces, commencez d'abord par travailler plus et essayer de régler le problème vous-même.
La guitare n'est pas quelque chose de magique, ça s'apprends comme tout le reste. N'hésitez pas à puiser dans vos connaissances sur d'autres sujets pour essayer de mieux comprendre et de mieux gérer votre apprentissage.
Ne confondez pas les deux définitions du terme "autodidacte". Oui, des tonnes de guitaristes ont appris sans professeur. Non ils n'ont pas appris complètement seuls, ils se sont servi d'autres ressources d'apprentissage.
Oui, j'aime bien me prendre la tête sur des réflexions inutiles en allant trop loin, ça m'amuse, si ça vous plait pas, fallait pas lire !

TheAthenA714

TheAthenA714

 

L'écoute : l'oreille et le cerveau.

La musique est un sujet passionnant pour tout scientifique qui se respecte. Cette phrase d'introduction peut paraitre bizarre lorsque l'on parle d'un art, on se demande sans doute ce que la science vient faire dans l'art vu qu'on oppose souvent les deux. Et pourtant, les deux sont très intimement liés dans ce domaine, et c'est toujours intéressant pour un musicien d'essayer de comprendre un peu plus de choses sur le sujet.   La science et notre oreille Sans trop rentrer dans les détails anatomiques, notre oreille est un outil de mesure. Elle contient un tympan tout au fond, qui agit exactement comme un micro : le tympan capte les vibrations de l'air (un son), et le transforme en signal électrique. Notre oreille est un outil purement objectif. Quelque soit le nombre de fois ou on répète l'expérience, un tympan (en bon état) transformera toujours un même son vers le même signal électrique.   Cette première notion est très scientifique, puisque nous pouvons mesurer ces mêmes sons avec des outils scientifiques. Et ces outils surpassent parfois la précision de l'oreille humaine. Le boulot des scientifiques consiste donc à capter les vibrations de l'air produites par un instrument, d'analyser ces sons, et d'essayer d'en déduire des règles physiques.   Comment un son est définit ? Qu'est ce qui change entre un son de piano et un son de guitare ? Pourquoi certains sons sonnent bien ensembles et pas d'autres ? Pourquoi certains accords sonnent tristes, et d'autres joyeux ? Pourquoi y a t'il des différences dans la musique de différentes régions du monde ? Ou de différentes époques ?   Beaucoup de gens se sont posés ces questions (et bien d'autres), et les scientifiques ont trouvé beaucoup de réponses. Grâce au pouvoir de la science, ils ont su définir précisément les sons, avec des valeurs mesurables, quantifiables, sur lesquelles on peut faire des calculs, pour finalement formaliser tout ça dans des systèmes de notes et d'harmonie. Sans cette démarche (qui remonte quand même à Pythagore, voir même peut-être plus loin), la musique serait un beau bordel. On aurait aucun moyen de savoir ce qu'est un "do", la notion même de note n'existerait pas, et sans ça on perdrait toute capacité d'écriture, de communication, de transmission, d'explication et d'enseignement de la musique. La seule solution qui resterait serait la transmission orale, d'une personne à une autre, entièrement dépendant de la mémoire de ces personnes.   Mais pourtant, certaines questions résistent encore à l'analyse des scientifiques. Par exemple, pourquoi certains sons sonnent bien ensembles et pas d'autres ?   L'art et notre cerveau Les scientifiques ont essayé de répondre à cette question, sans succès. Ils ont trouvé un bout de réponse, mais ça ne suffit pas pour tout expliquer.   La raison à ce manque de réponse est simple : l'écoute de la musique ne s'arrête pas à une bête transformation d'un son en un signal électrique. Notre cerveau qui va recevoir ce signal électrique va interpréter ce son. Et notre cerveau est intelligent, très intelligent.   On sait qu'il y a énormément de facteurs qui vont influencer notre interprétation de la musique. Parmi ceux-ci on peut citer : la culture musicale : la première fois qu'on est exposé à une nouvelle culture (par exemple la culture asiatique), notre cerveau ne sait pas du tout comment interpréter ça. Il ne sait pas quelle émotion cet accord est censé susciter, il ne sait pas si cette mélodie est censée être belle ou moche, il est perdu, et souvent il va essayer d'interpréter cette nouvelle musique de la même façon qu'il interprète la musique qu'il connait déjà. A l'inverse, quelqu'un qui a écouté du jazz toute sa vie sera parfaitement à l'aise en écoutant un nouveau morceau de jazz, puisqu'il y reconnaitra tout un ensemble d'accords, de mélodie et de "codes" propres à ce style.
les gouts personnels : on a tous des gouts différents, mais on ne sait pas trop comment les définir. On sait que nos gouts sont façonnés par notre expérience musicale (ça rejoint le point sur la culture plus haut), mais y a t'il une partie de gouts "innés" ? Est ce que certaines personnes sont physiquement incapables d'aimer le jazz, ou alors est ce que tout le monde peut être amené à apprécier cette musique une fois "entrainés" ? On ne sait pas trop. Ce qui est sur, c'est que les gouts varient grandement d'une personne à l'autre.
le contexte : notre cerveau a une mémoire auditive. Lorsqu'il entends un accord, il se base sur ce qu'il a entendu juste avant pour interpréter cet accord. Et un même accord peut avoir une interprétation très différente suivant le contexte. Et ça marche pareil pour les mélodies, ou plus généralement pour le style. Un morceau de métal agressif sera beaucoup plus facile à apprécier au milieu d'un concert de métal que si il est précédé d'un smooth jazz.
l'attention : il y a deux types d'écoute, l'écoute passive et l'écoute active. L'écoute passive, c'est lorsqu'il y a une musique de fond à laquelle vous ne prêtez pas attention, dans un bar pendant une conversation par exemple. L'écoute active, c'est lorsque vous focalisez votre attention sur une musique, pendant un concert ou chez vous au chaud à coté de votre chaine hi-fi. Dans les deux cas, votre cerveau interprète quand même la musique, mais il l'interprète différemment. C'est la raison pour laquelle la musique de film est très différente de la musique "normale", l'attention du spectateur est focalisée sur l'écran, les mouvements, les dialogues, et le compositeur doit utiliser des codes différents pour "exploiter" ce manque d'attention.
la fatigue : comme pour l'attention, notre état physique et mental va influer sur notre interprétation de la musique. Ca ne vous ai jamais arrivé de rentrer après une grosse journée de travail et de ne pas supporter ce morceau qui passe un peu fort à la radio, alors que d'habitude vous l'aimez bien ?
Il y a énormément d'autres facteurs que l'on peut citer, et beaucoup d'hypothèses qui sont émises sur ces sujets là. Malheureusement (ou heureusement ?), ce sont des domaines que les scientifiques ne peuvent étudier que très difficilement, vu que ces facteurs varient grandement d'une personne à l'autre, et qu'on peut difficilement les quantifier. La "meilleure" solution à l'heure actuelle est de faire passer des IRMf à des sujets de tests, mais là encore les résultats sont peu fiables. Est ce qu'une différence entre deux personnes dans une expérience est du à un fonctionnement particulier du cerveau qu'on retrouvera chez tout le monde, ou est-ce tout simplement du à leur gouts ?   En bref, si notre oreille est un outil purement scientifique et objectif, c'est notre cerveau qui s'occupe de la partie subjective et artistique de la musique.   Conclusion ? Vous comprenez maintenant pourquoi j'ai commencé en disant "La musique est un sujet passionnant pour tout scientifique qui se respecte." Le but de la science est d'expliquer le monde qui nous entoure, et les scientifiques ont beaucoup de mal à expliquer la musique. Beaucoup de questions sans réponses, beaucoup de facteurs difficiles à quantifier, c'est un sujet ou il y a encore énormément de choses à découvrir. Sans même être sur qu'on pourra tout découvrir un jour.   Pour autant, faut il se réjouir de ces avancées scientifiques ? Une part importante de la "magie" de la musique est justement son inexplicabilité, ses surprises, cette part de subjectivité qu'on arrive pas à dompter. Si on pouvait tout quantifier, tout calculer, alors il serait très aisé de créer de la musique qui plaira à tout le monde.   Personnellement, j'ai plusieurs choses à dire sur le sujet. Premièrement, le cerveau est très complexe, et on est très loin de pouvoir comprendre tout ce qui se passe quand on écoute de la musique. D'autant que toutes ces notions évoluent de générations en générations, et on est pas au bout des surprises que la musique peut apporter. Deuxièmement, même si on arrivait à ce Graal de la connaissance complète, je pense qu'on s'en fout. Que l'on puisse expliquer pourquoi une oeuvre nous plait ou non, ça ne change rien au fait que cette oeuvre nous plait. Pour finir, certains ont peur que la musique perde sa richesse, qu'elle devienne aseptisée (un peu comme ce qui se passe avec les morceaux qu'on entends à la radio), mais je pense que ce sera tout l'inverse. La richesse de la musique est là pour une raison, parce qu'on aime cette richesse. Si la science pouvait un jour résumer toute la musique à une série d'équations, alors ça prendrait en compte cette richesse, et ça nous permettrait sans doute d'explorer des pistes jusque là encore inexplorées.   Je pense qu'on a encore beaucoup à découvrir sur la musique, sur la façon dont on l'interprète, et sur l'influence qu'elle a sur nous. Je suis personnellement impatient de voir toutes ces découvertes et l'évolution musicale qui va en découler. Alors ce n'est pas avec point final que je conclurais cet article, mais avec   A suivre ...

