Aller au contenu

Cadence I V VI III?


Messages recommandés

Bonjour,

 

Je voudrais savoir si cette cadence porte un nom?J'ai l'impression de l'entendre partout,dans tous les styles de musidque,à commencer par le fameux canon de Pachelbel,en vrac,le tube de Mika,Woman no cry(presque),le dernier tube d'Alicia Clés,Im your de Jason Mraz....

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ya un paquet de cadences qui ont des noms (l'anatole, le christophe ascendant et descendant etc....) mais yen a un bon paquet qui ne portent tout simplement pas de nom, et yen a aussi qui ont des noms "officieux" etc... c'est un peu comme les accords, c'est pas ultra fixe et ce qui compte c'est la cadence en elle même, pas le nom que tu lui donnes.

 

Comme je suis pas un spécialiste des cadences je laisserais quelqu'un d'autre répondre pour dire si cette cadence porte effectivement un nom ou pas.

 

Edit : il ne faut pas perdre non plus de vue tout ce qui est substitution d'accords : sur une cadence jazz IV V I par exemple on peut tout à fait remplacer le IV par un II, et comme jmy connais pas beaucoup en substitution non plus j'en dirais pas beaucoup plus, c'était juste pour dire que même une cadence qui a un nom peut se dériver de tout un tas de facons (encore une fois pour faire la parallèle avec les accords, c'est un peu comme les renversements).

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

D'un point de vue pop rock oui c'est très courant, mais les cadences viennent avant tout de la musique classique dans laquelle on trouve en premier la cadence parfaite V I (qu'on trouve comme accords de fin de quasi toutes les symphonies), on retrouve l'italienne IV I V I, la cadence rompue V VI etc....

 

Par la suite la notion de cadence a légérement été modifiée avec l'arrivée du jazz et les suites d'accords non diatoniques, ce qui a ouvert la possibilité à à peu près tout et n'importe quoi. Donc comme dit plus haut, yen a qui ont des noms, d'autres qui n'en ont pas, et il y a tout un tas de dérivés à ces cadences.

 

Edit : j'ai oublié de préciser qu'en plus de jouer sur les degrés, on peut jouer sur les enrichissements d'accords pour transformer un bête I IV V qui se jouerait C F G en un truc plus complexe. Si déjà on rajoute les septièmes sur cette cadence on obtient CMaj7 FMaj7 G7. Ou alors on décide de ne faire que des accords de 7ème de dominante et d'avoir C7 F7 G7, soit une grille blues.

 

Re-edit : par contre ne perds pas non plus de vue qu'on peut trouver seulement des bouts de cadence dans certains morceaux, et généralemetn uen cadence "complète" finie sur le degré I. Pour celle que tu cites, je finirais bien en I V VI III IV V I I. Mais la encore il y a plein de variations possibles, le IV peut etre remplacé par un II, le I de la fin par un V7 etc....

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Honnetement je pense pas que ce soit possible. Il y a virtuellement une infinité de cadences qui existent, et tellement de facons de les utiliser et de les développer.

 

En plus de ca, autant dans le classique c'est super carré et il y a très peu de cadences "de base" autour desquelles des variations sont faites, autant dans le jazz il y en a énormèment, et dans le rock il y en a quasiment pas.

 

PS : relis les messages que j'ai écris au dessus, j'arrête pas de faire des edits.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ok,j'essaierai peut être de poster des titres où je trouve des similitudes dans les progressions et on pourrait discuter de l'utilisation des accords par l'artiste,par exemple:

 

While my guitar gently weeps-Beatles

Babe I'm gonna leave you-LZ

Daydream-Wallace Collection

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Attention cependant, il ne faut pas confondre grille d'accord et cadence hein. Une cadence a pour but de conclure une phrase ou un bout de morceau, c'est comme un signe de ponctuation, ca peut être un point, un point d'exclamation, une virgule ou trois petits points ...

