Aller au contenu

Tableau intervalles et gammes majeure et mineures


Messages recommandés

Salut! :guitare:

 

Voici un joli tableau tout en couleur (deux tableaux en fait, notation "FR" et "US") des intervalles, avec en correspondance la gamme majeure et les trois gammes mineures.

Très pratique pour voir les notes d'un accord avec les tierces, les bidules diminués et tous les autres machins, le tout d'un seul coup d'œil.

 

 

vert = mineur / bleu = MAJEUR

cours_guit_gau_intervalles_fr.jpg

Même tableau mais avec la notation US :

cours_guit_gau_intervalles_us.jpg

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et voici les intervalles des pentatoniques majeure et mineure:

cours_guit_gau_intervalles_pentas.jpg

 

Pour les autres gammes, je ferai prochainement une grille vierge pour que tout le monde puisse s'imprimer sa petite grille et prendre ses plus beaux crayons de couleur héhé. Ensuite, y a plus qu'à découper les bandes pour, par exemple, les coller juste en dessous de la gamme qui l'intéresse...

... puis je ferais les modes grecs...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

.......Perso, je suis toujours extrêmement sceptique sur l'utilité réelle de ces tableaux.... siffle.gif

 

Mais je veux saluer le geste ;)

 

 

Peut-être est-ce parce que ton niveau est déjà assez (trop?) élevé...?

 

Bon, je vais essayer de donner quelques exemples de l'utilité que peut avoir ce genre de tableaux... même si je ne sais pas trop dans quoi je m'embarque... mais je suis sûr d'une chose, c'est qu'il peut être utile parce que je l'ai déjà donné à plusieurs potes (un peu flemmards) et que ça leur a ouvert l'accès à pas mal de trucs...

 

Pour commencer, le plus simple serait déjà de dire pourquoi j'ai fait ce tableau, à quoi il m'a servi... Ça doit bien faire au moins une petite dizaine d'années que je l'ai fait. À l'époque, je jouais énormément de Brassens et je voulais un truc rapide/pratique pour que mon contrebassiste se trouve une ligne de basse. Gros débutant à l'époque, il ne voulait surtout pas entendre parler de solfège, malgré tous mes arguments... et, crois-moi, je lui en ai fourni des tas! mais rien à faire...). Ce fut donc le premier utilisateur de ce tableau. Il lui suffisait de prendre mes partoches, de regarder le nom de l'accord (je dis bien "regarder" et pas "lire/déchiffrer/etc." car il n'y connaissait strictement rien de chez rien du tout), et de coller, sur des tablatures vierges que je lui avait faites par la même occasion, les notes de la gamme de l'accord, un peu au hasard au début, puis trouvant rapidement ses marques. Il a juste fallu que je lui explique les demi-tons (pour qu'il puisse placer tout seul comme un grand ses gros doigts au bon endroit sur son manche), le truc de la tierce mineure ou majeure, et que tous les accords "normaux" avaient... une case orange... haha, c'est à dire une quinte sur mon tableau... c'était le seul truc qu'il voulait entendre: «Case orange = ok, ça sonne bien, c'est cool, et en plus elle n'est pas loin de la case rouge sur le manche»... quand je te dis qu'il n'y avait rien à faire... Donc il choisissait sa "case rouge" (tonique) pour placer la note correspondante sur les 1er et 3e temps d'une mesure 4/4 par exemple, et la note de la case orange sur les 2e et 4e temps (oui, il fallu pour ça que je lui explique que, sur une partoche 4/4, on avait 4 noires par mesure. Ça, c'était pas trop compliqué, il a accepté de m'écouter... après moultes rhétoriques de ma part...). De temps à autre, il se permettait de prendre une petite case verte ou bleu selon le mode de l'accord (je lui ai dit: «Écoute mon vieux, c'est simple, si dans le nom d'un accord tu vois un petit "m", alors tu choisis le vert, sinon, c'est le bleu»). Ainsi, au fur et à mesure que le temps passait, il restait motivé (et c'est super important), il arrivait à se trouver facilement et très rapidement un petit "poum-poum" qui sonnait pas mal, donc il jouait assez souvent pour rapidement progresser et j'arrivais à lui donner (au compte-goutte) quelques nouvelles notions comme: «Tu sais, tu peux essayer de faire des cases jaunes de temps en temps, sur les temps faibles par exemple, pour amener une case rouge au changement d'accord», ou alors: «Mais oui, c'est normal que sur cet accord la case orange ne sonne pas bien, c'est parce que c'est un accord diminué», etc., etc.

Et SURTOUT (je pense que c'est peut-être la meilleure utilité de ce tableau), mon contreb' commençait enfin à s'intéresser au... solfège!!!