TheAthenA714

TheAthenA714

 

L'émotion en musique

Il y a quelques temps, j'ai écris un billet nommé "Les trois axes de la musique : rythme, mélodie et harmonie", dans lequel j'essaye d'expliquer qu'un morceau n'est pas forcément défini par une mélodie, mais peut se contenter d'une seule de ces trois composantes pour être qualifiée de musique.   Je vais aujourd'hui tenter d'aller un peu plus loin dans cette réflexion, en parlant des émotions en musique. Je considère personnellement que le but premier de la musique est de transmettre des émotions. Et pour faire cela, il y a plein de méthodes possibles : construire une harmonie riche en détails, avoir des superpositions de rythmes complexes, composer une mélodie simple et entrainante, ou écrire des paroles poétiques.   Qu'est ce que l'émotion ? Une question intéressante à se poser, c'est comment peut on dire si une musique transmet des émotions ou pas ? Peut on dire que le rap est chargé d'émotion ? Le métal ? Le funk ? Le punk ? Le truc, c'est que l'émotion est par définition quelque chose d'extrêmement subjectif. Tout le monde ne va pas ressentir la même chose en écoutant un morceau de musique. Un seul morceau peut aussi amener différentes émotions suivant votre état d'esprit lorsque vous l'écoutez. Et tant mieux, puisque ce sont ces différences de perception qui nous amènent autant de diversité musicale.   Du coup je pense personnellement que toute musique peut transmettre des émotions, tout va dépendre de l'auditeur.   Des émotions dans le métal ? Je vais prendre le métal comme exemple, parce que d'une part c'est un style que j'aime beaucoup, et d'autre part c'est un style souvent critiqué pour son manque d'émotion par ceux qui n'aiment pas. Qui ne s'est jamais gratté la tête à se demander ce qu'il se passe en écoutant quelque chose comme ça ? Qui n'a jamais entendu la phrase "le métal c'est pas de la musique, les mecs se contentent de gueuler" ?   Et c'est vrai, certains chanteurs de métal pratiquent le chant guttural, ce qui fait qu'ils se contentent de gueuler, et pas de chanter de belles mélodies. Mais pour autant, ce n'est pas dénué d'émotions. Le métal est un style qui a pour but de transmettre une émotion de rage, de colère, de puissance, ce qui explique la brutalité apparente du chant et des instruments. Et tout ça, ce sont des émotions que tout le monde peut comprendre. Bien évidemment, ce n'est pas ce que tout le monde recherche en écoutant de la musique, ce qui explique pourquoi certains n'accrochent pas. Mais pour autant, dire que le métal est dénué d'émotion est tout simplement faux.   Sinon que dire de tous les métalleux qui prennent leur pied à un concert, qui ont les poils qui se dressent sur les bras (et des poils ils en ont généralement beaucoup), qui chantent/gueulent à tue-tête et ressortent de là en extase ? Je défie quiconque d'aller assister à un concert de métal (pas pour la musique, juste pour la foule) et me dire que ces gens là ne ressentent aucune émotion (faites le au , c'est encore mieux).  Y a t'il de mauvaises émotions ? Après avoir lu les paragraphes précédents, certains vont sans doute me dire "Ouais mais la rage, la colère, c'est pas des bonnes émotions. Peace, love, amour, tout ça c'est mieux." A ça je répondrais " ".  Plus sérieusement, je pense qu'une émotion ne peut pas être qualifiée de bonne ou mauvaise. Une émotion existe, et c'est tout. La musique est un moyen de l'exprimer, et je préfère largement voir des gens headbanger à un concert de métal pour faire sortir leur rage plutôt qu'ils la gardent enfouie en eux.   De plus, la musique, comme n'importe quelle forme d'art, est humaine. Elle est faite par des humains, et c'est un reflet de l'humanité. Vouloir supprimer les émotions "négatives" de la musique serait, à mon avis, une grosse erreur. Cela donnerait une musique qui n'est qu'une vision distordue de l'humanité, et on s'approcherait d'une forme de négationnisme (ça c'était juste pour faire un point Godwin).   On pourrait continuer longtemps dans une réflexion sur le rôle de la musique, parler des nombreux exemples d'autres arts qui utilisent ce genre d'émotions, que ce soit pour les critiquer ou les encourager, de la liaison entre l'art et la liberté d'expression, et de tout plein de choses pseudo-philosophiques. Mais ce serait vraiment trop long pour ce billet.   Une émotion que vous ne comprenez pas n'est pas une émotion qui n'existe pas. La leçon à retenir de ce billet, c'est que ce n'est pas à vous de juger si une musique est chargée d'émotion ou pas. Si vous ne ressentez rien en écoutant un morceau particulier, très bien, c'est votre droit le plus strict. Mais respectez les gens qui apprécient ces morceaux, parce que je peux vous assurer que je peux trouver quelqu'un qui ne ressent rien en écoutant vos morceaux préférés. Et vous n'aimeriez pas entendre que votre solo de guitare favori est plat et dénué d'émotion alors qu'il vous amène les larmes aux yeux.   L'évolution de la musique La musique évolue au fil des années, et un des principaux vecteurs de cette évolution c'est le partage. Ce sont ces gens qui écoutent d'autres artistes ou styles musicaux, tentent d'en comprendre les émotions, et les incorporent dans leur propre musique. Ce sont ces gens qui cherchent à exploiter de nouvelles émotions, ou les mêmes émotions mais d'une manière différente. Et c'est quelque chose que l'on peut retrouver dans toutes les formes d'arts, depuis la peinture jusqu'à la sculpture, en passant par le cinéma et la littérature.   Mais à partir du moment ou on commence à dénigrer une musique pour son "manque d'émotion", on en vient à freiner l'évolution de la musique. Apprenez à respecter les gouts des autres, même si vous ne les partagez pas, et le monde ne s'en portera que mieux !       Post-scriptum Etant un grand partisan de la musique métal, j'ai pu observer à de nombreuses reprises l'incompréhension de certaines personnes face à ce style. Loin de moi l'idée de vous pousser à aimer ça, si vous n'aimez pas vous n'aimez pas. Mais si vous souhaitez au moins comprendre pourquoi tant de gens aiment cette musique, regardez Metal : A headbanger's journey. C'est un excellent documentaire sur le monde du métal, pas du tout partisan, qui a pour but de faire découvrir cette musique et son monde à tous les gens qui ne le connaissent pas, avec un regard le plus objectif possible.

TheAthenA714

TheAthenA714

 

L'erreur de prendre exemple sur les grands guitaristes

L'erreur à ne pas commettre Pendant toutes les années ou j'ai enseigné la guitare (et même avant), j'ai assisté à de nombreux débats autour de questions épineuses du genre "Faut-il apprendre le solfège ?", "Peut-on apprendre sans prof ?" etc...   Le but de ce billet n'est pas d'apporter une réponse à ces questions (d'autres billets s'en sont déjà chargés, ou s'en chargeront), mais plutôt d'analyser un argument qui revient souvent dans ces débats, et qui a pour principe de prendre exemple sur des guitaristes connus. Pour prendre un exemple concret, à la question "Faut-il apprendre le solfège ?", j'ai souvent entendu comme réponse "Bah non, ça sert à rien, la preuve Jimi Hendrix ne le connaissait pas". Même chose pour "Peut-on apprendre sans prof ?", j'ai maintes fois entendu "Bah bien sur, regarde Hendrix, il a appris tout seul".   Là encore, on pourrait avoir un débat pour savoir si Hendrix a réellement appris seul ou non, mais ce n'est pas le sujet. Ce qui m'intéresse moi, c'est le principe de citer des grands guitaristes comme exemples pour justifier l'une ou l'autre approche pédagogique, et surtout pourquoi je considère que c'est une grosse erreur à ne pas faire en tant que débutant.   Nos petites différences Nous sommes tous fondamentalement différents face à un instrument. Nous avons tous une façon de l'appréhender différente, et par conséquent nous avons tous besoin d'une approche pédagogique différente. Déjà là, ça limite l'intérêt de prendre exemple sur d'autres guitaristes (connus ou non), parce que ce qui marche pour un certain guitariste ne marchera pas forcément pour vous.   Prenons un exemple concret : Jimmy Page a appris à jouer en se basant énormément sur son oreille. Il écoutait un album, encore et encore, et il essayait de rejouer un passage, encore et encore. Il faisait ça des centaines de fois, il y passait des heures jusqu'à réussir à imiter le passage en question. C'est une méthode qui marche. Est ce que tout le monde peut faire la même chose ? Oui. Est ce que tout le monde devrait faire la même chose ? Non. Tout le monde n'aura pas le temps ou la volonté pour faire la même chose. D'autres méthodes permettront sans doute d'arriver au même résultat plus rapidement. Certains guitaristes préfèrent comprendre l'harmonie qui se cache derrière ce qu'ils essayent de jouer plutôt que de répéter par coeur le passage. D'autres arrivent mieux à apprendre avec un support visuel (une tablature) qu'un support auditif.   L'apprentissage est un ensemble L'apprentissage d'un instrument ne se limite pas à une seule question comme celle du solfège, mais dépends de tout un tas de facteurs : le temps passé sur l'instrument, la culture musicale préalable, l'assiduité du travail, le talent, le dialogue avec d'autres musiciens et plein d'autres choses encore. Discuter d'un seul élément est un non-sens total sans prendre en compte tous les autres éléments qui composent la pédagogie appliquée.   Comme exemple concret, nous avons Hendrix qui n'a pas appris le solfège. Mais a coté de ça, Hendrix il passait 12 heures par jour sur sa guitare, il a discuté avec des centaines de musiciens qui lui ont appris des tas de choses. Est ce qu'il aurait atteint le même niveau sans solfège si il n'avait pas fais 12 heures de guitare par jour ? J'en doute fortement. Est ce que vous arriverez au même résultat sans apprendre le solfège ni en passant 12 heures par jour sur votre guitare ? J'en doute encore plus fortement. Est ce que vous devez nécessairement apprendre le solfège ? Non, c'est une question plus complexe que ça. Le but de ce point c'est simplement de montrer qu'isoler un seul élément de la méthode d'apprentissage n'est pas une bonne idée si vous ne prenez pas en compte tous les autres éléments.   Le résultat et le chemin parcouru Parler de guitaristes connus nous pousse à ne considérer que le résultat (c'est un bon guitariste), et pas le chemin parcouru pour y arriver (il a passé 10 ans à faire 8 heures de guitare par jour). Hendrix a effectivement appris la guitare sans solfège, oui, mais à quel prix ? Est ce qu'il n'aurait pas pu apprendre plus vite en connaissant le solfège ? Est ce qu'il n'aurait pas pu faire plus de choses avec le solfège ? Avant que vous ne répondiez "Bien sur que non, Hendrix c'était le meilleur", sachez qu'il a lui même dit lors d'une de ses dernières interview qu'il aimerait apprendre le solfège, parce qu'il se sent limité sans cette connaissance.   Quelque soit le chemin que vous choisissez, vous arriverez tôt ou tard au résultat. Mais ne serait-ce pas plus intéressant de choisir le chemin le plus rapide ? Si demain vous voulez aller en Inde en partant de Paris, vous prendrez l'avion ou un vélo ? L'avantage de l'avion, c'est que vous arriverez vite à votre destination. L'avantage du vélo, c'est que vous apprendrez plein de choses au cours de votre voyage. A vous de voir si vous avez un but fixé que vous voulez atteindre le plus vite possible, ou si vous préférez apprendre des choses comme ça vient pour votre enrichissement personnel. En gros : est ce le voyage ou la destination qui vous intéresse le plus ?   Et tous les autres ? Pour finir, pourquoi prendre comme seul exemple l'un des meilleurs guitaristes, et pas tous les mauvais guitaristes dont on a jamais entendu parler ? La réponse est dans la question : Hendrix est connu, mais pas tous les autres guitaristes qui ont appris avec ou sans solfège. C'est forcément plus difficile de prendre comme exemple quelqu'un dont personne n'a entendu parler. Et pourquoi ne pas prendre exemple sur tous les guitaristes connus qui ont appris le solfège ? Parce que là aussi il y en a beaucoup.   Pourrait on faire des statistiques là dessus ? Par exemple, sur une liste de 300 guitaristes connus, combien connaissent le solfège et combien ne le connaissent pas ? Oui c'est possible. Est ce que c'est intéressant ? Non. Parce que même si vous aviez cette statistique à votre disposition, remettez là dans le contexte de tout ce que j'ai dis dans ce billet, et vous vous rendrez compte qu'elle ne s'appliquera pas forcément à votre cas. Et croyez moi, je mettrais ma main à couper que le nombre de guitaristes connus qui connaissent le solfège vous surprendrait.   Conclusion La leçon a tirer de tout ça est simple : prendre exemple sur des grands guitaristes pour le choix de votre méthode d'apprentissage est une mauvaise idée. Vous n'êtes pas Jimi Hendrix, BB King ou Angus Young, vous n'avez pas la même approche de l'instrument qu'eux, vous n'avez pas les mêmes objectifs et vous ne passerez sans doute pas autant de temps qu'eux sur la guitare. Essayer de les copier sur un seul petit détail de leur apprentissage est une mauvaise idée, car ça ne s'appliquera pas forcément à votre cas.   De plus, si vous regardez l'ensemble des guitaristes connus, vous verrez qu'il n'y a pas de point commun. Certains ont appris avec un prof, d'autres sans. Certains ont appris en connaissant le solfège, d'autres sans. Et quelle que soit la question que vous vous posez, vous trouverez toutes les réponses possibles chez les guitaristes connus (et c'est sans parler des guitaristes inconnus).   C'est évident qu'il est possible d'apprendre la guitare sans solfège, ou sans prof. C'est également vrai que tout le monde peut y arriver, quelle que soit la méthode choisie. Mais certains qui choisissent la voix la plus longue risquent d'abandonner avant d'arriver au résultat. Ce qu'il faut plutôt faire quand on se pose la question du solfège (ou une autre question du même genre), c'est de chercher les avantages et les inconvénients. Qu'est ce que le solfège vous apprendra ? Quelles sont les limites auxquelles vous serez confrontés si vous ne l'apprenez pas ? Posez vous la question, et remettez ça dans le contexte de votre apprentissage, et de vos besoins.   Souvenez vous aussi que choisir une voix rapide n'est pas sans inconvénient (voir ce billet). L'avantage principal c'est que vous arriverez plus vite au résultat, et vous aurez donc moins de chance de vous décourager. Toute la difficulté que vous aurez est donc de connaitre votre limite de motivation, savoir si vous êtes près à passer trois mois à apprendre quelque chose, ou si vous préférez y arriver en deux semaines, quitte à apprendre moins de choses à coté. A vous de voir, mais dans tous les cas, je vous souhaite bon courage !

