Aller au contenu

zwan's Blog

  • billets
    28
  • commentaires
    230
  • vues
    50 921

A propos de la composition....

zwan

1 137 vues

Composer ? Si l'on se tient à la définition du dictionnaire Larousse et aux partie qui nous concernent ici, nous avons :

 

COMPOSER

verbe transitif

(du Latin componer : placer ensemble) :

 

Créer de la musique, être compositeur.

 

Il serait mal venu de dire que cette définition est inadéquat. Mais pour moi c'est bien plus que ça.

Aujourd'hui n'importe qui peut se targuer de pouvoir composer. Les « outils » modernes permettant à des non-musiciens de pouvoir aborder cet exercice.

Seulement pour moi c'est un Art.

Pour moi composer n'est pas seulement avoir la capacité de coller les notes les une aux autres, mais c'est leur faire dire quelque chose.

Je connais des tas de musiciens de bon niveau incapable de composer, du moins dans le sens où je l'entend. Si l'on fait une comparaison avec un autre art qu'est la peinture, je part du principe que tout le monde sait tenir un pinceau, mais combien sauront dessiner quelque chose ? Et surtout combien sauront transmettre, véhiculer, un message ? Une émotion ?

Il en est de même avec la musique.

 

Selon Platon et Marx, « l'art ne sert à rien ». Pire selon le dernier, il n'existe pas d ' « esprit de créativité artistique », mais uniquement une réalité matérielle : l’art existe uniquement dans un but mercantile.

Freud envisage, quant à lui, l’art comme un défouloir humain, qui sert d’exutoire, aussi bien à l’artiste qu’au spectateur. En effet, l’artiste a cette possibilité d’exprimer dans l’irréel ce qui le préoccupe dans le réel ; c’est un rejet, ou une affirmation « hors du monde » de la volonté de l’artiste, ainsi son sentiment peut se libérer, mais dans le but de ne pas « gêner » le réel, il se libère ailleurs, dans l’art.

Freud dit à propos de l'artiste :

« Il sait d’abord donner à ses rêves éveillés une forme telle qu’ils perdent tout caractère personnel susceptible de rebuter les étrangers, et deviennent une source de jouissance pour les autres. »

 

L'art est donc selon Freud un exutoire. Et si l'on revient à ce que j’écrivais précédemment, tout le monde serait capable d'aligner plusieurs notes de musique, mais combien pourraient y mettre des sentiments ?, des émotions ? Et surtout combien sauraient les véhiculer ? Voir même en générer ?

Car à la musique comme à tout art nécessite cette interaction entre l'artiste et son publique.

 

Je ne sais plus quel philosophe (et j'en suis désolé) qualifiait l'art comme un acte égoïste. Effectivement on peut l'envisager comme tel si cela ne reste qu'un exutoire. Mais l'art c'est, aussi, aller vers les autres. C'est un moyen de communication.

 

Pour ma part, la composition est un tout. Non seulement il s'agit de musique mais aussi de propos.

Les paroles d'une chanson font partie intégrante de l'aspect mélodique de par la manière dont elles sont chantées ( notes, nuances …) et cet aspect à autant d'importance que le propos en lui même.

A mon avis, la chanson « parfaite » doit pouvoir être interprétée uniquement en guitare-voix (ou piano-voix/ou ukulele- voix....). Le reste n'est que technique.

La musique doit généralement soutenir le propos plus que l'inverse. Il serait difficile de traiter un sujet « triste » sur une musique « festive » .Certains s'y sont cassés les dents. Les Rita Mitsouko par exemple avec leur « petit train ». Traiter de la déportation sur une musique digne de « la chenille » il faut oser. Encore qu'oser est également un art.

Pour ma part quand j’écris, j'essaye d'être juste le plus sincère possible. Pourquoi ? Parce qu'au moment de l’interprétation, il est plus délicat de « défendre » son sujet s'il ne nous a jamais touché.