 

Je suppose que les morceaux dont tu parles ont une grille d'accord similaire, mais ca ne veut pas dire que c'est une cadence pour autant. La principale différence entre une cadence et une grille d'accord, outre le fait que la cadence est une conclusion (qui finit le plus souvent sur le degré I, voir parfois le V et dans de très rares cas sur un autre degré), il y a aussi le coté très important du voicing des accords. Dans une cadence les accords ne sont pas choisis pour leur sonorité, mais pour les notes qui les composent et le rapport entre ces différentes notes. Ainsi on peut très souvent "exploser" une cadence pour en tirer 3 (ou 4) lignes mélodiques différentes qui se "croisent" ou "s'attirent" pour finir sur l'accord du degré I. C'est pas évident à expliquer, mais il suffit de regarder un peu les nombreuses cadences qui existent pour voir la progression des notes dans ces accords. Le problème c'est que c'est très délicat à mettre en place sur une guitare puisque les renversements des accords sont très utilisés pour les cadences, et on s'arrange pour avoir les lignes mélodiques dont j'ai parlé bien séparée, les basses, les aigus, les medium etc...

Et quand on ajoute à tout ca les substitutions tritoniques et diatoniques on peut souvent s'amuser à avoir des mouvements chromatiques (très utilisés en jazz) avec la basse qui descend demi-ton par demi-ton. Ce genre de trucs on peut les trouver aussi dans des grilles d'accords (stairway to heaven, regarde les basses), mais c'est beaucoup moins utilisé, et certainement pas primordial, alors que dans les cadences tout tourne autour de ca.

 

Quelques petits exemples :

La fameuse cadence V-I en do : G - C. Donc sol-si-ré-fa suivi de do-mi-sol-do. Si on reste sur cette première position d'accords, on a le sol à la basse qui devient un do, le si qui monte d'un demi ton pour faire un autre do, le ré devient un mi et le fa un sol. C'est un exemple ultra simpliste, mais c'est pour te donner une idée de comment il faut regarder les cadences, essayer de voir les mouvements et quelles notes se transforment. Je ne m'y connais pas assez pour te sortir d'autres exemples plus intéressants, mais si t'arrives à déchiffrer une partition jette un oeil la dessus, on voit exactement ce qu'il se passe (c'est le canon de pachelbel) :

 

800px-Pachelbel_Canon_harmonie.jpg

 

On peut voir que le thème est en rouge, et à chaque fois c'est une note de l'accord, mais grace aux renversements utilisés cette note est toujours la plus aigue. On peut voir notamment sur les deux premiers accords "I" (première et deuxième mesure) que le renversement n'est pas le même de facon à ne pas avoir la même note dans les aigus.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 2 weeks later...

Et un MERCI de plus pour Athena,où est ce que tu as trouvé cette partition?

 

Ah,et aussi,c'est au conservatoire que tu as appris tout ça?Ou est ce que ça vient de connaissances glanées un peu partout au fil du temps?

 

edit:tu as vu qu'il y a écrit "cadence parfaite" en bas à droite,ce qui répond à ma question du coup

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Euh, si jme souviens bien la partoch était en exemple sur wikipedia.

 

Sinon je n'ai quasiment rien appris de théorique au conservatoire, à part la lecture de partitions. Si j'avais continué un peu plus longtemps, j'aurais eu des cours d'harmonie, mais pour connaitre leur programme, c'est très "lent" comme apprentissage. Genre la première année ils n'étudient quasiment que la cadence parfaite. Toutes mes connaissances théoriques viennent depuis que j'ai commencé les cours avec Manu Livertout, ya un peu moins d'un an de ca, et je passe beaucoup de temps à lire sur le net et à discuter avec des guitaristes pour apprendre un max de trucs possibles. Une fois qu'on a les bonnes bases (en gros : lecture de partitions, harmonisation de gamme, connaissances des intervalles et accords), ca devient très facile d'apprendre de nouveaux trucs, cadences, styles et autre.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 2 weeks later...