TheAthenA714

TheAthenA714

 

Quel genre de musicien êtes-vous ?

Voilà une question que peu de débutants se posent, et pourtant je trouve cela indispensable d'y réfléchir afin de mieux définir les buts que vous souhaitez atteindre dans votre apprentissage. On pourrait croire qu'être musicien c'est simplement jouer de la musique, mais cette définition est tellement large et englobe tellement d'approches différentes que je préfère détailler tout ça.   Les trois approches principales Je pense que l'on peut synthétiser toutes les approches de la musique en les séparant en trois grandes catégories : L'interprétation : c'est le fait de jouer l'oeuvre d'un autre. La musique est déjà écrite, et votre rôle en tant que musicien est de la reproduire pour un public. L'interprétation doit évidemment être teintée de touches personnelles, elle doit amener votre vision dans une oeuvre musicale. Ce n'est pas une bête copie ou du plagiat, c'est une re-découverte de l'oeuvre faite par un autre musicien que son auteur.
La composition : c'est le fait d'écrire de la musique de la façon la plus précise possible. Une composition est une oeuvre réfléchie, le fruit d'un processus de création long et perpétuellement changeant. Un compositeur essaye ainsi de retranscrire au mieux ses pensées et émotions sous forme musicale. Le but recherché (et inatteignable) est de partager avec le monde la musique qu'il a dans sa tête.
L'improvisation : c'est le fait de créer une oeuvre musicale nouvelle, personnelle, sur des bases définies, en temps réel. L'improvisateur ne sait pas à l'avance ce qu'il va jouer, le public ne sait pas à l'avance ce qu'il va entendre, chaque improvisation est entièrement unique et cessera d'exister à l'instant ou la dernière note cessera de sonner. C'est une forme de composition brute en temps réel, sans avoir les moyens de la retoucher pour la rendre parfaite. Une fois que c'est fait, c'est fait.
Ces trois catégories ne sont évidemment pas exclusives, on peut tout à fait vouloir devenir un bon interprète et un bon compositeur. Ou vouloir faire les trois. Mais chaque catégorie nécessite ses propres connaissances, son propre apprentissage, sa propre expérience, et même si c'est plutôt facile de toucher un peu aux trois, c'est extrêmement difficile de devenir un expert en tout tellement les approches peuvent diverger.   Des "sous-catégories" Je tiens à préciser que les trois catégories énoncées plus haut ne sont que des définitions très larges, et dans chaque catégorie il existe des "sous-catégories", des rôles plus restreints et plus spécialisés que certains musiciens adoptent et font toute leur vie. Ce sont souvent des vocations pour certains musiciens. Du coup peut-être que vous vous reconnaîtrez dedans, et que vous y trouverez votre voie. Une paire d'exemples : L'arrangeur : l'arrangeur est un compositeur qui complète les compositions d'un autre. On lui apporte généralement une mélodie et/ou une grille d'accords, et son rôle va être d'écrire les parties de chaque instrumentiste, de façon à transformer une simple idée musicale en une oeuvre complète. Il doit avoir une excellente connaissance de la théorie musicale, il doit connaitre sur le bout des doigts les subtilités de chaque style musical, et c'est un gros bonus si il possède une bonne technique sur plusieurs instruments. Il faut qu'il soit le plus polyvalent possible, afin d'être capable d'arranger n'importe quel morceau, dans n'importe quel style musical, pour n'importe quelle formation musicale.
Le musicien de studio : lui c'est un musicien qui n'a pas un groupe, mais des centaines de groupes. C'est un interprète avant tout, souvent improvisateur, et les studios d'enregistrements font appel à lui lorsqu'ils ont besoin une piste de guitare (ou autre) pour l'enregistrement d'un groupe. Il lui faut une maitrise technique de son instrument exemplaire, afin d'être capable de jouer n'importe quoi dans n'importe quel style dès qu'on lui demande, le plus parfaitement possible. Un bon musicien de studio débarque dans le studio pour l'enregistrement d'un groupe de funk, prend la partition qu'on lui tend, écoute le morceau, et enregistre sa partie en une prise, avant d'aller rejoindre un groupe de métal dans le studio d'a coté pour y faire la même chose.
Il faut aussi parler des musiciens qui se spécialisent dans certains styles musicaux, quelle que soit leur approche. Certains se contenteront d'être des improvisateurs jazz toute leur vie, d'autres seront des compositeurs de classique, d'autres encore des interprètes des Beatles uniquement. En bref, ces définitions sont à prendre au sens très large, et vouloir devenir un compositeur n'implique pas de savoir composer toutes les formes de musique possibles.   Pourquoi se poser la question ? Tout simplement afin de mieux orienter votre apprentissage ! Suivant le type de musicien que vous voulez devenir, vous n'aurez pas besoin des mêmes connaissances techniques ou théoriques. Suivant le style de musique que vous préférez, vous n'aurez pas non plus besoin de travailler les mêmes choses. Du coup si vous savez déjà ce que vous voulez faire plus tard (quitte à changer d'avis en cours de route, ce n'est pas interdit, et il n'est jamais trop tard), essayez de vous orienter tout de suite dans la bonne direction.   Alors évidemment, beaucoup s'attendent à recevoir des conseils pour devenir interprète, compositeur, ou improvisateur. Et bien désolé de vous décevoir, mais vous n'en aurez pas dans ce billet. Pas parce que je ne veux pas, mais tout simplement parce qu'il y a 10 000 façons de devenir interprète, compositeur ou improvisateur, 10 000 méthodes que l'on peut suivre, et certaines seront plus adaptées pour vous que d'autres. Et comme je ne vous connais pas musicalement, tout ce que je vous dirais aura autant de chances d'être adapté à votre cas que de vous faire perdre du temps.   Le seul conseil possible Il y a toutefois un conseil que je peux vous donner, et qui sera vrai quelle que soit votre situation : travaillez le plus tôt possible ce que vous voulez faire plus tard. Vous voulez devenir compositeur ? Travaillez la composition dès maintenant. Vous voulez devenir improvisateur ? Travaillez l'improvisation dès maintenant. Vous voulez devenir interprète ? Travaillez l'interprétation dès maintenant.   Beaucoup de débutants se disent "tout ça c'est trop dur pour moi, ça me dépasse, je verrais ça plus tard". C'est tout simplement complètement et intégralement faux. Il n'est JAMAIS trop tôt pour travailler l'interprétation, la composition ou l'improvisation. Bien évidemment si vous ne faites de la guitare que depuis deux semaines, vos premières tentatives seront désastreuses. Mais elles seront bénéfiques. Vous retiendrez les erreurs à ne pas faire, et vous vous poserez des questions qui vous amèneront à chercher les bonnes réponses.   Plus tôt vous vous y mettrez, plus tôt vous saurez composer/interpréter/improviser.   Petite note personnelle Pour ceux que ça intéresse, personnellement je me classe dans la catégorie "improvisation". Je suis un improvisateur dans l'âme. J'ai évidemment appris à interpréter et à composer, mais principalement parce que ce sont de bons exercices, quelle que soit votre vocation. Et aussi parce que pour gagner sa vie en tant que musicien (et surtout en tant que prof), c'est utile.   Mais ma passion ça reste l'improvisation, pour les libertés totales que ça apporte, avoir le droit de jouer tout ce qu'on veut sans aucune limite est un sentiment extrêmement exaltant, et également pour le coté toujours innovateur de l'improvisation. J'aime le fait de ne jamais savoir ce que je vais jouer (même si ça me terrifie), de me rendre compte après coup que je n'avais jamais joué ça auparavant, et de savoir que je ne le re-jouerais jamais.   Pour finir sur une touche pseudo-ridiculo-philosophique : l'improvisation c'est comme la vie, on ne sait pas ce qui va se passer, on n'a qu'un contrôle limité sur ce qui nous arrive, et quand c'est fini, c'est fini. Pas de retour en arrière, pas de deuxième chance.   Et vous, quel genre de musicien êtes-vous ?

TheAthenA714

TheAthenA714

 

Conversation entre un maître et un élève souhaitant apprendre l'improvisation.