Il est déjà difficile de réinterpréter un sentiment appartenant au passé.

 

Bien sur au moment d’écrire, qui n'a jamais eu ce sentiment que le morceau que vous teniez existait déjà. Personnellement cela m'est arrivé bien des fois.

C'est naturel dans le sens où nous avons une culture musicale, mieux nous appartenons à une culture tout court.

On parle souvent de plagiat. On peut répondre à cela par plusieurs hypothèses. La première est qu'il s'agit véritablement de plagiat et auquel cas l'auteur est en manque réel de créativité. Pour la deuxième on peut revenir aux influences culturelles que l'on retransmet de manière consciente ou inconsciente. Pour finir,et c'est cette réponse qui nous intéresse ici, j'ai déjà entendu des « en musique tout a déjà été fait ». Cette réponse reste emprunte d'une identité culturelle, du moins sur le plan musical. Notre oreille et par son intermédiaire notre cerveau s'habitue à ce que l'on entend et à ce que l'on écoute.

Notre pratique de l'instrument est également soumise à cette influence « culturelle ». Lorsque nous pratiquons la guitare pour jouer et non composer, nous allons jouer des morceaux que nous aimons, d'artistes que nous aimons. Nous allons « absorber » certaines manières de jouer qui n'appartiennent qu'aux artistes que nous reprenons.

C'est donc, à mon point de vue, notre « culture » qui est un piège et qui peut donc se montrer « frein » dans le processus de création.

Certains utilisent aussi volontairement cette « culture » pour créer des morceaux qui plairont à coup sûr. Je ne vais pas balancer de nom, ce n'est pas le but, mais il existe des artistes qui sur un seul album utilisent 6 fois la même cadence (le fameux Anatole) et si ce n'est pas fait « exprès » on va encore pouvoir mettre ça sur le dos de cette (encore!) culture.

 

Si l'on se réfère à ce qui à été dit précédemment et que l'on met le tout en parallèle avec ce que nous pouvons constater de l'industrie du disque, beaucoup, à mon goût, sont artistes dans le sens où Marx l'entend. La création n'a de visée, que, mercantile. L'industrie du disque s'est selon moi tiré une balle dans le pied le jour où elle a décidé de produire ce qui allait le plus générer de profit en des temps généralement record (cf les tubes de l'été par exemple, qui font même l'objet de batailles entre majors) au détriment des véritables artistes.

 

Pour la suite de ce billet, je vous aurait bien dévoiler quelques astuces pour composer mais je n'en ai pas. Du moins j'en ai qui fonctionnerai pas forcement pour vous. Pourquoi ? Parce que l'art de la composition est une démarche toute personnelle. Parce que quand je prend ma guitare, je ne sort pas mon cahier de recettes et je ne me dis pas je vais composer.

 

Pour finir, osez composer, demandez des avis, osez tout court, essayez de faire abstraction de votre « culture » bref lâchez-vous ! Faites du BRUIT !!!!



5 Commentaires


Commentaires recommandés

Et bien... en voilà un billet intéressant!

 

J'ai trouvé chez toi des points communs et des différences de point de vue....

Si tu le veux bien (et même si tu ne le veux pas...) je vais commenter tout ça.... en essayant de suivre ta logique... enfin... ton développement.

 

- Je suis 100% d'accord avec toi sur le fait que composer ne consiste pas simplement à coller des notes les unes aux autres, que pour composer, il faut que de ces collages naissent une émotion... des émotions. Là où je le suis moins, c'est que je pense que tout le monde est capable de ça... Mais à des degrés moindres. Pour essayer d'expliquer mon point de vue, je dirais que tout le monde, en ayant les connaissance (donc, il "suffit" d'apprendre) et en travaillant peut composer un morceau triste... Cependant tout le monde ne peut pas apporter la même précision dans le sentiment (La tristesse? Oui, mais pourquoi? Et la quelle? Du désespoir? De la mélancolie? De la nostalgie? Une triste douloureuse? Dévastatrice? Suicidaire?) et ces nuances (ainsi que la capacité à faire passer un auditoire d'une émotion à l'autre au fil d'un même morceau) c'est certes plein de connaissances, plein de techniques, mais aussi... du talent. C'est là que ce fait la nuance à mon sens.