Bonjour à vous !! :D)

Il est très interressant ce topic !! Bravo Athena pour tes explications qui sont claires et concises !! :top:

 

Toutefois, si je peux me le permettre, j'apporterai quelques précisions au sujet de la partoch de wikipédia. :hum:

Ce sont quelques souvenirs de ce que j'ai appris au conser' va t'asseoir, euh... oui... J'étais toujours debout !! xDxDxD

 

La tonalité est Ré Majeur.

 

Les accords de cette tonalité sont : Ré, Mim, F#am, Sol, La, Sim, Do#m5b

Le chiffrage en romain sous la partoch indique les degrés dans cette tonalité, et là tout va bien, ils ont raison de le chiffrer comme suit :

[Ré = I, La = V, Sim = VI, Fa#m = III][sol = IV, Ré = I, Sol = IV, La = V][ Ré = I,.....

 

Par contre, là où j'apporte quelques précisions, c'est que ce chiffrage est faux si l'on tient compte des annotations indiquées au dessus de la partition. En effet, pour les deux premiers accords de la partition Ré et La, et les deux derniers accords de la partition La et Ré, on est bien en Ré Majeur donc I, V et V, I respectivement.

 

En revanche pour le troisième et le quatrième accords de la première mesure, ils indiquent "Emprun à la relative, Sim".

Et c'est juste !! Mais alors le chiffrage ne peut plus être celui de la tonalité.

 

Accords de la gamme de Sim : Sim, Do#m5b, Ré, Mim, Fa#m, Sol, La

Donc pour ces deux accords [sim Fa#m], et si on suit l'indication, le chiffrage est I, V.

 

Ensuite pour le premier et le deuxième accords de la deuxième mesure, ils indiquent "Emprun à la sous-dominante, Sol"

ce qui est encore juste, mais change une fois de plus le chiffrage.

 

Accords de la gamme de Sol : Sol, Lam, Sim, Do, Ré Mim, Fa#m5b

Donc pour ces deux accords auquel j'adjoindrai le troisième, afin d'isoler la cadence parfaite, ça donne [sol, Ré, Sol], et si on suit l'indication, le chiffrage est I, V, I.

 

On se retrouve donc pour cette partition avec une succession de I, V avec deux "Modulations", Une en Si mineure, l'autre en Sol Majeure.

le chiffrage de la partition nous donne : [i, V, I, V][i, V, I, V][I, .....

Le dernier V, I en gras étant notre cadence parfaite que j'ai isolée lors de mon analyse.

 

On se retrouve donc avec deux chiffrages différents, mais tout à fait justes !! C'est pour celà que wikipédia aurait dû préciser le chiffrage. :siffle:

 

Ceci implique que sur le premier chiffrage, [Ré = I, La = V, Sim = VI, Fa#m = III][sol = IV, Ré = I, Sol = IV, La = V][ Ré = I,..... , on joue sur la gamme de Ré Majeure.

Et sur l'autre [Ré = I, La = V, Sim = I, Fa#m = V][sol = I, Ré = V, Sol = I, La = V][ Ré = I,..... , on évolue sur trois gammes différentes, Ré Majeure, Sim mineure, Sol Majeure pour revenir en Ré Majeure.

 

Je pense que cette précision est de taille, surtout quand on veut Improviser, (je sais que ce n'est pas vraiment le cas pour ce morceau, mais bon, c'est important de le savoir pour d'autres morceaux) !! Notemment, ici, sur la gamme de Sol Majeure dans laquelle le Do est naturel et non dièsé, ce qui apporte une couleur particulière quand on improvise !!!!! ;)

 

Pour chiffrer des partitions, il faut toujours faire attention s'il n'y a pas de modulation ou autre !! C'est assez compliqué à détecter, mais avec l'habitude, ça vient !! :p

 

Espérant vous avoir été utile et clair !!! :top:

.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je ne comprends pas bien ton analyse invité,peut être que tu pourrais faire une petite vidéo pour montrer deux types d'impros selon les deux analyses?(je sais c'est beaucoup demander)

 

Pour moi les annotations au-dessus de la partition se réfèrent à la position des degrés au sein de la gamme de Ré,Sim étant le degré VI il est bien la relative mineure de ré,Sol est la quarte,donc IV,donc sous-dominante....????