Il y a une paire d'années, j'ai fais l'acquisition de l'excellent livre "La partition intérieure" de Jacques Siron. Et juste entre l'introduction et la première partie du livre, il nous propose une série de dialogues imaginés entre un maître enseignant l'improvisation, et un élève souhaitant acquérir ces compétences.   C'est évidemment humoristique, un brin exagéré, mais j'ai le regret de vous annoncer que des profs de musique comme ça existent en vrai, et que j'ai retrouvé dans ces caricatures certaines personnes que je connais. Et nul besoin de le préciser, mais malheureusement aucun de ces dialogues n'apportera de réelles compétences en improvisation à l'élève.   Du coup, je pense qu'il est utile (et amusant) à chacun de lire ces petits extraits, et je pense que Mr Siron ne m'en voudra pas trop de partager ça librement sur Internet. Bonne lecture !   L'élève : Maître, apprends-moi à improviser. Le maître : L'improvisation ne s'enseigne pas. L'élève : Mais je veux être ton disciple. Le maître : Sois ton propre maître, connais-toi toi même. L'élève : Le secret détenu par les Anciens serait-il intransmissible ? Le maître : Tu n'auras pas mon secret. L'élève : Mais pourquoi toute cette ombre ? Où est la clé qui assure l'entrée de la connaissance ? Le maître : Dans un lieu impossible à prendre. L'élève : Mais alors, ne serais-tu qu'un imposteur ?     L'élève : Maître, apprends-moi à improviser. Le maître : Le jazz, c'est les II-V-I. Voilà, travaille les II-V-I. L'élève : Merci, maître. Trois semaines s'écoulent. L'élève : Maître, j'ai travaillé les II-V-I. Est ce que je sais improviser ? Le maître : Travaille le jazz à tous les tempi, dans toutes les tonalités. L'élève : Merci, maître. Un an après. L'élève : Maître, je sais jouer à tous les tempi, dans toutes les tonalités. Est ce que je sais jouer ? Le maître : Et la 35ème dièse ? Et le mixophrygien ? Et la substitution patatonique ? L'élève : Merci, maître. Sept mois plus tard. L'élève : Maître, je connais la bémol 32 et le contrelydien. Est ce que je connais l'improvisation ? Le maître : Pas encore. Tiens, voici encore des licks et des patterns, des moulures, et puis encore des ticks. L'élève : Merci, maître. Trois ans après, etc...     L'élève : Maître, apprends-moi à improviser. Le maître : Médaille de saxophone ? Diplôme de piano ? Certificat de solfège ? Agrégation de contrepoint ? Vous savez, les temps ont changé. L'improvisation, ce n'est plus ni pour les fumistes, ni pour les illettrés.     L'élève : Maître, apprends-moi à improviser. Le maître : Mais fais ton truc ! L'élève joue. Le maître : Yeah, man. L'élève : Mais que faut-il apprendre ? Le maître : Yeah, man, fais ton truc. L'élève joue, hésite, s'arrête. Le maître : Joue, yeah, joue.     L'élève : Maître, apprends-moi à improviser. Le maître : Tiens, petit. Ecoute-moi Bix. Tu connais Bix ? Tu sais, il était nuts, il jouait en pleine nuit. L'élève : Ah ? Le maître : Et puis Dizzy ? Sa trompette coudée ! (Il lui explique pourquoi sa trompette est coudée). Ecoute moi J.J. avec Max. On sent qu'il a écouté Bird, mais avec un peu de Fats et de Clifford, et des restes de tailgate. Et les rim shots de Max ? L'élève : Oh oui. Le maître : Et tu connais l'histoire de Mingus et de Duke ? (Il lui raconte l'histoire de Mingus et de Duke ; il rit) L'élève : Incroyable. Le maître : Et petit, tu sais ce qu'Ella a fait à Ray avec le J.A.T.P. ? L'élève : Non. (Il lui dit tout ce qu'Ella a fait à Ray, en brodant quelques détails). Le maître : Et puis le coude de la trompette de Dizzy ? (Il lui explique pour la deuxième fois pourquoi sa trompette est coudée ; l'histoire est un peu différente de la première). L'élève : Euh. Le maître : Et Cannonball ? Tiens, petit, voilà une photo. (Il monte sur un tabouret et sort une pile de photos). Une photo de Cannonball qui faisait un gig avec Sarah, dans l'Iowa en 59 - il lui montre la photo avec un large clin d'oeil, puis saute sur le phonographe. Ca, c'est Roy avec Fatha, petit. L'élève : Ah, bon. Le maître : Et puis Dizzy ? Tu savais que sa trompette était coudée ? Attends, petit, je vais te raconter pourquoi.     L'élève : Maître, apprends-moi à improviser. Le maître : L'improvisation, c'est la fête. Prends ton instrument, caresse-le. Ecoute les sons de la vie, le silence de la nuit, le murmure des amoureux. L'élève : ... Le maître : Ecoute les coulées du plaisir, le cri de la joie ! Fais craquer ton être, déchire ton âme. L'élève : ... Le maître : Brûle tes désirs, joue l'instant de ta mort. L'élève, tremblant : Mais maître, apprends-moi à improviser.

TheAthenA714

TheAthenA714

 

Ne me posez pas de questions en mp !

Avec la popularité grandissante du site, de plus en plus de gens s'inscrivent chaque jour, et avec ça, de plus en plus de débutants se posent des questions. Et fatalement, de plus en plus de débutants me contactent directement en message privé (ou par mail, voir sur facebook) pour me poser des questions pour apprendre la guitare.   Le but de ce billet est double : d'une part vous dire de ne pas le faire, et d'autre part vous expliquer pourquoi. Comme ça je n'aurais pas à retaper un pavé à chaque fois qu'on me pose des questions en privé. Lisez donc la suite si je vous ai répondu avec un lien qui vous a renvoyé sur cette page.   Pourquoi ne faut-il pas me poser de questions par mp ? Premièrement, sachez que je reçois des questions en privé plusieurs fois par jour. Si je devais prendre le temps de répondre à chacun de vous sérieusement (autrement que par un "démerde toi" en gros), ça me boufferait tout mon temps. D'une part, il faut que je passe du temps à travailler sur les vidéos du site (et tous les trucs annexes, ça se fait pas tout seul), et d'autre part j'aimerais avoir du temps pour moi accessoirement (même si ça, on s'en fout).   Deuxièmement, sachez que le forum a été mis en place justement pour que vous posiez des questions. Si vous avez la moindre interrogation concernant la guitare, vous pouvez venir sur le forum. C'est beaucoup plus pratique que par mp, parce que vous avez toute une communauté de membres prêts à vous aider, et dans le cas ou personne ne trouve la réponse, j'y passe assez régulièrement pour m'en occuper. En plus de ça, de très nombreuses questions ont déjà été posées (à titre d'informations on a plus de 10 000 sujets sur le forum, tous ne sont pas des questions, mais quand même), il y a donc de fortes chances pour que vous trouviez la réponse à votre question si vous cherchez un peu.   Du coup, si je réponds souvent sur le forum, pourquoi je ne le ferais pas également en mp ? Et bien parce que l'intérêt d'un forum, c'est qu'il est accessible à tous. Si vous me posez une question et que je vous réponds en mp, il n'y a que vous qui profiterez de la réponse. Si vous posez une question sur le forum et que moi (ou quelqu'un d'autre) vous réponds, tous les autres utilisateurs peuvent voir la réponse. Et dans le lot, certains se posaient la même question, d'autres ne se la posaient pas mais trouvent l'information utile, d'autres encore s'en foutent mais c'est pas grave.   En bref, si vous posez la question sur le forum, non seulement vous vous aidez vous même, mais vous aidez aussi tous les autres membres, présents et futurs. Pensez donc à la communauté !   Mais je n'ose pas ! Certains d'entre vous vont sans doute se dire (comme certains me l'ont dit par mp) "mais je n'ose pas poser ma question sur le forum, j'ai peur que ce soit une question stupide ou qu'on se moque de moi". Ni l'un, ni l'autre. Il y a eu des tonnes de débutants qui sont passés par là avant vous, et qui ont posé tout plein de questions. Tous les gens qui vont vous répondre ont aussi été débutants à une époque (oui, même moi), et on s'est tous posés des questions plus ou moins stupides. Le forum est là pour apporter des réponses à vos questions, pas pour autre chose (tant que vous respectez les règles, parce que si vous vous comportez comme un boulet, on ne peut rien pour vous). Et si vous n'osez pas poser de questions, vous ne risquez pas d'aller bien loin en guitare ! Alors osez, posez vos questions, vous apprendrez des trucs comme ça et vous en ressortirez grandis.

TheAthenA714

TheAthenA714

 