 

- Pour la réflexion sur le côté mercantile... Je l'associe au côté égoïste de l'art... Comment pourrais-je exprimer ça.... Je considère que l'art est une affaire personnelle, et purement égoïste: un artiste ne crée pas pour les autres, il crée pour lui. L'autre n'a pas à entrer en ligne de compte au moment de la création... Le rapport du compositeur au public, pour moi, existe, mais il est bien postérieur à la création. Il s'agit du moment où le public "regarde" l'oeuvre, la découvre. Et la réaction du public n'est pas, je pense, à prendre en compte dans le processus, sauf dans une prise en compte conceptuelle du public comme faisant partie de l'oeuvre. Ainsi donc, je donne raison et à Freud, et à Marx, sur ce point de vue... A savoir que si l'artiste prend en compte l'autre dans sa création... alors il a une démarche mercantile. S'il ne le fait pas, il a une démarche égoïste et se sert de son art comme "un défouloir humain"... Mais là où je considère que Freud a tort, c'est quand il dit : « Il sait d’abord donner à ses rêves éveillés une forme telle qu’ils perdent tout caractère personnel susceptible de rebuter les étrangers, et deviennent une source de jouissance pour les autres. »... Je n'arrive pas à concevoir que l'art se doive d'être agréable. Un jeu est agréable... pas une émotion. Et s'il s'agit de véhiculer des émotions, alors l'art peut être agréable, mais il peut ne pas l'être... Je refuse catégoriquement l'idée qu'un morceau de musique se doit d'être "harmonieux" ou "mélodieux"... Il peut l'être ... Mais ça n'est pas une obligation. Ou alors l'artiste refuse d'illustrer tout un pan de la palette d'émotions, de ressentis de tout humain.

L'art peut être brutal, il peut être provocant, il peut être massif, il peut être destructurant, il peut être interrogatif... il peut être tellement de choses...

 

- Concernant le fait que la composition est un tout, je suis entièrement d'accord avec toi... C'est d'ailleurs une des raisons pour les quelles je déteste parler de "chanson" et que je parle plus volontier de "morceau". Pourquoi? Parce que "chanson" implique un schéma standardisé : intro-couplet-refrain etc etc... avec souvent une mise en avant de la voix, et des paroles (pas toujours)... alors que je considère que c'est un tout... que la voix ne doit pas plus avoir d'importance que la basse... ou que le clavier... ou que la guitare... que les mots n'ont pas plus d'importance que les notes. Pourquoi? Parce que le morceau tend à véhiculer une émotion... et que chaque partie de ce morceau est complémentaire des autres, et doit tendre vers ce but... C'est une des raisons, par exemple, que j'utilise rarement (même si je le fais parfois) des lignes de basse avec juste la fondamentale... Parce que c'est contraire à ce principe... (sauf dans certains cas...)

 

- La chanson parfaite... J'ai longtemps partagé ton point de vue... Mais ce n'est plus le cas... Parce que la chanson parfaite... c'est celle qui marque l'esprit, qui transmet l'émotion voulue... et tout ça, ça n'est pas juste "guitare-voix"... c'est aussi les textures, les rythmes, les "calques"... bref, tout ce que tu appelles "technique"... J'ai du mal à concevoir un moment musical épique avec juste un instrument et une voix.... Tout un orchestre et un choeur... Oui... Mais un instrument seul? D'autant plus, pour pousser plus loin, que parfois, si bon soit l'instrumentiste, il est techniquement très difficile (voire impossible) d'exécuter certaines parties indispensables à la création de l'émotion.... Cependant, là où je te rejoins, c'est que cet aspect peut être plus considéré comme de l'orchestration que de la composition pure... Cependant, j'ai beaucoup de mal à dissocier composition et orchestration... Ma "technique de travail" fait souvent que j'aborde les deux aspects simultanément...