 

ALLÉLUIA !!!!!!

naruto_pleure-de-joie_br.jpg

 

Juste pour la petite histoire, pour te dire qu'il est motivé l'animal, c'est que maintenant il suit des vrais cours payants (alors qu'il est complètement fauché et au chômdu) avec un vrai prof de contreb' (alors que c'est un vieux punk endurci) et qu'il s'est même mis... à l'archet! xD

(HAHA, j'en ris tout seul... tu ne le connais pas mais, si c'était le cas, je suis sûr que toi aussi tu serais pété en deux rien qu'à l'imaginer... je peux t'aider: imagine un gaillard, fringué destroy, de plus de 1m90 avec une crête et un archet dans la main et prenant un air sérieux à la "André Rieu dans les passages difficiles"...)

 

 

Reste d'autres choses qu'on peut rapidement remarquer en suivant le tableau, au fur et à mesure qu'on progresse dans la théorie:

Déjà citées en exemple, les tierces: du premier coup d'œil on voit quelles sont les tierces mineure ou majeure de tel ou tel accord (et, à force, je t'assure qu'on retient leurs noms, presque malgré soit).

Les quintes: idem

... en fait, n'importe quel intervalle saute tout de suite aux yeux (quelle est la sixte d'un Dm6 = B; qu'est-ce qui fait le Db9- = le D, etc.), on arrive donc très facilement à repérer quelles sont les notes qui font que l'accord s'appelle ainsi, et inversement, si on a les notes d'une ligne mélodique par exemple, pas la peine de se prendre la tête à chercher l'armure ou l'empilement de tierces -- et j'en passe -- pour trouver la tonalité du morceau!... même si je préfère pour ma part connaître mon manche sur le bout des doigts ainsi que tout ce qui fait que la musique est ce qu'elle est... tout en gardant à l'esprit que, la théorie, c'est bien certes, mais qu'il faut savoir parfois aussi désapprendre et laisser libre cours à son inspiration...

Au-delà de ça, on a aussi (pour ne parler que des quintes), le fameux cycle des quintes (l'œil passe facilement de la case rouge à l'orange puis de la "nouvelle rouge" à sa quinte respective comme Ré# -> La# puis La# -> Fa puis Fa -> Do... je t'assure, ça devient fado!... euh, on va dire fastoche plutôt...

Donc tu as le cycle de n'importe quel intervalle, quarte, septième, etc., en un tournemain!

 

Bon, voilà pour l'instant tout ce qui m'est venu à l'esprit... alors, pour résumer, je pense que ce tableau peut être très utile à toute personne voulant apprendre à jouer d'un instrument mais à qui le solfège fait un peu peur, ou même le rebute complètement. Elle peut voir que la musique n'est pas une jungle infinie (ou a contrario un désert aride), mais qu'il y a certaines constantes et que ces dernières permettent de "ranger" les notes entre elles (d'où les couleurs rouge/orange/vert/bleu...). Ce tableau est sûrement plus parlant à un néophyte qu'une portée (hélas!... c'est tellement beau une portée...), il peut donc être aussi une bonne introduction à la théorie, en douceur (et rien n'empêche d'aller plus loin par la suite, le plus important étant de prendre plaisir à jouer), ainsi qu'un bon moyen d'apprendre son manche, ou de (re-)trouver des positions d'accords (soit connus par tous, mais sans soi-même les connaître à l'origine, ou des moins connus...). Enfin, il peut permettre de jouer une multitude de gammes sans être obligé de les connaître réellement à fond, juste en posant un petit papier avec les écarts de la gamme voulue sous la note de la tonalité du morceau qu'on veut jouer... Sans oublier le but premier pour lequel j'ai fait ce tableau: un gars qui n'y connait pas grand-chose peut très rapidement se faire ses propres compos.

 

Même si je n'irai pas jusqu'à espérer t'avoir convaincu ;), j'espère au moins que tu vois un peu plus pourquoi ça peut intéresser quelques "débutants pas trop attirés par le côté maths de la zizique"... allez, dis-moi que oui, allez quoi, dis-moi que ce n'était pas totalement inutile que je passe une partie de ma soirée à rédiger ce "petit" pavé de texte... s'te plaît...? :(

En tout cas, merci pour ton salut! tu m'as bien fait marrer sur le coup avec ton "Mais je veux saluer le geste".