Les trois axes de la musique : rythme, mélodie et harmonie

Lorsque l'on parle de musique en société, on se rend vite compte qu'il y a tout un tas de styles différents, et tout un tas d'aficionados pour chacun de ces styles. Depuis la musique classique jusqu'au hip-hop, en passant par le rock, le blues, le jazz, le métal, le funk et tellement d'autres que je ne pourrais citer sans écrire 80 pages, on y trouve de tout. Et pourtant, très rares sont les gens appréciant tous les styles de musique, la plupart des personnes qui aiment la musique écoutent certains styles, et en boycottent d'autres.   Le but de ce billet n'est pas de convertir tout le monde à "l'universalité" de la musique, chacun a ses goûts et chacun doit respecter ceux des autres. Le but de ce billet est plutôt d'apporter quelques informations pour tordre le cou à certains clichés que l'on entend trop souvent dans les débats musicaux, tout en essayant d'avoir une approche sérieuse.   Les clichés Qui n'a jamais entendu la phrase "le rap c'est pas de la musique, il n'y a pas de mélodie", ou encore "le métal c'est nul, le chanteur se contente de gueuler". Bien évidemment, vous avez tout à fait le droit de ne pas aimer l'un ou l'autre de ces styles, mais il n'empêche que ces phrases clichées sont complètement fausses. Le fait d'aimer ou pas un morceau de musique est un processus basé avant tout sur l'émotion, l'expérience que l'on a de cette musique, et absolument pas sur des éléments rationnels comme la présence ou l'absence de la mélodie. Et c'est ce que je vais essayer de démontrer aujourd'hui.   Les fondations de la musique Lorsque l'on parle de théorie musicale, on sépare toutes les notions en trois grandes catégories : le rythme, la mélodie, et l'harmonie. Le rythme représente le placement des notes dans le temps, leur durée, et leur espacement entre elles. La mélodie représente une suite de note, et pour être plus précis, elle est définie par les intervalles entre ces différentes notes. L'harmonie représente la superposition de plusieurs notes (ce qu'on appelle couramment un accord), et là encore elle est définie par les intervalles entre ces notes. Ce sont les trois pierres angulaires formant la musique, et n'importe quel morceau, de n'importe quel style, de n'importe quelle époque, utilisera une ou plusieurs de ces composantes.   Est-ce si important ? La question que je vais vous poser est la suivante : faut il nécessairement ces trois éléments pour faire de la musique ? Et à mon avis, la réponse est non. Remontons un instant dans le temps. Il y a souvent débat à savoir quel a été le premier instrument de musique utilisé par l'homme : était-ce sa propre voix, ou des percussions. Peu importe la réponse, les deux cas sont intéressants. Dans le premier cas, cela voudrait dire que les premières musiques chantées étaient purement mélodiques et rythmiques, et n'avaient aucune composante harmonique. Tout simplement parce qu'à moins de maîtriser , il est impossible de créer une superposition de notes avec une seule voix (et même dans le cas du chant diphonique, on ne peut pas vraiment considérer ça comme une approche harmonique, mais c'est un autre débat). Dans le deuxième cas, la première musique créée était encore plus simple : il n'y avait qu'une composante rythmique, et absolument pas de mélodie ou d'harmonie.  Est-ce de la musique ? Peut on considérer ces premières formes basiques comme de la musique ? Je pense que oui. Ce n'est pas parce que les premiers chants tribaux n'avaient pas d'harmonie que ce n'était pas de la musique. Ce n'est pas parce que les premiers humains à taper sur des bouts de bois ne créaient aucune mélodie ou harmonie que ce n'était pas de la musique. Tout ça c'est bien beau pour les hommes de Cro-Magnon, mais qu'en est-il de nos jours ? Et bien si on reprend l'exemple de la percussion, certaines formations actuelles comme (et bien d'autres, par exemple) continuent de faire de la musique en se basant uniquement sur des percussions (et des percussions extrêmement basiques en plus). Et avec ça, ils vendent des albums, font des concerts, et apportent une expérience musicale à des milliers de personnes.Pour être encore plus concret, demandez vous quelle est la toute première chose que vous avez appris en musique ? Je parierai sur "Au clair de la lune", "Frère Jacques", ou une autre comptine pour enfant. Et lorsque vous l'avez appris, qu'avez vous fait ? Vous l'avez chanté, tout seul, juste une simple mélodie (à peu près) en rythme. Y avait il de l'harmonie là dedans ? Pour être tout à fait honnête, un théoricien vous dira que oui, il y a une part d'harmonie implicite due à la mélodie. Mais quand vous êtes gamins, vous vous contentez de chanter une mélodie sans vous rendre compte de l'absence de l'harmonie. Et ça reste de la musique. Et ça vous éclate.   Et le rap dans tout ça ? Revenons maintenant sur notre premier exemple : "le rap c'est pas de la musique, il n'y a pas de mélodie". Celui qui dit ceci n'a tout simplement rien compris à la musique. Il n'y a pas besoin d'avoir de mélodie pour faire de la musique, le rythme suffit, et c'est justement un des aspects les plus importants du rap. Sans parler du fait que de nombreux rappeurs utilisent beaucoup de samples contenant une grosse part de mélodie et d'harmonie. Après j'insiste sur un point : mon but n'est pas de vous faire aimer le rap, chacun a le droit d'aimer ou de pas aimer. Mon but est simplement de dire que le rap reste de la musique, que l'on aime ou pas, et ce malgré l'absence de mélodie.   Mélodie, mélodie, toujours la mélodie Alors pourquoi tant de gens aiment autant la mélodie, et considèrent souvent qu'un morceau n'ayant pas de mélodie n'est pas de la musique ? Et bien je pense que c'est tout simplement du à l'influence de la musique qu'on entend tous les jours. Depuis plusieurs siècles la mélodie est au coeur de bien des styles musicaux, et on est habitué à les entendre, à les reconnaitre, et à les utiliser. Mais n'oubliez pas que ça n'a pas toujours été le cas : la musique folklorique africaine est en grande partie basée sur le rythme plutôt que sur la mélodie, et la musique "religieuse" (les choeurs d'église) est principalement basée sur l'harmonie, avec très peu d'importance accordée à la mélodie. L'absence de mélodie peut nous choquer, on n'a pas forcément l'habitude, mais il faut garder en tête que ça n'enlève en rien le caractère musical d'une oeuvre. Tout comme l'absence d'harmonie ou l'absence de rythme permet toujours de faire de la musique.   Mais encore une fois, vous avez tout à fait le droit de ne pas aimer certains styles de musique à cause de l'absence de mélodie, évitez juste de dire que ce n'est pas de la musique. Dites simplement que vous n'aimez pas, les gens qui aiment se montreront beaucoup plus compréhensifs.   A suivre... Est ce que toute cette réflexion peut s'appliquer à mon deuxième exemple "le métal c'est nul, le chanteur se contente de gueuler" ? Dans un sens oui, mais je préférerais explorer une toute autre facette de la musique pour exploiter cet exemple, et ça, ça sera l'objet d'un autre billet.

TheAthenA714

TheAthenA714

 

Soyez curieux, expérimentez !

En guise d'introduction à ce billet un peu long, je vous propose un extrait de ce qui se passe régulièrement pendant les cours de guitare.   Le contexte : élève complètement débutant, tout premier cours de guitare, il vient tout juste d'apprendre comment faire un mi mineur, c'est à dire qu'il faut placer deux doigts sur les cases 2 des cordes de la et ré. Et là lui vient une question. - Si je décale mes doigts sur d'autres cases, est ce que ça sonnera bien ? Question assez banale, un peu naïve, mais très classique venant de quelqu'un qui n'y connait pour l'instant rien en guitare et en musique. Certains se la posent, d'autres se posent d'autres questions, d'autres se la poseront plus tard, et d'autres encore ne se la poseront jamais. Face à ce genre de question, étant un prof sadique, je réponds toujours avec un sourire en coin. - A ton avis ? Là généralement l'élève panique un peu. Il cherche des yeux un indice qu'il n'aurait pas vu sur la feuille, réfléchis à ce que j'ai dis pendant le début du cours pour voir si il a loupé quelque chose, se demande si il n'est pas tout simplement idiot au point de ne pas avoir la réponse, et finalement abandonne en disant. - Baaah, j'en sais rien. C'est alors que je sors mon arme magique, en une simple phrase. - Tu crois pas que le mieux ce serait d'essayer ? Certains sont réticents, et requièrent quelques encouragements, mais tôt ou tard les yeux de l'élève s'illuminent, l'idée ne lui était même pas venue d'essayer sans qu'on le lui dise. Il fait alors l'expérience en décalant ses doigts, et constate si oui ou non ça sonne bien sur d'autres cases. Il ne comprends toujours pas pourquoi, mais au moins il a fait le constat par lui même, et c'est là que je commence à lui expliquer réellement ce qui se passe. Sans s'en rendre compte il vient d'apprendre une des leçons les plus importantes en musique.   Ce genre de scène arrive très régulièrement en cours, surtout chez les débutants, mais parfois aussi chez des guitaristes plus avancés. Pour tout un tas de raisons, ça touche beaucoup plus ceux qui prennent des cours avec un prof que les auto-didactes. Et c'est le sujet que j'aimerais développer dans ce billet.   En musique, beaucoup de choses sont évidentes, instinctives. Même si on ne comprends pas forcément le fonctionnement, des tonnes de gens seront capables de dire si quelque chose sonne bien ou pas, sans aucune éducation musicale. C'est tout simplement parce que cette capacité est profondément liée à l'écoute de la musique, et que tout le monde a reçu une éducation, même minime, en écoutant de la musique. La musique est omniprésente dans notre vie, depuis le jour de notre naissance, sous de multiples formes (radio, télé, jingles pubs, sonneries de portables, gens ou oiseaux qui sifflent dans la rue etc...), et toute cette musique façonne notre capacité d'écoute. Personne possédant une ouïe fonctionnelle n'est complètement illettré musicalement.   Partant de ce constat, n'importe quel guitariste, quelque soit son niveau technique ou théorique, peut expérimenter, essayer des choses. Dans tous les cas, il y aura un résultat, et il pourra dire si oui ou non son expérience est concluante. Si ce qu'il a tenté sonne bien, il se demandera alors pourquoi et explorera un peu d'harmonie pour le savoir, et/ou ré-utilisera ce qu'il vient d'essayer. Si ça ne sonnait pas bien, il se souviendra qu'il ne faut pas le faire, et là aussi essayera de comprendre pourquoi. Et parfois il se rendra compte que quelque chose qui lui semble faux à l'oreille peut être utilisé de façon très agréable musicalement.   La clé pour expérimenter en musique, c'est la curiosité. Plus on est curieux, plus on va faire d'expériences, et plus on va découvrir de choses intéressantes. On peut apprendre énormément de choses en musique simplement en étant curieux et en essayant. L'immense majorité d'excellents musiciens que je connais (personnellement ou pas) sont extrêmement curieux, et s'aventurent très souvent sur des sentiers qu'ils ne connaissent pas, simplement parce qu'ils se disent "tiens, et si j'essayais ça ?". Les interviews de tous ces génies musicaux regorgent d'anecdotes amusantes sur ce sujet. Pour prendre un exemple, je vais citer (de mémoire) Keith Jarrett qui constatait que tous les enfants qui prenaient des cours de piano jouaient principalement au milieu du clavier. Et lui, curieux, s'est simplement demandé "qu'est ce qu'il se passe si je joue dans les extrêmes ?". Et il s'est mis à explorer ces touches graves et aiguës qu'aucun autre enfant de son âge ne jouait.   Pour autant, la curiosité n'est pas la cause du blocage qui empêche les gens d'expérimenter par eux mêmes. Dans l'exemple que j'ai donné au début, l'élève peut être extrêmement curieux par nature, ce qui l'empêche de faire sa petite expérience c'est tout simplement la peur. La peur de faire une fausse note, de faire quelque chose de mal, de se faire disputer. Hors il n'y a rien de tout ça en musique, on n'est pas à l'école, et on ne va pas recevoir un 0/20 à faire signer par les parents si on joue n'importe quoi. Et c'est là la leçon que l'élève à retenu dans mon exemple (qu'il s'en rende compte ou pas), et que j'aimerais partager aujourd'hui avec tous les apprentis guitaristes :   N'ayez pas peur d'expérimenter, d'essayer des choses, tout ce qui vous passe par la tête. Suivez vos envies, vous ne briserez pas la structure de l'univers si vous faites n'importe quoi. Il ne peut sortir QUE des bonnes choses de vos expériences. Prenez confiance en vous, vous ferez peut être n'importe quoi, mais vous aurez essayé, et en le faisant vous aurez retenu quelque chose, vous aurez ouvert de nouvelles portes, ou vous aurez trouvé des nouvelles questions qui vous feront avancer.   J'ai dis plus tôt que ce problème touchait plus souvent les personnes prenant des cours que les autodidactes, et c'est à mon avis une simple question de caractère. La plupart des autodidactes que je connais n'ont pas froid aux yeux, n'ont pas peur de faire des expériences, de se planter, de faire des erreurs. A l'inverse, la plupart des gens qui prennent des cours sont poussés vers un prof par la peur de faire des bêtises, la peur de faire des erreurs. Je ne parlerais pas ici de la question "faut il prendre des cours ou pas", parce que c'est un sujet bien trop complexe, mais ça ne change rien à la question abordée dans ce sujet : n'ayez pas peur d'expérimenter, vous n'en tirerez que des bonnes choses, et dans le pire des cas toute erreur est rattrapable.   Gardez ça en tête tout au long de votre apprentissage, et utilisez votre curiosité. Vous apprendrez bien plus vite comme ça.