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour moi la différence de chiffrage telle que soulignée par invité c'est justement la différence majeure entre la musique tonale et la musique modale.

 

Avec une approche tonale (dans tout ce qui est musique classique donc) on va très peu moduler dans le sens ou quelle que soit la grille, on va toujours se référer à une seule tonalité. Donc dans cet exemple, on considérera la grille comme une grille I V VI III IV I IV V I en ré majeur, et on s'intéressera aux tensions ainsi qu'aux accords de dominante, de tonique et de sous dominante. En quelques mots : dans la gamme majeure, l'accord I III et VI sont des accords dit "de tonique" (ils ont globalement la même sonorité, essaye de jouer un C suivi d'un Am, il y a très peu de différence, et dans n'importe quelle grille tu pourras remplacer un C par un Am, pour peu qu'il y ait quelques instrus autour personne n'entendra rien), après ca il y a les accord de sous-dominante que sont les II et IV, ce sont des accords qui viennent apporter un début de tension et qui permettent d'amener l'accord de dominante, et pour finir on a V et VII comme accords de dominante, qui contiennent le triton et servent à ramener un accord de tonique.

On pourrait plonger plus en profondeur sur les rapports entre tout ces accords pour comprendre comment ils fonctionnent, mais il y a énormément de choses à dire et à comprendre pour vraiment tout piger. Le mieux c'est de tester. Sur une grille II V I classique, on peut tout à fait remplacer le II par un IV, le V par un VII et le I par un III. Dans n'importe quelle grille on peut remplacer un I par un III ou un VI, un II par un IV (ou inversement) etc.... Le but est de préserver le role de l'accord. Si on a un accord de tonique, on le remplace par un autre accord de tonique, si on a un accord de sous-dominante, on peut le remplacer par un autre accord de sous-dominante. Si on a un accord de dominante, on peut le remplacer par un autre accord de dominante. C'est là dessus qu'est basé toute la musique classique.

Et donc pour improviser sur une grille comme ca, on va penser tout le long "ré majeur", tout en adaptant les notes que l'on joue aux accords évidemment.

 

Dans une approche modale, ca n'a plus rien à voir. Déjà on ne peut pas dire en modale qu'une grille d'accord appartient à une tonalité. Ca peut être le cas, mais on le dit pas. On va plutot dire que notre grille commence sur un I V en ré majeur, puis on va moduler en si mineur et dans cette nouvelle tonalité on va à nouveau avoir un I V, puis on module à nouveau en sol majeur et on a à nouveau un I V etc... Evidemment ces modulations ne se font pas au hasard, ici on va d'abord moduler vers la relative mineure, puis vers un ton voisin avant de revenir à la première tonalité. Il existe plein de facons de moduler plus ou moins barbares, et qui vont plus ou moins bien sonner, mais pas vraiment de règles absolues. Une des cadences les plus classiques en jazz c'est le célèbre II-V-I : on commence par exemple en do majeur, ca nous donne Dm7 G7 Cmaj7, et après le CMaj7 on va jouer Cm7 (qui devient un accord de second degré) pour réamorcer une deuxième cadence II V I, cette fois ci en sib majeur, ce qui donne Cm7 F7 BbMaj7, puis après le BbMaj7 on rajoute un Bbm7 pour refaire une troisième cadence, cette fois ci en lab majeur, ce qui donne Bbm7 Eb7 AbMaj7 etc.... Et ce mouvement là on peut le faire à l'infini et on finira par retomber sur do majeur. Ca nous donnerais :

Dm7 G7 CMaj7 Cm7 F7 BbMaj7 Bbm7 Eb7 AbMaj7 Abm7 Db7 GbMaj7 F#m7 B7 EMaj7 Em7 A7 DMaj7 Dm7 G7 CMaj7 (si jdis pas de conneries, jsuis pas très réveillé). Si tu joues cette grille en boucle, et que tu t'amuses à remplacer un des II par un IV (genre le Em7 tu le remplaces par un GMaj7), ca sonnera toujours globalement pareille, surtout si tu la joues vite. Plus tu vas passer de temps sur les accords, moins la substitution d'accord sera possible/facile. Moins tu y passes de temps, plus ca passera inapercu.