 

- L'aspect culturel que tu abordes... Alors là, je suis ravi : nous avons exactement la même approche. En effet, nous sommes pour une grande part un animal culturel. L'inné a du sens pour nous, mais le culturel est capable de modifier... voire même de forger notre être. C'est pourquoi je suis un fervent défenseur de ceux qui rejettent toujours plus loin les frontières de leurs connaissances... ou de leurs ignorances. Ecouter des choses différentes, donne une approche, une vision différente... Apprendre des choses différentes ouvre de nouveaux horizons... Vous êtes musicien de rock? Oui? Mais pourquoi ne jouer-écouter toujours que du rock? Pourquoi ne pas aller écouter de la musique indienne? Ou du jazz? Ou du metal? L'électro c'est pas de la musique? Détrompez vous... Mais encore plus loin... Pourquoi ne cherchez votre inspiration que dans la musique? J'ai remarqué que sur mes morceaux, beaucoup de gens faisaient un commentaire allant dans le même sens : "On dirait des musiques de film... On voit des paysages".... Pourquoi? Peut être tout simplement parce que parfois, je compose en pensant, en voyant, en imaginant un paysage? Les livres, les films, la vie, la musique, la peinture, la photo.... tout doit être source d'inspiration.... Pink Floyd a composé beaucoup de morceaux à partir de formes dessinées... et en essayant de retranscrire musicalement les dessins.... Ouvrez vos "portes de la perception"... Etudiez des choses qui, à priori, semblent éloignées de votre univers... Voilà qui enrichit... Vous ne retiendrez pas tout... mais peut être en restera t il une trace quelque part dans votre cerveau qui ressortira, jaillira au moment où vous en aurez le plus besoin.

 

- Les astuces et les recettes de cuisiner pour composer... Il y en a... plein... et comme tu dis: elles sont propres à chacun... Je suis de ton avis... Ce qui fonctionne pour moi ne fonctionnera peut être pas pour toi, et inversement... Mais l'artiste n'est il pas aussi celui qui va au delà des règles? Qui va essayer de les dépasser, de les transgresser? Et même les siennes... Je conçois mal un artiste usant et abusant de recettes... Un artiste ne peut pas utiliser des recettes à la lettre, parce qu'il est égoïste et cherche à véhiculer une émotion, celle du moment... et cette émotion du moment, elle est différente de celle qu'il voulait véhiculer il y a 6 mois en écrivant un autre morceau... Alors oui, il va prendre une recette... Mais il va la tordre, il va la triturer, la torturer, jusqu'à se rendre compte qu'elle ne peut être utilisée... ou jusqu'à en faire quelque chose de complètement différent... Même en étant dans une période... un artiste ne se répète pas en période de création... Et ce qui tue beaucoup de groupes actuels, et l'industrie de la musique, ce sont ces foutues recettes appliquées à la lettre.... pour tenir compte de l'autre, du public....

 

Enfin... Oui, j'ai eu un orgasme en lisant ta dernière ligne: osez, osez tout... soyez vous même... soyez naturels, soyez cet animal culturel qui a des choses à dire, et qui fait appel à sa culture, mais aussi à ce qu'il connaît mal, à sa curiosité, à son inventivité... Make some noise.....

 

Une dernière petite chose: je suis heureux de croiser la route de quelqu'un qui se pose des questions sur la musique, sur ce qu'il fait, et pourquoi il le fait.... j'ai parfois trop le sentiment de musicien qui font de la musique parce que "c'est cool"... ou parce que "j'aime bien la musique".... je pense que se poser des questions, c'est aussi le rôle de l'artiste, au moment de la création... et s'il se pose des questions, et qu'il ne colle pas simplement les notes... alors il pourra, s'il trouve les bonnes réponses, faire passer de l"émotion.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Lestael,

 

Merci d'ouvrir cet échange de points de vues.