TheAthenA714

TheAthenA714

 

La deuxième reprise de la journée pour les extrémistes capillaires

Comme annoncé tout à l'heure, nous avions enregistré une deuxième reprise lors de la répét d'aujourd'hui, qui est maintenant prête à être livrée au public.   Ce morceau est l'un de ceux qui a le plus de succès lors de nos concerts, et c'est aussi un de nos préférés de tout notre set, puisque nous rendons hommage à l'un des plus grands chanteurs français (enfin qui chante en français, vu qu'il n'en avait pas la nationalité), que nous adulons tous les deux. Bref, sans plus attendre, et sans même vous donner le titre tellement c'est évident (et en plus c'est inscrit dans la vidéo), voilà la vidéo :     N'hésitez pas à partager tout ça !

TheAthenA714

TheAthenA714

 

La dernière reprise des extrémistes capillaires : Moskau.

Cet aprem', c'était répét avec mon chanteur, et du coup on en a profité pour filmer une paire de reprise (à l'arrache par contre, même pas de micro potable, juste la caméra dans un coin). L'une d'elle est déjà online, l'autre arrivera sur youtube dans le w-e.   Bref cette fois ci on a choisi un morceau bien débile à la base, . Oui, ça pique les oreilles. Oui, on pensait vraiment pas que ça sonnerait bien en acoustique. Et pourtant, ça sent bon la vodka et les patates, bref c'est du lourd :http://www.youtube.com/watch?v=NIWVlK00lJo&feature=youtu.be   Bon ok, c'est complètement naze, mais vous pouvez pas imaginer à quel point on a pris notre pied à faire un truc pareil !   Je vous rassure, l'autre reprise qu'on a filmé est beaucoup plus sérieuse, mais je ne vous dirais pas ce que c'est, je préfère garder le suspens.

TheAthenA714

TheAthenA714

 

La guitare n'est pas un instrument facile !

Voilà une phrase qui revient très souvent sur les forums, dans les discutions entre guitaristes, dans la bouche des débutants et moins débutants, et elle est même parfois proférée par des profs de guitare : la guitare est un instrument facile.   A ça je répondrais purement et simplement :   Mais je ne vais pas m'arrêter là, et je vais plutôt vous expliquer mon point de vue, en essayant de faire comprendre quelques petites choses essentielles aux débutants. On va commencer par étudier les arguments qui poussent les gens à dire que la guitare est un instrument facile.   Le solfège Le plus courant de ces arguments est "on a pas besoin d'apprendre le solfège pour apprendre la guitare". Cet argument est tout simplement faux. Tout d'abord, le solfège n'est pas indispensable pour commencer la guitare, mais il devient vite important suivant le niveau que l'on vise. Si on veut travailler correctement le rythme ou étudier l'harmonie, il devient carrément un passage obligatoire. Dire qu'on a pas besoin de solfège pour jouer de la guitare est faux, il vaut mieux dire "on a pas besoin de solfège pour commencer la guitare" ou encore plus précis "on a pas forcément besoin de solfège pour jouer certains morceaux à la guitare".   Mais là ou beaucoup de gens se trompent, c'est que c'est valable pour TOUS les instruments. Il y a des tonnes de méthodes qui apprennent les premiers pas sur n'importe quel instrument SANS solfège. Pour le piano il y a des systèmes de gommettes colorées/numérotées à mettre sur les touches pour ne pas avoir à savoir si c'est un do ou un ré. Sur le violon il y a beaucoup de méthodes et de professeurs qui recommandent de mettre des élastiques pour créer des frettes et ainsi ne pas se prendre la tête à savoir quelle note on joue. Et dans la plupart des cas, ces méthodes introduisent ensuite le solfège très progressivement, sans difficulté, suivant les besoins, comme ce que l'on peut faire en guitare.   L'autre aspect important à bien comprendre, c'est qu'en France (et sans doute dans beaucoup d'autres pays), les institutions qui enseignent la musique (les cours au collège, école de musique, conservatoire) nous forcent à apprendre le solfège, et souvent de façon très rédhibitoire (genre un an de solfège avant de toucher un instrument au conservatoire). C'est une approche qui se justifie dans le cas ou on veut devenir instrumentiste professionnel, mais qui se justifie moins pour tout ceux qui se lancent dans la musique en tant que passe-temps. Et malheureusement, comme peu d'alternatives sont proposées, les gens s'imaginent que c'est la seule façon d'apprendre, mais ce n'est pas le cas.   Donc pour résumer, le solfège n'est pas indispensable pour commencer, mais il devient vite très important, et c'est valable pour tous les instruments, la guitare n'est pas le seul instrument que l'on peut apprendre sans le solfège.   Les morceaux Un autre argument qui revient souvent est simple : on peut apprendre quelques morceaux en quelques minutes sur une guitare. Et ça c'est vrai, avec une dizaine de minutes de pratique on peut commencer à jouer des Smoke on the water ou Come as you are. Et après quelques mois de pratiques, quand on commence à maitriser les accords et le rythme on peut jouer des milliers de morceaux. Mais là encore il y a plusieurs soucis avec cet argument.   Déjà, c'est encore une fois valable pour tous les instruments. N'importe qui peut apprendre à jouer au clair de la lune au piano en deux minutes chrono. Et pour avoir enseigné la guitare et le piano, je peux vous assurer qu'on mets souvent moins de temps à apprendre au clair de la lune sur le piano que d'apprendre Come as you are sur une guitare. Alors pourquoi cette idée est ancrée dans la tête de beaucoup de gens ? Et bien c'est une question de répertoire : en guitare, on peut apprendre à jouer des morceaux qui sont connus, qui sont modernes, que tout le monde aime. En piano (ou sur d'autres instruments), les premiers morceaux qu'on apprends sont des mélodies de musique classique, ou des comptines. C'est tout de suite moins sexy.   L'autre aspect à prendre en compte, c'est qu'on peut certes gratouiller quelques morceaux en quelques minutes/jours/semaines/mois, mais ça ne veut pas dire qu'on sait jouer de la guitare. Les premiers déchiffrages sont souvent catastrophiques à bien des niveaux (propreté, interprétation, rythme), et le vrai travail commence après. Avec toutes les difficultés qu'on retrouve dans tous les instruments : apprendre à jouer en rythme, développer la technique, maitriser le son, découvrir l'interprétation etc...   Donc plutôt que dire "la guitare est un instrument facile", je préfère dire "la guitare est un instrument accessible", dans le sens ou il est sans doute aussi difficile à apprendre que les autres, mais on a plus rapidement accès à des morceaux qu'on a envie de jouer.   La difficulté Une fois qu'on a passé les premières étapes et qu'on s'attaque aux vraies difficultés du travail, on peut se demander si la guitare est un instrument plus facile ou plus difficile que d'autres instruments. Beaucoup de gens vont instinctivement répondre que c'est plus facile, mais là encore c'est un non-sens.   Déjà, à quel instrument comparons nous la guitare ? Il existe des centaines d'instruments, et il y a beaucoup d'instruments qui ne nécessite pas beaucoup de technique complexe pour pouvoir les jouer (le ukulele par exemple, vu que c'est à la mode). Il serait donc plus juste de dire que "la guitare est un instrument plus facile que d'autres, mais plus difficile que d'autres". Est ce qu'il faudrait alors se jeter sur l'instrument le plus facile simplement parce qu'il est facile ? Je pense que ce serait une grosse erreur, apprendre le ukulele alors que l'on veut jouer de la guitare c'est comme prendre des cours de natation alors qu'on rêve de faire de l'escalade. Ce ne sont pas les mêmes instruments.   Ensuite il ne faut pas oublier une vérité que notre société essaye de cacher : on est tous différents. Il n'y a pas deux êtres humains sur terre qui soient identiques, et qui aient les mêmes capacités. Du coup, certains instruments paraissent faciles pour une personne, mais paraîtront difficiles pour d'autres. Après tout, on connait ou on a tous connu un ptit génie quelque part qui s'est collé à un instrument et qui est devenu super bon en peu de temps. Mais ça ne veut pas dire que ça sera le cas pour tout le monde. On a simplement des "affinités" avec certains instruments et pas avec d'autres. L'apparente facilité ou difficulté de la guitare est donc en grande partie subjective.   Pour résumer cette partie, la guitare est un instrument plus facile que d'autres, mais plus difficile que d'autres, et de toutes façons on s'en fout, la facilité ne devrait pas être un critère de choix quand on se lance dans un instrument.   Il faut travailler On arrive à la fin de cet article, même si j'aurais encore beaucoup à dire sur le sujet, et je vais maintenant essayer de justifier tout ce bla-bla avec des leçons à tirer pour les débutants.   Tout d'abord, ma motivation. Pourquoi est ce que je me suis lancé dans l'écriture de ce billet ? Et bien tout simplement parce que vous n'avez pas idée du nombre de débutants qui ont commencé la guitare en se disant "c'est facile", et qui se rendent compte quelques semaines plus tard qu'il faut travailler. Et oui, même si on supposait que la guitare était l'instrument le plus facile du monde, même si on mettait de coté tout ce que je viens de dire, ça reste un instrument de musique. Ca reste une discipline comme toutes les autres, qui nécessite de la pratique, du travail. Passer correctement un changement d'accord C/G demande des heures de travail, et je ne parle même pas des accords barrés. Et malheureusement, beaucoup de débutants ne s'en rendent pas compte, ne s'y attendent pas, et quand ils se retrouvent au pied du mur, ils se découragent et arrêtent. Ils ont gâché 150€ dans une guitare, du temps, et parfois encore plus d'€ dans des cours, tout simplement parce qu'on leur avait promis quelque chose d'impossible. Et pire, cette déception les amène parfois à penser "la guitare/musique c'est pas pour moi", ou encore "je suis pas assez bon pour ça", alors que c'est complètement faux. Tout le monde peut apprendre la guitare, il ne faut juste pas s'imposer des objectifs surréalistes.   Donc si vous lisez ceci et que vous êtes débutants, soyez prévenus : la guitare n'est PAS un instrument facile dans le sens où vous l'entendez. C'est un instrument accessible, plus facile que d'autres, mais qui nécessite du travail. Ne vous faites pas piéger par une apparente facilité, vous allez devoir bosser et galérer, comme pour n'importe quelle autre discipline que vous avez entrepris dans votre vie, et ce quelque soit votre niveau ou le niveau que vous visez.   Et si vous lisez ceci, que vous n'êtes plus débutants, et que vous partagez mon opinion, n'hésitez pas à propager tout ça. N'hésitez pas à reprendre les gens quand ils prétendent que la guitare est un instrument facile, n'hésitez pas à avertir les débutants, je suis sur que vous avez tous une expérience personnelle pour leur faire prendre conscience du travail qu'implique une guitare (parlez leur des barrés !). Et si vous n'avez pas envie de vous lancer dans un débat, donnez leur simplement le lien de cet article, ça fera l'affaire !