Donc pour improviser sur la grille plus haut, avec une approche modale on va découper la grille. D'abord on a un I V en ré majeur, donc on va jouer Ré ionien puis La mixolydien, ensuite on module pour avoir un I V en si mineur, donc là, même si on utilise toujours les mêmes notes, on va néanmoins "changer de gamme" et penser en si mineur, puis on a un I V en sol majeur, donc la aussi on va jouer sol majeur, puis on revient en ré majeur.

 

La différence majeure entre les deux approches, c'est que en modal, quand on sera sur le "segment" sol majeur on va jouer la gamme de sol majeur, et donc le do qui était # en ré majeur va devenir un do naturel. Sinon pour le segment en si mineur on jouera en si mineur, ce qui revient au même que ré majeur. Après, suivant l'interprétation, dans les deux facons de faire on va avoir un choix de notes différents. En approche tonale on va toujours vouloir revenir vers la tonique qui restera la même tout au long de la grille (le ré donc), alors qu'en approche modale la tonique change, on a d'abord un ré, puis un si, puis un sol, puis de nouveau un ré. Ca vaut aussi pour toutes les autres notes, la quinte qui est très importante reste la même si on pense la grille en tonale (c'est un la), mais si on pense la grille en modale la quinte va changer également (la-fa#-ré-la, tiens ca ressemble pas à un accord de ré majeur ca ? :p).

 

Il y a encore énormèment de choses à dire sur une grille comme ca et sur les deux approches modales et tonales, bien trop pour être résumées dans un seul post, mais je concluerais la dessus :

Il y a certaines grilles qui ne peuvent pas être analysées en tonale (rien que le I IV V blues n'a aucun sens harmoniquement parlant si on ne module pas), mais virtuellemment toutes les grilles peuvent être analysées en modale. Cependant, certaines grilles (comme celle ci en fait) sont quasiment impossible à penser en modale du fait de la rapidité de modulation. Pour une approche purement modale, il faut jouer avec le modes, donc ca veut dire changer de mode à chaque accord. Hors là on a un accord sur chaque temps, ce qui laisse très peu de temps pour faire ressortir la couleur du mode en question. C'est tout de même possible, on va alors utiliser les arpèges et des plans de jazz-bebop qui sont tout fait justement pour faire ressortir un mode en quelques notes (puisque c'est le principe du bebop : des modulations sauvages et rapide à un tempo élevé), mais ce n'est d'une part pas facile du tout, d'autre part pas forcèment intéressant. Je pars du principe qu'à partir du moment ou une grille PEUT être analysée en tonal (ce qui est le cas ici), il FAUT au moins se pencher sur cette approche avant d'avoir forcèment une approche modale. Comme dis plus haut, la principale différence entre les deux approches se situe dans le segment en sol majeur, avec le do qui est # si on a une approche tonale et naturel si on a une approche modale.

 

Néanmoins, dans tout les cas, il ne faut pas oublier qu'il faut tenter de garder une certaine cohérence harmonique. En effet, même si les gens n'ont pas de connaissances théoriques, l'oreille est habituée à reconnaitre une tonalité, et si ca module trop vite ou trop mal, l'auditeur peut vite se retrouver perdu (c'est le cas quand on écoute du jazz un peu trop free ou un peu trop bebop sans avoir l'habitude, écoutez Giant Steps pour rire :

). Donc suivant les cas, il faut savoir faire l'impasse sur la modulation pour ne pas trop perdre l'auditeur, ou au contraire pousser au cul la modulation histoire que l'auditeur ne reste pas trop sur la même tonalité et le forcer un peu à entendre d'autres choses.
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ben, là, t'as mis le doigt dessus Athena !! :top: Et avec force explications ce qui ne gâche rien du plaisir !! ;)

Personnellement, je voulais juste faire entrevoir à celebrityrubyredburst une autre manière d'aborder une grille, lui montrer qu'il y a une autre manière de voir les choses, et en plus valable sur toutes les grilles possibles et immaginables !!