Je me suis posé la question mille fois sur ma qualité de compositeur et sur mon manque de qualité au moins tout autant.

Tu parles de talent comme étant nécessaire à la création d'émotions et quelque part je suis tenté de te rejoindre sur ce point de vue, mais le talent n'est il pas une notion subjective ?

Une personne qui aura le talent d’émettre de la mélancolie (par exemple) dans son morceau saura peut être me toucher et pas toi ou inversement.

Je vais prendre un exemple qui me touche plus, ma chanson « Alone », si l'on se tient à ce seul morceau dans mon maigre répertoire, certains diront que j'ai du talent (ma femme en premier lol) parce que ma chanson en tant que tout quelque part les touches. D'autres appuieront sur le bouton STOP dans les premières secondes, simplement parce que le sentiment que j'évoque ne les touche pas ou que pour les toucher j'aurais du l'exprimer d'une autre manière.

Aussi tu dis que la réaction du public n'est pas à prendre en considération dans le processus de création. Bien évidement !!! Sauf que, et on va revenir à « Alone » lorsque j'ai écrit ce morceau je n'ai rien calculé mais quand j'ai écrit les paroles, sous une forme poêtique, j'ai fait preuve de pudeur.

Pourquoi ? Parce que je me disait que si je racontait mon histoire de manière brute cela rebuterai ne serait-ce que ma femme qui est ma deuxième auditrice (moi étant le premier). Cette pudeur n'est pas calculée mais elle est forcement liée au fait qu'une chanson est faite pour être confrontée au public.

Et il n'y a aucune volonté mercantile dans cette démarche.

Pour revenir à la chanson parfaite je m’aperçoit que j'ai oublié d'argumenter mon point de vue.

Selon moi, donc, une chanson doit pouvoir se tenir en guitare-voix parce que c'est l'ossature.

Cela suffit pour montrer une progression rythmico-harmonique. Bien sûr une chanson avec un arrangement visant à appuyer le propos c'est chouette, j'adore par exemple entendre de belles nappes de violons, violoncelles (etc) sur une chanson au demeurant triste mais sans cet arrangement la chanson doit pour moi tenir debout. Prenons une chanson qui ne se tient pas en guitare-voix ou piano-voix (ce que tu veux), avec une ossature branlante donc. Crois-tu que tous les arrangements possibles pourront la sauver ? Moi je suis persuadé que cela reste branlant.

Un autre exemple avec le « solo guitare », est-ce indispensable ? Nan ! Rares sont les soli à avoir générés en moi une émotion. Le solo de Frusciante sur « I could have lied » lui est indispensable par exemple car cela n'est pas que demonstration technique. Mais tout ça reste très subjectif.

Pour finir, je ne peux qu'appuyer ce que tu a rajouté sur l'aspect culturel.

 

En tous cas merci d'avoir partagé avec moi tes sentiments sur ce sujet.

Je reverrai que nous puissions échanger autour d'un verre. Ça serait nettement plus sympa !

Je t'aime Lestael !!!!

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Alors j'ai exactement la même vision des choses de Lestael...

 

Je me rappelle d'un cour au lycée où l'on me disait que la base de la communication était de s'adapter a son interlocuteur.

Si tu considère qu'une chanson a pour but d'être confronté à un public, alors logiquement il faut s'adapter a lui, a ce qu'il comprend.

Mais est-il judicieux ou même possible de s'adapter a UN public ?! Si on estime que c'est possible, alors on peux considérer qu'il y a des centaines de public différent... Auquel t'adapte-tu ?

Personnellement je pense que l'art est justement un moyen de communication ou les règles sociales (comme l'adaptation à son interlocuteur) n'ont pas de place. Je pense comme Lestael que le public n'est pas quelques chose a prendre en compte.