TheAthenA714

TheAthenA714

 

Nous avons tous l'oreille musicale !

Une des choses qui revient souvent à mes oreilles en donnant des cours et en lisant les forums, c'est le fait que les débutants n'ont pas l'oreille musicale. Bien souvent on me dit "j'arrive pas à entendre la différence entre tel et tel accord, je ne dois pas avoir l'oreille musicale" ou encore "jsuis pas doué pour retrouver un morceau à l'oreille, je ne dois pas avoir l'oreille musicale". Pour faire simple, cette affirmation est fausse, mais nous allons détailler tout ça afin que les débutants comprennent un peu mieux ce qu'est "l'oreille musicale", et pourquoi ils ont l'impression de ne pas l'avoir.   L'oreille, qu'est ce que c'est ? Déjà il faut bien comprendre que lorsqu'on parle "d'oreille", on ne parle pas seulement du truc qui pends des deux cotés de la tête (ou d'un seul coté si on s'appelle Van Gogh). Pour être exact, il faudrait plutôt parler du système auditif au complet, qui comprends l'oreille et tout ce qu'il y a à l'intérieur (le tympan, la cochlée etc...), mais également le cerveau.   En effet, l'oreille n'est qu'un simple instrument qui capte tout ce qu'elle entends, un peu comme un micro. Mais le cerveau a un rôle très important dans l'écoute : c'est lui qui s'occupe d'analyser les fréquences, de distinguer les sons, qui nous permet donc de faire la différence entre deux notes, et par la suite de reconnaitre des accords ou des mélodies.   Qu'est ce que l'oreille musicale ? Généralement, quand on emploie le terme d'oreille musicale, on parle de la capacité à distinguer trois choses : les différentes hauteur de sons : savoir si une note est plus aigue qu'une autre
le placement dans l'espace : si un son vient de la gauche, la droite etc...
le timbre : savoir si le son provient d'une guitare, d'un piano ou d'une tronçonneuse
On pourrait également parler du rythme, mais là ça n'a plus grand chose à voir avec l'oreille.   On a tous une oreille musicale. Revenons au titre un peu provocateur de ce billet. Notre oreille est musicale, et possède toutes les caractéristiques décrites ci-dessus, qu'on le veuille ou non. On s'en sert tous les jours, et ce depuis notre naissance, sans même en avoir conscience.   Quand quelqu'un vous hèle dans la rue, vous entendez bien si le son vient de derrière ou devant, de la gauche ou la droite, et avec un peu d'entrainement les aveugles se repèrent très bien grâce au son. Si vous êtes un mec et qu'une fille crie à coté de vous (ou en dessous de vous ), vous entendez bien que son cri est bien plus aigu que le votre (ou plus grave, mais dans ce cas je m'inquiéterais). Quand vous répondez au téléphone, si c'est quelqu'un que vous connaissez, vous savez immédiatement de qui il s'agit parce que vous reconnaissez sa voix. Mieux, si c'est quelqu'un que vous connaissez bien, vous êtes capable de savoir de quelle humeur il est, rien qu'en analysant le timbre de sa voix.   Pourquoi certains pensent qu'ils n'ont pas l'oreille musicale ? Nous avons tous l'oreille musicale, alors pourquoi certains ont plus de facilité à transcrire un morceau que d'autres ? Tout simplement parce que comme tous les outils, on doit apprendre à s'en servir. Certains sont plus doués que d'autres et y arriveront plus vite, mais à part les personnes sourdes, tout le monde est capable d'exploiter cette oreille musicale pour arriver à reconnaitre des notes, des accords, des mélodies, et éventuellement retranscrire des morceaux.   Seulement ça demande de l'entrainement, et comme pour toute chose en musique (et dans la vie), plus on s'entraine, plus on devient bon. Certaines personnes sont douées d'une bonne oreille tout simplement parce qu'ils écoutent de la musique depuis tout petit. D'autres au contraire n'ont pas baigné dans un environnement musical dès leur naissance, et auront sans doute plus de mal à la développer.   En quoi ça concerne les débutants tout ce blabla ? La raison pour laquelle j'écris ce billet est simple : la phrase trop souvent répétée "je n'ai pas l'oreille musicale" a un coté fataliste. Beaucoup de débutants se disent ça en pensant qu'il s'agit d'une tare génétique, en pensant que certains ont l'oreille musicale et d'autres pas. Il n'en est rien.   Mon but est de vous faire comprendre : on a tous l'oreille musicale. Et si vous pensez le contraire, c'est que vous ne savez tout simplement pas vous en servir. Il ne tient donc qu'à vous de vous entrainer. Rien ne vous en empêche. Et dans quelques mois ou années, vous serez également capables de distinguer des accords et retranscrire des mélodies.   Comment entrainer notre oreille ? Il y a beaucoup d'exercices que l'on peut faire pour entrainer son oreille. Certains sont plus axés sur la mélodie, d'autres sur les accords, d'autres sur l'analyse orchestrale etc... Il y a d'excellentes aides (notamment le logiciel EarMaster que je recommande chaudement) pour nous guider dans cet apprentissage si on le fait seul.   Mais plutôt que de tout détailler je ne vais donner qu'un conseil généraliste : Ecoutez de la musique. Et quand je dis "écoutez", je ne parle pas de mettre une radio en fond sonore. Je parle de mettre un morceau, si possible qu'on aime, et de l'écouter, sans autre distraction sonore. Essayez d'écouter chaque instrument, de repérer les changements de hauteur, de distinguer les différentes ambiances qui se dégagent des différents accords. Ce n'est pas grave si vous ne savez pas qu'il s'agit d'un accord Cm7 et qu'on est dans une tonalité de mib majeur pendant que le chanteur gueule un puissant et très faux sol#. Ca ce n'est que le vocabulaire, et vous l'apprendrez plus tard.   La première étape pour développer l'oreille est de l'utiliser, par la suite vous ferez le lien avec la théorie et la pratique de la guitare.   Allez y progressivement Comme pour toute chose en musique, il faut y aller progressivement. Vous ne pouvez pas espérer repiquer une symphonie entière de Mozart du jour au lendemain. De plus, même en se limitant à la musique, il y a plusieurs façons d'utiliser notre oreille : certains sont très doués pour reconnaitre une suite d'accords, mais ont un peu plus de mal avec une mélodie, tout simplement parce qu'ils se sont entrainés sur des accords.   A vous de travailler ce qui vous intéresse le plus, en y allant tout doucement. Les premières fois que vous allez essayer de repiquer des morceaux à l'oreille vous allez mettre un temps fou, et avec du travail et de l'entrainement, vous allez accélérer ce processus, jusqu'à être capable à terme de rejouer un truc que vous venez d'entendre pour la première fois. Ca parait peut être inaccessible, mais croyez moi, tout le monde peut le faire avec du travail.   Conclusion J'espère que tout ce billet aura éclairé un peu les débutants (et les moins débutants) sur le concept d'oreille musicale, et qu'il aura fait prendre conscience à quelques personnes que tout le monde peut la développer. Et si vous trouvez tout ce charabia un tant soit peu utile, n'hésitez pas à corriger les gens la prochaine fois que vous entendrez "je n'ai pas l'oreille musicale".

TheAthenA714

TheAthenA714

 