Il en va évidemment de même avec toutes les substitutions d'accords (diatoniques, tritoniques, etc...) dont tu expliques très bien le fonctionnement !!

 

Tu as dit...

La différence majeure entre les deux approches, c'est que en modal, quand on sera sur le "segment" sol majeur on va jouer la gamme de sol majeur, et donc le do qui était # en ré majeur va devenir un do naturel.

Tout comme moi, du reste...

Notemment, ici, sur la gamme de Sol Majeure dans laquelle le Do est naturel et non dièsé, ce qui apporte une couleur particulière quand on improvise !!!!!

 

C'est là qu'est le "truc". Mais je crois que pour les néophytes, il faut y aller avec modération !! Leur oreille n'est pas préparée à entendre des choses trop compliquées, qui pour eux, sonnent presque faux à certains moments !!

C'est évidemment difficile d'ingurgiter tout ça !! Il faut travailler, essayer, écouter, etc... pour arriver à assimiler, mais ça fini par venir. 8-)

 

Au passage, merci de m'avoir fait redécouvrir ce fabuleux morceau de John Coltrane !! Je n'avais plus écouté depuis des décennies !!

. :D)

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Effectivement il faut y aller doucement, moi qui ait grandi dans la musique classique (8 ans de conservatoire de 6 à 14 ans) j'ai eu énormèment de mal à voir la musique autrement que d'une facon tonale, et une simple grille blues était un calvaire pour moi.

 

Du coup maintenant je commence à comprendre petit à petit tout le système modal, j'arrive peu à peu à l'entendre, mais j'ai encore beaucoup de mal à l'appliquer "en temps réel". Mais bon ca vient petit à petit, il faut prendre le temps d'explorer tout ca.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Comme je le dis souvent, il faut écouter de la musique, ou plus précisément, toutes les musiques et faire attention à la manière dont elles sonnent !! Petit à petit, l'oreille s'habitue !! parallèlement, il faut étudier et apprendre toute cette"cuisine". Car pour vraiment apprécier une musique il faut pouvoir l'appréhender avec son oreille mais aussi avec sa culture et son savoir musical.

 

Combien de fois ai-je entendu par mes élèves : "Je n'aime pas le jazz !!" C'est normal, car harmoniquement ils ne comprennent pas ce qui se passe dans une grille et n'en écoutent pas assez pour habituer leur oreilles !!

 

C'est évidemment à nous, professeurs qu'incombe la lourde tâche de les informer, de les former et de les préparer à appréhender cette musique. Après, quand ils ont appris l'harmonie, les cadences, les gammes, les modes, etc... qu'ils ont compris le fonctionnement des accords, l'importance que revêt une analyse mélodique ou harmonique et aussi l'importance de faire ces analyses, ils commencent à changer d'avis sur le jazz !!

Après ils aiment ou ils n'aiment pas (les goûts et les couleurs...), mais au moins, ils sont capables d'expliquer pourquoi ils aiment ou ils n'aiment pas !! Et pour moi, c'est ça le plus important, plutôt que de balancer dans le vide et sans explication : "j'aime pas ci, j'aime pas ça !!".

 

Avec tout ça, j'avais même oublié de répondre directement à la question de celebrityrubyredburst :

Je ne comprends pas bien ton analyse ,peut être que tu pourrais faire une petite vidéo pour montrer deux types d'impros selon les deux analyses?(je sais c'est beaucoup demander)

 

Pour moi les annotations au-dessus de la partition se réfèrent à la position des degrés au sein de la gamme de Ré,Sim étant le degré VI il est bien la relative mineure de ré,Sol est la quarte,donc IV,donc sous-dominante....????