 

Allez, pour conclure ce soir pour moi, par exemple une gamme, la byzantine, aux couleurs typiques... je parle des "vraies" couleurs là, des "accents" de la gamme ;), sympa à jouer avec ses intervalles en escalier si particuliers et ses trois notes "collées" (sachant que la tonique est au milieu):

cours_guit_gau_intervalles_byzantine.jpg

 

J'en profite aussi pour coller une grille vierge pour qui veut:

cours_guit_gau_intervalles_vierge.jpg

Modifié par DjanGau
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Même si je n'irai pas jusqu'à espérer t'avoir convaincu ;), j'espère au moins que tu vois un peu plus pourquoi ça peut intéresser quelques "débutants pas trop attirés par le côté maths de la zizique"... allez, dis-moi que oui, allez quoi, dis-moi que ce n'était pas totalement inutile que je passe une partie de ma soirée à rédiger ce "petit" pavé de texte... s'te plaît...? :(

En tout cas, merci pour ton salut! tu m'as bien fait marrer sur le coup avec ton "Mais je veux saluer le geste".

 

laugh.gif

 

Non mais tu sais, des explications complémentaires ne sont jamais inutiles....wink.gif

L'essentiel pour une méthode, c'est comme tu le dis, de garder la motivation et développer l'envie d'apprendre, de fouiller plus avant....

 

Si cette technique a permis à ton pote d'avancer, nul doute qu'ici aussi, il y aura des amateurs...

 

 

A priori, l'avantage que je voyais était celui-là :

 

Enfin, il peut permettre de jouer une multitude de gammes sans être obligé de les connaître réellement à fond, juste en posant un petit papier avec les écarts de la gamme voulue sous la note de la tonalité du morceau qu'on veut jouer...

 

Mais, même les réfractaires au solfège devront au moins savoir le nom des notes sur le manche (on peut pas faire l'impasse sur tout...siffle.gif)

 

Ou alors, coller des pastilles de couleurs sur le manche (rigolez pas, je l'ai déjà vu....)

 

 

Mais, j'ai une question subsidiaire concernant l'accompagnement d'une grille :

 

Pour suivre les accords (et retrouver les toniques, tierces,...), tu es obligé d'avoir une "réglette" par accord, non ?

 

Ex : sur une progression | C | G |

Tu en fais une en majeur pour Do et une mixolydien pour Sol ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

(...) Mais, même les réfractaires au solfège devront au moins savoir le nom des notes sur le manche (on peut pas faire l'impasse sur tout...siffle.gif) (...)

 

Non, pas forcément.

Bien sûr que c'est mieux, mais il leur suffit de respecter les bons écarts (en général, on commence sur une seule corde -- n'importe quelle case donc, c'est pas la note qui est importante -- disons... allez, hop au hasard, 4e corde, euh 5e case.

Ensuite, "y a plus qu'à" suivre les écarts de la gamme qu'on veux exécuter:

pan, paf, ploum(-bémoool, si on sait wink.gif), poum, bam, boum-bémoool, bim!

(tu auras bien sûr reconnu la gamme mineure naturelle de pan, très facile à exécuter, appelée aussi pan éolien, très jolie à la flûte... siffle.gif).

Puis enfin, quand on a la bonne mélodie en tête (ou au pire en tâtonnant), on retrouve très facilement la correspondance pour les autres cordes.

Donc, pas besoin de connaître le nom des notes (même si c'est plus pratique que de dire «Je suis en ploum mineur add paf/bim diminué»...).

 

 

 

(...) Mais, j'ai une question subsidiaire concernant l'accompagnement d'une grille :

Pour suivre les accords (et retrouver les toniques, tierces,...), tu es obligé d'avoir une "réglette" par accord, non ?

Ex : sur une progression | C | G |

Tu en fais une en majeur pour Do et une mixolydien pour Sol ?

 

 

Avant tout!... dis-moi sur quelle touche tu appuies pour faire... le caractère « | »!? xD

 

 

Alors, pour la réglette, b'en... j'sais pas trop quoi te dire... en fait, non, ça se fait "à l'œil nu", avec l'habitude...

C'est pas compliqué... il suffit (quand même!) de connaître comment ça marche les cadences (ça demande donc déjà un petit niveau, mais pas non plus l'équivalent d'une encyclopédie -- comme, pour reprendre ton exemple, savoir que quand on fait | C | G | c'est égale à la cadence | I | V |; et que donc, ça demande soit une petite explication au préalable sur les cadences -- qu'on joue le Ve degré en mixolydien etc. -- soit, si le gars est vraiment une quiche en solfège, tu lui dis juste que «Là, tu joues en C majeur (et tant pis pour l'ionien), et ici, tu changes, tu joues en G7. — Ah?... mais pourquoi?... — Et bien tout simplement parce que c'est comme ça!». Et là, tu as une chance sur deux (si le gars n'est pas irrécupérable) qu'il te demande: «Mais vas-y, dis-moi pour les cadences, comment ça marche? je veux savoir pourquoi, ça à l'air intéressant, important, bien pratique, etc.»... et là, c'est déjà une bataille de plus de remportée!