Les dangers de la facilité

Ayant enseigné a beaucoup d'élèves débutants, et ayant lu beaucoup de topics sur les forums, je me suis vite rendu compte qu'un sujet revenait régulièrement : la recherche de la facilité. L'apprentissage de la guitare est difficile, au même titre que l'apprentissage de n'importe quel instrument, ou même de n'importe quelle discipline. C'est donc logique de chercher à se simplifier la vie quand on débute, et ce n'est absolument pas un mal. Seulement, à trop rechercher la simplicité, on finit par freiner notre progression, voir par stopper complètement notre apprentissage. Ce billet a donc pour but d'apporter mon opinion sur la question, en essayant de ne pas décourager les débutants, mais au contraire de mieux les préparer à affronter cette longue épreuve dans laquelle ils se lancent.   Il existe de nombreux outils, de nombreuses méthodes, de nombreuses astuces qui visent à simplifier la pratique de la guitare. Quasiment tous ces éléments ont des aspects bénéfiques si on s'en sert correctement, mais ils viennent généralement avec des handicaps qu'il faut savoir gérer. C'est un peu comme avoir des roulettes pour apprendre à faire du vélo, c'est bien au début, mais il faut s'en débarrasser tôt ou tard. Afin de clarifier les explications qui vont suivre, je vais citer quelques exemples, avec leurs avantages et leurs inconvénients.   Les tablatures Les débutants fuient généralement le solfège à cause de mauvais souvenirs du collège et de la réputation difficile qui lui colle à la peau. Dans la réalité, le solfège n'est pas difficile à apprendre du tout (si c'est abordé correctement), et il apporte beaucoup d'éléments importants à la lecture de la musique. L'avantage des tablatures est clair et net : on peut très rapidement apprendre à jouer quelques mélodies sur sa guitare. L'inconvénient est moins clair : on manque de beaucoup d'informations (la lecture du rythme, la compréhension de ce que l'on joue, le rapport à l'harmonie etc...), qui paraissent superflues pour un débutant (et qui le sont généralement), mais qui deviennent vite indispensables quand on avance.   Les tableaux et graphiques pour représenter l'harmonie Quand on commence à s'intéresser à l'improvisation ou à la composition, on se retrouve confronté à l'apprentissage de l'harmonie. C'est quelque chose de complexe, sans forcément être difficile. Beaucoup de tableaux nous permettent de "tricher" et de ne pas avoir à mémoriser quoi que ce soit. Là encore l'avantage est évident : moins de choses à apprendre, toutes les infos sont disponibles en quelques secondes, il suffit de savoir lire pour savoir tout de suite de quelles notes est composé un accord ou une gamme. L'inconvénient est simple : on ne mémorise rien, ou pas grand chose. La musique est un langage, et pour en jouer, il faut savoir la lire, l'écrire, et la parler le mieux possible. Vous vous imaginez devoir utiliser le dictionnaire pour chaque mot que vous écrivez en français ? En musique c'est pareil, si vous vous basez tout le temps sur un tableau, vous aurez de grandes difficultés à jouer de façon naturelle.   Les gommettes de couleur pour les notes sur le manche Un peu le même principe que l'exemple précédent : on colle des petites gommettes de couleur sur le manche pour savoir où se trouvent les notes. Les avantages et inconvénients sont les mêmes : on a accès tout de suite à l'information, mais on ne la mémorise pas, ou très peu.     Alors est ce qu'il faudrait se débarrasser de tout ces systèmes de simplification ? A mon avis, la réponse est non. Tous sont utiles, il faut juste s'en servir à bon escient. Beaucoup de débutants n'avanceraient pas si ils n'avaient pas les tablatures à leur disposition. Mais ça ne veut pas dire qu'il faut s'en servir à tort et à travers.   Le gros danger de tous ces raccourcis est assez évident : on n'apprends pas les choses que l'on est censé connaitre pour jouer de la musique. Ce qui est censé être dans notre tête se retrouve sur une feuille de papier. C'est un peu comme avoir une anti-sèche le jour d'un contrôle : on aura une bonne note, mais on sera incapable de réutiliser ces notions dans une situation réelle.   La première chose à faire, c'est de définir votre objectif. Demandez vous si vous voulez devenir un bon musicien, qui saura jouer avec des gens, qui saura s'en sortir, qui sera bon dans ce qu'il fait, ou si vous voulez juste rester à grattouiller chez vous par loisir. Dans le premier cas, il faudra apprendre la musique correctement, tôt ou tard, et maitriser toutes les notions dont vous aurez besoin. Il faudra apprendre à vous servir de ces outils, avec modération. Dans le second cas, ne vous prenez pas la tête, vous n'avez aucune pression, travaillez comme bon vous semble et simplifiez vous la vie pour éviter toute frustration. Faites juste attention, si un jour vous voulez passer à l'étape supérieure, vous allez devoir ré-apprendre beaucoup de choses.   Mais du coup, dans tous les cas, comment réagir face à cette tentation de simplifier les choses? Déjà ne vous privez pas. Ces outils existent pour simplifier l'apprentissage, et ils n'ont pas été inventés pour rien. Ils ont tous une utilité. Mais comprenez bien qu'il s'agit généralement que d'une étape intermédiaire, juste un petit raccourci, pour vous faire patienter le temps d'apprendre correctement les choses. Prenons l'exemple de l'harmonie : vous venez d'apprendre comment construire des gammes, des accords etc... mais vous n'êtes pas encore très à l'aise. Servez vous de tableaux pour vous aider, pour vérifier votre travail, ou tout simplement pour trouver rapidement une réponse le jour ou vous n'avez pas le temps de chercher par vous même. Mais n'oubliez pas que ce qui compte, c'est de savoir le faire soi-même, et tant que vous n'y arrivez pas, vous n'avez pas encore atteint votre objectif.   De plus, les difficultés et le travail que vous allez accomplir pour les surmonter font partie intégrante de l'apprentissage de la guitare. Comme on le dit souvent, ce n'est pas la destination qui compte, mais le chemin parcouru. C'est très souvent vrai dans la guitare : savoir retrouver les notes sur le manche c'est une très bonne chose, très utile, mais avoir appris comment les retrouver est au moins aussi important. Si vous utilisez des gommettes de couleur pour retrouver vos notes sur le manche, vous avez loupé complètement la phase d'apprentissage pour arriver directement au résultat. A court terme c'est pratique, mais à long terme il faudra apprendre à les retrouver tout seul.     Pour conclure tout ça, mon conseil aux débutants est de prendre conscience de ces dangers. Il ne faut pas fuir la simplicité, mais il ne faut pas non plus compter dessus tout le temps. Toute simplification vient avec une perte d'informations ou de compétences, demandez vous ce que vous y perdez lorsque vous vous simplifiez la vie. Gardez ça dans un coin de votre tête, et apprenez le correctement plus tard, car ça vous sera toujours utile. N'oubliez pas que la musique est un loisir personnel, vous n'avez de compte à rendre à personne à part à vous même. Et si vous trichez, vous ne tromperez personne d'autre que vous même.

TheAthenA714

TheAthenA714

 

Les différentes étapes de l'apprentissage de la guitare

Allez hop, aujourd'hui je vous ponds un petit billet qui n'a aucun contenu musical, mais du contenu pédagogique. Pourquoi ne pas en faire un cours sur le site ? Et bien parce que ce n'est pas un cours, mais plutôt une réflexion sur l'apprentissage de la musique. Attention, ça risque d'être long.   Je suis tombé il y a un an ou deux sur une vidéo d'un bassiste (dont le nom m'échappe malheureusement, et ça me tue de pas le retrouver) qui donnait une masterclass, et qui expliquait les différentes étapes par lesquelles passait un musicien. Je vais commencer par vous exposer son point de vue, et j'ajouterais quelques réflexions personnelles en plus.   Pour faire simple, un musicien traverse quatre étapes dans son apprentissage : l'inconscience de nos erreurs : on est mauvais, mais on ne s'en rends pas compte. On a pas encore les connaissances ou l'expérience nécessaire pour se rendre compte que nos cordes frisent, que la guitare n'est pas accordée, que notre rythmique est à coté etc... C'est une étape généralement "agréable", vu qu'on joue et qu'on se fout de tout, on prends son pied. Jusqu'au moment ou les critiques arrivent, et là on passe à la deuxième étape.
la conscience de nos erreurs : on est mauvais, mais on commence à s'en rendre compte. A force de progrès et de conseils, notre oreille se développe, nos connaissances musicales aussi, et on se rends compte de toutes les erreurs que l'on fait. C'est une étape très désagréable, puisqu'on a l'impression de ne pas savoir jouer, de ne pas progresser, ou pire, de régresser. Comme on dit souvent : plus on en apprends, plus on se rends compte de ce qu'il y a à apprendre. Par chance, avec du travail on passe à la troisième étape.
la conscience de notre savoir : on devient bon, mais ce n'est pas naturel. A force de travail, on règle petit à petit nos défauts. Le soucis de cette étape, c'est qu'on est en permanence concentré, à faire attention à tous les détails afin de jouer correctement. La pratique n'est pas naturelle, c'est presque une corvée, et on se demande bien à quoi ça sert d'apprendre à jouer si c'est aussi pénible. C'est également une étape désagréable, parce qu'on ne peut pas vraiment s'éclater sur son instrument.
l'inconscience de notre savoir : on est bon, et c'est naturel. Après beaucoup de travail, on arrive enfin à cette étape. C'est le moment magique ou on sait jouer, et on a même pas besoin d'y penser. C'est l'instant ou on peut prendre sa guitare, ne plus réfléchir à ce qu'on fait, et simplement prendre son pied. C'est sans doute l'étape la plus agréable de toutes, puisque la pratique de la guitare devient un réel plaisir. On sait jouer, et on le fait, aussi naturellement qu'on respire.
Voilà donc les quatre étapes telles que décrites par le bassiste. Malheureusement, ces quatre étapes ne sont pas linéaires, on est souvent ramené en arrière, et elles ne sont pas non plus "globales" : on a beau avoir atteint la quatrième étape quand il s'agit du jeu rythmique, on peut être toujours coincé à la deuxième étape pour le jeu solo.     Alors que faut il retenir de tout ça ? Déjà que le travail de la guitare n'est pas une épreuve facile. On va passer beaucoup de temps à ne pas aimer ce qu'on fait, à être frustré, à ne pas pouvoir prendre son pied avant d'arriver à l'étape finale. A tel point qu'on va peut être regretter de ne pas être resté dans la première étape. Beaucoup de débutants ne dépassent malheureusement jamais la deuxième étape, tant la frustration de ne pas savoir jouer est grande à ce moment là.   Ca explique aussi tous ces moments de stagnation que l'on rencontre lors de l'apprentissage. Souvent, la stagnation cache en fait une progression que l'on ne peut pas chiffrer, pas mesurer. C'est notamment le cas lors du passage de la troisième à la quatrième étape : on bosse encore et encore les mêmes choses, mais on ne progresse plus. On a l'impression de stagner, mais on ne se rends pas compte que tout ce travail devient petit à petit de plus en plus naturel (même si il y a tout de même des vraies phases de stagnation sans aucun progrès dans l'apprentissage de la guitare).   Toutes ces étapes existent à différentes échelles : que ce soit au niveau de l'apprentissage "global" ou au niveau de l'apprentissage d'un morceau ou d'une technique. Lorsque vous commencez un morceau, vous ne vous rendez pas forcément compte tout de suite des ptites erreurs d'interprétation, de justesse ou de rythme. Après vous en prenez conscience, puis vous les travaillez pour les réussir, et finalement vous arrivez enfin à jouer le morceau parfaitement bien, sans avoir besoin de réfléchir au moindre détail. Ces quatre étapes sont valables pour tout ce que vous allez faire en guitare, à toutes les échelles, depuis le fait de tenir votre médiator jusqu'à la maitrise de l'improvisation jazz.   Plus on a d'expérience, plus on a appris de morceaux ou de techniques, plus le passage à travers ces étapes est rapide. Une bonne méthode de travail aide aussi à accélérer le processus. Rappelez vous le premier morceau que vous avez travaillé : vous avez sans doute passé des semaines et des semaines à apprendre les accords et leurs enchaînements, avec la bonne rythmique. Et il y a fort à parier que vous n'avez jamais atteint la quatrième étape. Maintenant regardez vous six mois ou un an plus tard : pour apprendre un morceau de difficulté similaire vous mettrez 20 ou 30 fois moins de temps, d'une part parce que vous vous êtes améliorés techniquement, mais d'autre part parce que vous savez aussi comment travailler correctement.   Le but de l'apprentissage d'un instrument, c'est la dernière étape. Un musicien accompli DOIT en être arrivé à cette étape. C'est là qu'on a le plus de liberté, on peut faire ce qu'on veut, on peut se focaliser sur l'interprétation et sur le fait de faire vivre sa musique sans avoir à se prendre la tête sur la technique. C'est le Graal de tout musicien. Il faut s'y préparer, et savoir que tant qu'on en est pas à cette étape, on ne prendra pas vraiment son pied à moins de rester à la première étape. Ca ne sert pas à grand chose de se lancer dans l'apprentissage de la guitare si on est pas prêt à aller jusqu'au bout, s'arrêter en plein milieu est très désagréable.     Conclusion Du coup, armons nous de courage. A partir du moment ou on est conscient de tout ça, c'est beaucoup plus facile à gérer. Donc à tout ceux qui me lisent : n'hésitez pas à expliquer ça à vos amis guitaristes (ou autres instrumentistes), ça les aidera sans doute à prendre du recul sur leur situation, à mieux comprendre la frustration à laquelle ils font face, et donc d'une manière générale à mieux apprendre la guitare.

TheAthenA714

TheAthenA714

×