 

Tu as parfaitement raison dans ta deuxième remarque, :top: et c'est d'ailleurs ce que je dis là :

Le chiffrage en romain sous la partoch indique les degrés dans cette tonalité, et là tout va bien, ils ont raison de le chiffrer comme suit :

[Ré = I, La = V, Sim = VI, Fa#m = III][sol = IV, Ré = I, Sol = IV, La = V][ Ré = I,.....

 

Donc tout va bien, ils ont raison et tu as raison, on peut improviser en Ré Majeur !! :p Mais leurs annotations induisent une autre approche de la grille et ça, ils ne l'on pas expliqué !! ;)

 

Bon, je n'ai pas de camera vidéo mais essaye ça :

 

Dans mon analyse, j'ai une approche différente, elle est modale et sonne plus jazzy on va dire. Je fais comme j'avais quatre morceaux différents mais qui se suivent : Un en Ré Majeur, le deuxième en Sim naturel (Ce qui ne change pas grand chose car dans la gamme de Sim Naturelle les notes sont les mêmes que celles de la gamme de Ré Majeure), le troisième en Sol Majeur pour revenir sur le quatrième en Ré Majeur.

Alors, tu prends ton play back du Canon de Pachelbel" ou tu le télécharge en .mid sur le net ici (le deuxième est le meilleur) :

http://www.helander.se/stefan/pachelbel/

 

La grille fait : |Ré La| |Sim Fa#m| |Sol Ré| |Sol La| et ça recommence |Ré ...|

 

Pour improviser tu prends :

 

Première mesure, gamme de Ré Majeure : Ré, Mi, Fa, Sol, La, Si, Do#

Deuxième mesure, pentatonique mineure de Si : Si, Ré, Mi, Fa#, La

Troisième mesure et premier accord mesure 4, gamme de Sol Majeure : Sol, La, Si, Do, Ré, Mi, Fa#

Deuxième accord mesure 4, on revient en Ré Majeure.

 

Comme ça tu verras, entendras (Ca ressemble à du Nougaro, çà !! :p ) et apprendras à changer de gamme rapidement !! Tu pourras t'apercevoir que ce n'est pas facile !! snif:

Si tu as des questions, je suis à ta disposition !! 8-)

.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Athena,grand merci,invité,très grand merci aussi,je crosi que ce post va pouvoir me faire progresser dans la bonne direction,,je posterai sans doute d'autres grilles d'accords,ah ben tiens j'en avais posté une tirée d'un truc que j'avais posté dans la section audio:

 

x02220 A

 

302200 Asus4/G

 

244322 F#

 

042322 F#7/E

 

x24432 Bm

 

x42222 A6/C#

 

320002 G7M

 

est ce que c'est "analysable"? :p

 

 

ah et tiens autre chose: que pensez vous de la musique dodécaphonique?J'ai l'impression que je peux en faire à partir du moment où je prends un piano et que je joue des notes au hasard, c'est peut être dû à un manque de culture aussi,mais j'ai vu des choses parfois sur arte tard le soir qui donnaient vraiment cette impression de n'importe que,pourtant le type semblait très..impliqué

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut !! Ouf !! J'ai trouvé un peu de temps, donc, je m'attèle à te répondre !! 8-)

 

Première partie de ta question :

 

Ta grille :

x02220 = A, 302200 = Asus4/G, 244322 = F#, 042322 = F#7/E, x24432 = Bm, x42222 = A6/C#, 320002 = G7M

 

Déjà le deuxième accord n'est pas un Asus4/G, mais un A9/G, car les notes sont :

G, A, E, A, B, E, or B est la neuvième de A et non sa quarte. ;)

Autre chose : L'accord chiffré A6/C# dans ta grille (ce qui est juste), peut également être considéré comme un F#m7/C# !! ;)

 

Je réécris la grille :

A, A9/G, F#, F#7/E, Bm, A6/C# ou F#m7/C#, G7M

 

Dans cette grille il y a plusieurs choses à savoir. Dans le jazz et nombre d'autres musiques on remplace souvent le degré VIm par un VI7 ème de dominante, ce qui est le cas ici : VI ème degré de A = F#m7, or ici on a F#7.