Donc voilà, pour moi ça reste un outil, rien de plus, pour qu'un gars tout seul, sans prof, puisse commencer à acquérir le vocabulaire musical et toute la théorie qui va avec, petit à petit, juste pour y voir plus clair (pour simplifier: il s'occupe d'abord du rouge, du orange et du bleu, puis des cases vertes, des jaunes et puis des autres pour finir).

Après, s'il commence à s'intéresser à la portée... c'est gagné! (surtout si c'est à sa portée... xD...biggrin.gif...smile.gif...huh.gif... non...? bon, tant pis...)

 

Tout ça n'empêche pas que, à mon avis, c'est sûr qu'il est préférable de commencer directement par une bonne petite portée de C majeur...

... ... ou C ionien... ... ... si tu vois où je veux en venir... wink.gif

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour le | c'est "altgr" (le alt de droite donc) plus la touche 6 (en haut, pas le pavé numérique). En supposant que tu aies un clavier azerty évidemment.

 

Sinon moi jpense un peu comme manu, ce genre de tableau c'est pratique comme aide mémoire, mais l'important c'est de comprendre comment les gammes fonctionnent et comment on s'en sert. Et une fois qu'on sait comment tout ca s'articule, le tableau devient anecdotique puisqu'on peut tout retrouver très facilement. Ce qui me fait toujours peur avec les trucs "encyclopédiques" comme ca c'est les débutants qui les suivent aveuglément sans vraiment comprendre ce qu'ils font, un peu comme les grilles de position de gammes ou certaines personnes se contentent de jouer la gamme de haut en bas puis de bas en haut sans même chercher à faire une mélodie...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 7 years later...

Bonjour à tous, 8 années après  le premier et dernier post, j’espère  que l’on a perdu personne en cours de route.

le débat est très intéressant car j’ai trouvé le site en tapant sur Google ... gammes et intervalles... et malgré mon petit niveau guitariste intermédiaire dim. après avoir capté l’ensemble des schémas gamme Maj... ben faut bien avouer que de comprendre ou son les intervalles c’est juste le tour de magie expliqué. Je pense qu’e de parler en cadence, intervalles à la place de notes revient à parler des sons et que c est plus juste. Je m’explique... sur n’importe quel instrument lorsque l’on fait un son on entend un son pas le mot Do ou Re etc....donc si pour lire une partition les notions de note son importante se n’est pas vrai pour jouer le reste.

tout ça pour vous dire merci pour votre tableau qui est super claire et je me réjouis de faire le travail pour l’integrer.... comme on dit le plus dure c est de si mettre..

 

a bientot.

 

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Perso, je ne m'encombre jamais des notes d'une gamme à proprement parler, mais de ses degrés et je retiens sa structure (intervalles entre les différents degrés) et pas bêtement un schéma!

Après 3 ans de guitare, je ne connais pas par cœur les 5 positions de la gamme pentatonique mineure, aucun intérêt pour moi. Je ne travaille pas par positions, mais par degrés (je suis sur la 1, ok, donc, la 3m est là...mais aussi là, la 7m là...mais aussi là, la 4 là...mais aussi là...etc...). C'est un travail plus fastidieux qui requiert plus pratique et de réflexion, mais qui permet, une fois bien assimilé, de mieux comprendre le fonctionnement d'une gamme.

Encore la semaine passée, un gars à l'école parlait que pour lui, c'est simple, pour ses pentas, il jongle avec le majeur et le mineur; moi, interpellé, je lui demande "Ha bon, comment tu fais???", et lui de me répondre "Facile, quand tu es en Am, tu passes de la première (tu joues en mineur!) à la deuxième position (tu joues en majeur!)", et moi, "Ha bon.................................................!!!"
En fait, le gars ne joue ni en Am ni en C pentas, mais joue complètement de manière aléatoire en jonglant avec les 2 premières positions qu'il connait par cœur!
Je ne critique pas, c'est une approche comme une autre, mais c'est pas comme cela que moi je vois la musique.
Perso, quand je joue en Am, la note la plus importante qui va attirer toutes les autres c'est le A (le degré 1 ds ma tête), et quand je joue en C, c'est la note C (degré 1 ds ma tête) qui va devenir la note de référence. Ou je vais par exemple jouer Am penta (ou penta blues) sur du A, enfin, là, je complique!

Maint, certains diront, que tant que ça sonne...?

Modifié par kwygon
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Veuillez vous connecter pour commenter

Vous pourrez laisser un commentaire après vous êtes connecté.



Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...