Aller au contenu

lucky81

Guitariste
  • Compteur de contenus

    128
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de lucky81

  • Rang
    Troubadour
  • Date de naissance 29/08/1969

Profile Information

  • Sexe
    Homme
  • Ville
    castres
  • Matériel
    Lowden, Epiphone Sheraton II, Alves de Puga grande bouche
  • Styles musicaux
    blues, fingerstyle, jazz, pop-rock, folk
  1. lucky81

    Etude marché ; aidez-moi SVP

    Il n'est pas prudent de faire croire à un accessoire miracle, ça ne fait pas sérieux. Le processus d'apprentissage de la technique ne peut que passer par la mémorisation, la coordination, la capacité à effectuer un geste. Et ça demande beaucoup de temps et de répétitions. Tu peux choisir les plus simples triades, une majeur et une mineure (ou mieux un power chord), et en quelques minutes faire croire que l'élève peut tout jouer en y associant un rythme basique. Tu peux aussi juste montrer 5 notes sur deux cordes et dire que l'élève peut jouer dans toutes les tonalités avec la pentatonique.
  2. lucky81

    Ain't No Tellin' country blues

    C'est une photo de guitare que j'ai trouvé sur internet qui me plaisait. J'aime beaucoup les guitares dans l'esprit steampunk. Je joue principalement sur une Lowden.
  3. lucky81

    Ain't No Tellin' country blues

    Tu as oublié l'extrait !
  4. lucky81

    Ain't No Tellin' country blues

    Je ne sais pas ce que tu entends par double time picking. Est-ce redoubler chaque note ? ou est-ce rajouter des notes intermédiaires pour donner une impression de vitesse, d'un tempo deux fois plus rapide ? Dans les deux cas, je n'utilise pas cette technique. Je joue juste un picking rapide avec les basses légèrement étouffées et j'emploie un onglet pouce.
  5. lucky81

    Ain't No Tellin' country blues

    Je chante et joue de la guitare. Avec le looper, je peux me permettre de faire un petit solo. Le rag est rapide, je le joue à 180 à la noire sur l'enregistrement mais je le joue parfois plus rapide. Le solo est improvisé en mi majeur. Il est difficile de bien placer un solo dans le sens où l'accompagnement a sa mélodie.
  6. J'ai enregistré ce matin un rag chanté de Mississipi John Hurt qui fait parti du country blues "Ain't No Tellin'" https://soundcloud.com/xbotti/aint-no-tellin
  7. En ne jouant que les notes de l'accord, l'arpège, on tourne vite en rond et on apporte rien mélodiquement. Sauf si vous travaillez les arpèges ou les triades par substitution... L'étape suivante est alors le mode de l'accord. Ce sont des techniques au service du discours et il faut en utiliser plusieurs pour enrichir le jeu.
  8. De même qu'il y a l'improvisation motivique à base de motifs (petite mélodie autonome), il existe aussi l'improvisation formulaire à base de plans (licks, patterns), l'improvisation thématique à base d'éléments du thème, la paraphrase qui tourne autour du thème et l'improvisation libre. Un solo écrit ou improvisé (le solo écrit est à son origine composé de parties improvisées pour chercher les idées) peut utiliser plusieurs méthodes dans un même discours.
  9. Le solo doit dégager une idée musicale et rester cohérent, former une unité. Les idées secondaires doivent apporter la tension et recentrer l'attention sur l'idée principale. Un solo doit prendre une direction (notre intention), il nous emmène en voyage en nous faisant visiter des décors changeants mais propres à la région (l'idée principale). Même avec peu de vocabulaire et de maîtrise technique, il faut chercher à faire sens. Il faut utiliser au mieux ses compétences pour construire le parcours. La respiration musicale est nécessaire pour le musicien et le public avant de repartir plus lo
  10. l'articulation du doigté à la guitare détermine l'expressivité musicale. l'articulation est en fonction du phrasé et surtout un effet sur une note ou un ensemble de notes qui donne sens à l'interprétation et donne vie à la mélodie, c'est elle qui fait passer l'émotion. Si savoir jouer techniquement un morceau au bon tempo et le jouer par cœur est une démarche primordiale, ce n'est pas encore de la musique, l'ordinateur le fera mieux que nous. C'est le travail des nuances qui est le travail principal de l'interprète et ce n'est encore que le travail de base. Tu dois être à l'écoute
  11. Tu as bien travaillé et joli résultat ! L'articulation du doigté est quelques fois un peu raide et surtout à la fin où tu perds en propreté. C'est sûr, dans un mois, tu le joueras parfaitement car les détails prennent toujours plus de temps. tu as une bonne maîtrise du morceau, tu l'as bien intégré. Un musicien est plus jugé par sa présentation, sa manière d'interpréter que par les triolets en double croches. De plus, tu verras qu'avec un investissements physique, tu sentiras mieux la musique. Les émotions viennent du corps et non de l'esprit,ce que tu transmets au public c'est parei
  12. 4 vidéos très intéressantes et instructives qui ne remettent pas en cause l'échelle de valeur créative. Elles ont le mérite de surligner les influences de la création. Voir toute la création sur le principe de copier, transformer et combiner est simpliste mais néanmoins indiscutable. Nous sommes bien le produit d'une culture, d'une société et nous vivons sous influences. Quel chemin parcouru depuis l'homme des cavernes !... En effet, la première démarche du musicien dans son apprentissage est de copier et reproduire pour découvrir et apprendre. La deuxième démarche est de s'extraire de la s
  13. Je te rassure, je ne l'ai pas mal pris, je cherche justement vos réactions. Tu mets barrières là où il n'y en a pas. Je respecte Claude François même si je n'aime pas et c'est un chanteur qui a marqué son époque commercialement mais le succès ne fait pas de lui obligatoirement un grand artiste, ce deux choses distinctes. Je peux estimer et m'éclater davantage avec quelqu'un qui joue ses compositions dans la rue. Je comprends que tu puisses me dire que l'échelle de valeur créative est subjective et qu'elle dépend d'un contexte. Effectivement, tu as raison, mais on a réduit l'incert
  14. L'artiste se définit par la valeur artistique de ses œuvres (ses réalisations). Je préfère parler de valeur créative. Il existe une échelle de la valeur créative de l'oeuvre (EVC, Cottraux, 2009) : l'impact, l'imprédictibilité, l'innovation, le non-conformisme, l'authenticité, le caractère stimulant, la possibilité de devenir un marqueur temporel (reflet de son époque) et celle de devenir un analyseur intemporel (capacité à éclairer une autre époque). Que je n'aime ou pas un artiste ne m'interdit pas de reconnaître la valeur de son oeuvre. L'artiste se définit aussi par des facettes
×
×
  • Créer...