 

Donc on a :

Analyse en A : I, I, VI, VI, II, I ou VI, et Le G7M arrive comme un cheveu sur la soupe et on sait plus quoi en faire ni comment le chiffrer, donc, c’est pas bon !!

 

Ensuite les substitutions diatoniques pour l’accord M7 : On peut remplacer par le degré III ou le degré VI de leur gamme majeure tous les accords M7. Donc, on considère dans cette grille qu'on a substitué au degré I ( en Bm) son degré VI (GM7) (Voir gamme majeure de B mineure naturelle).

 

Analyse avec la modulation :

 

Au début on est en A Majeur :

A = I, A9/G = I/7, F# = VI7, F#7/E = VI7/7, Ce qui donne en résumé I, I, VI7, VI7 !!

 

Puis on passe en Bm :

Bm = I, F#m7 = V, G7M = VI, ce qui donne I, V, VI, et/ou, I, V, I, si on tient compte de la substitution diatonique pour le troisième accord !!

 

Bon, voilà, c'est la seule façon que j’ai trouvé pour approcher cette grille intelligemment !!

 

A noter : La descente de basses sur les quatre premiers accords s’appelle un « Line Cliché » en harmonie.

 

Pour improviser :

Sur la première partie en A : Gamme de A majeure : A, B, C#, D, E, F#, G#

ou pentatonique mineure de F# : F#, A, B, C#, E.

 

Sur la deuxième partie en Bm : Gamme de B mineure naturelle : B, C#, D, E, F#, G, A

ou D Majeure : D, E, F#, G, A, B, C#

Ici, dans ces deux gammes le G est naturel

ou pentatonique mineure de B : B, D, E, F#, A.

 

Pour la deuxième partie de ta question :

 

Le dodécaphonisme, ou musique dodécaphonique, est une technique de composition musicale imaginée par Arnold Schoenberg. Cette technique donne une importance comparable aux 12 notes de la gamme chromatique, et évite ainsi toute tonalité.

La série dodécaphonique est conçue comme une succession permettant de faire entendre chacun des douze sons, mais sans qu'aucun ne soit répété. L'ordre ainsi établi forme une série immuable d'intervalles, qui soutient tout le développement de l'œuvre. Il serait alors sans doute plus judicieux pour la compréhension du système de parler d'une série d'intervalles plutôt que d'une série de notes. Les intervalles sont vectorialisés selon le principe de la parité intervallique (L'intervalle et son inverse). Ce principe, et c'était là une des finalités de son inventeur, ôte toute hiérarchie dans les hauteurs, chacune ayant la même importance dans le flux mélodique. De ce fait, il va contre les principes de l'harmonie tonale, et crée, terme que Schönberg déniait, une atonalité.

 

La série, ainsi créée pour ses qualités structurelles, peut être exploitée de différentes façons :

 

dans sa forme originelle (Grundgestalt) appelée aussi forme droite

en récurrence (la série est prise par la fin) appelée aussi forme rétrograde

en renversement (tous les intervalles sont imités en mouvement contraire, c’est-à-dire qu'un intervalle descendant devient ascendant et vice versa) appelée aussi forme miroir

en récurrence du renversement appelée aussi forme miroir du rétrograde

Ces quatre formes peuvent se transposer sur les douze degrés de la gamme chromatique, ce qui procure 4 x 12, soit 48 séries utilisables pour le matériau compositionnel à partir d'une même structure originelle.

 

(Définition de Wikipédia)

Et comme je n'ai jamais abordé ce style de composition, je ne peux pas en dire beaucoup plus !! Lol !!! :D)

Là, j'avoue mon impuissance !! :D)

 

. :guitare:

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

merci pour tout ça ,invité,j'vous paierai bien un verre à tous les deux si vous étiez dans le coin :top:

 

edit:mais autre question,si la réponse ne demande pas trop de temps,comment improviser de manière intelligente sur cette grille,en partant de la tonique de chaque accord au début de chaque mesure,par exemple?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Veuillez vous connecter pour commenter

Vous pourrez laisser un commentaire après vous êtes connecté.



Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...