Alors certes, c'est peut être inconscient, on sais que le public va y avoir accès, mais il faut aussi faire ce travail de détachement.

On peut se dire aussi que la composition est une séance chez un psy. Tu te dévoile entièrement, sincèrement, comme si personne n'était là.

La clef de la composition, c'est la sincérité.

Je pense que l'ossature c'est ça, pas le guitare voix. Je suis pas d'accord sur cet aspect, ou alors j'ai mal compris

Je trouve ça assez réducteur d'estimer que l'ossature d'une chanson doit pouvoir être faite en guitare-voix.

Déjà, dans un premier temps, j'accorde pas une place plus importante au chant, mais en plus pourquoi un morceau ne pourrait pas être parfaitement cohérente juste en percu voix ?!

 

Si je dois décrire la chanson parfaite, pour moi ce serai une chanson qui me transmet une émotion (aussi bien dans la joie, l'énergie, ou la tristesse), ça me parait essentiel, mais pour atteindre la perfection, je pense qu'il faut une certaine richesse, parce que j'aime qu'un morceau me surprenne, même après des centaines d'écoute. La richesse n'est pas un frein a l'émotion comme je peux lire des fois. Parfois il est plus simple de faire passer une émotion avec un arrangement dépouillé, et ça peut marcher a merveille. Mais j'aime les musiques qui m'emporte dans de long voyages. Dans un livre, on passe par une multitude d'état, on ressent de nombreuse chose, dans un film également, il n'y a pas d'histoire assez uniforme pour ne passer que par une émotion. J'aime la musique, j'aime les histoire, et j'aime que les sons me content des histoires. Je suis particulièrement sensible à ce genre de morceaux/voyages.

Mais il faut de tout, et qu'est-ce que j'aime me mettre juste un bon gros son de métal simple et efficace pour me défouler.

 

Pour les solos je suis bien d'accord avec toi ^^

 

Bref, pour résumer, la composition doit être juste sincère, pour moi c'est ça l'ossature, ensuite les instruments servent a créer une ambiance, une atmosphère que l'artiste a voulu transmettre, ou pour porter son message.

 

Désolé, c'est un peu ridicule face a vos pavé, mais je voulais m'en mêler :p

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire
Invité lesalexs

Posté(e)

le morceau parfait il se joue a capella aussi, non ?

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

@villa

Quand je parle d'ossature, je ne cantonne rien à un instrument précis. J'expliquai d'ailleurs qu'il s'agit juste de la progression rythmico-harmonique et j'aurai d'ailleurs dû dire rythmico-mélodique.

Donc ça marche aussi pour un maracas-voix, un Djembé-voix, un batterie voix....

Je te rejoins sur ce qui est de la sincérité. Je disait d'ailleurs plus haut : « Pour ma part quand j’écris, j'essaye d'être juste le plus sincère possible. Pourquoi ? Parce qu'au moment de l’interprétation, il est plus délicat de « défendre » son sujet s'il ne nous a jamais touché.

Il est déjà difficile de réinterpréter un sentiment appartenant au passé »

Je te rejoint également sur l'aspect « thérapie » du truc. La composition est un exutoire.

Par contre, en effet je pense m'être mal fait comprendre ou m'être mal exprimé. L'aspect « public » n'entre pas en ligne de compte dans ma manière de composer, mais je me posait la question de savoir pourquoi j'exprimait les choses avec pudeur et je me demandais donc s'il n'y avait pas quelque chose de l'ordre de l’inconscient là dedans ou si c'était une volonté inconsciente de déguiser des moments dramatiques de ma vie sous un aspect plus poétique.

@lesalex

oui aussi puisque tu peux apporter avec ta seule voix une progression rythmico- mélodique

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Veuillez vous connecter pour commenter

Vous pourrez laisser un commentaire après vous êtes connecté.



Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...