A ne pas manquer : Les tablatures en vidéo, apprenez comment jouer vos chansons préférées !
RSS T4A Pinterest T4A Youtube T4A Twitter T4A Facebook T4A Google+

Les modes : présentation

Besoin d'aide à propos de ce cours de guitare ?Aide
Sauvergarder ce coursSauvegarder
Alors les modes, comme beaucoup de choses en musique, c'est une notion très simple, qui amène des possibilités extrêmement complexes.

Prérequis pour ce cours : Aucun
Travailler ce cours : Aucun

Certains diront que pour jouer un mode, il suffit de jouer la gamme majeure en partant d'une autre note comme tonique. Si on se contente de faire ça, on sera très loin de pouvoir vraiment exploiter les modes et en faire quelque chose de bien (un peu comme ceux qui apprenent la penta mais qui ne savent pas ou est la tonique et les autres notes et qui se contentent de jouer des notes un peu au hasard sans chercher à faire de mélodie ou de petits licks). Bref, voyons déjà comment on construit les modes.

Construction des modes

La base, c'est de prendre les notes d'une gamme majeure (do majeur ca sera facile : do ré mi fa sol la si do), mais de changer la tonique. Ca nous donne donc 7 modes (un par note de la gamme) :

  1. Do ionien : do ré mi fa sol la si (là c'est pas compliqué, c'est juste l'autre mot de la gamme majeure)
  2. Ré dorien : ré mi fa sol la si do
  3. Mi phrygien : mi fa sol la si do ré
  4. Fa lydien : fa sol la si do ré mi
  5. Sol mixolydien : sol la si do ré mi fa
  6. La aéolien : la si do ré mi fa sol (la gamme mineure)
  7. Si locrien : si do ré mi fa sol la


Ca ce sont les 7 modes de la gamme majeure. On peut déjà commencer à dire que le mode mixolydien sonne très blues, le dorien un peu plus rock, le phrygien très espagnol, le lydien est génial pour les arpèges un peu "planantes", le locrien sonne bizarre etc.... mais ca voudrait pas dire grand chose. On va plutot analyser tout ces modes en termes de tons et demi-tons. Dans notre gamme majeure (donc dans notre mode ionien), on retrouve cette suite d'intervalles : 1t 1t 1/2t 1t 1t 1t 1/2t.

Les différents modes existants

Maintenant voyons à quoi ressemble les autres modes :

  • dorien : 1t 1/2t 1t 1t 1t 1/2t 1t
  • phrygien : 1/2t 1t 1t 1t 1/2t 1t 1t
  • lydien : 1t 1t 1t 1/2t 1t 1t 1/2t
  • mixolydien : 1t 1t 1/2t 1t 1t 1/2t 1t
  • aéolien : 1t 1/2t 1t 1t 1/2t 1t 1t
  • locrien : 1/2t 1t 1t 1/2t 1t 1t 1t
     

Maintenant qu'on connait ça, nous pouvons avoir deux axes de réflexion :

Analyse des intervalles principaux dans chaque mode

Ils ont tous une quinte juste sauf le locrien, le mode ionien, lydien et mixolydien ont une tierce majeure alors que le mode dorien, phrygien, aéolien et locrien ont une tierce mineure. Pareil pour les 7ème : mineure pour dorien, phrygien, mixolydien, aéolien et locrien, majeure pour ionien et lydien. Déjà là on se rends compte qu'on peut se rapprocher de l'harmonisation de la gamme majeure : on retrouve les mêmes intervalles que dans les accords, ainsi on a du Maj7 pour I et IV (ionien et lydien), du m7 pour II III et VI (dorien, phrygien et aéolien), un 7 pour V (mixolydien) et m7b5 pour VII (locrien). C'est logique puisque les modes sont construits à peu près de la même facons que l'on harmonise la gamme majeure, mais je préférais détailler histoire d'être bien clair. C'est TRES important de bien comprendre la liaison entre l'accord et le mode (on verra après pourquoi).

Analyser des différences entre la gamme majeure et chacun de ses modes

Cela permet de trouver les notes qui sont spécifiques à ces modes.
Pour ca le mieux c'est d'utiliser la suite d'intervalles qu'on a eu plus haut, et de construire do ionien, do dorien, do phrygien, do lydien etc.... Je vais pas le faire pour chaque mode parce que c'est long, mais prenons donc do ionien (do ré mi fa sol la si do) et do dorien (do ré mib fa sol la sib do) : on se rends compte que les 2 seules notes qui changent, c'est mi qui devient mib et si qui devient sib. C'est ces deux notes là qui vont donner cette couleur spécifique au mode dorien. D'ailleurs beaucoup de musiciens apprenent les modes et leurs positions comme ca, en se disant que "dorien c'est la gamme majeure avec une tierce et une septième mineure" ou par rapport à la gamme mineure "dorien c'est la gamme mineure avec une sixte majeure". En analysant comme ca chacun de ces modes, on va vite voir quelles notes vont sonner très "phrygien" (jte la donne : la seconde mineure, mixolydien (spa dur : la septième mineure), ou autre. Ce travail là est également très important à faire pour savoir comment exploiter ces modes. Parce que admettons que on joue sur une grille en do dorien, et qu'on utilise que les notes do ré fa sol dans notre impro, impossible de savoir si c'est dorien ou ionien, vu que les 4 notes là sont communes aux deux modes.


(une petite parenthèse pour donner une ptite astuce utile : prends la 4ème et la 5ème triade de la gamme majeure - donc en do majeur : F = fa la do et G = sol si ré, et joue les en mettant comme tonique la note de base de chaque mode. Donc en grille d'accord, pour ré dorien, ca donne : F/D G/D, en mi phrygien F/E G/E, en fa lydien F et G/F etc..... Ces petites grilles permettent de faire tout de suite ressortir la couleur de ces modes)

Apprendre à utiliser les modes

Bien, maintenant qu'on a compris comment on construit les modes, et quelles sont leur caractéristiques, il faut apprendre à les utiliser. Pour ca c'est assez simple, tout va se jouer sur la grille d'accord. Plus la grille d'accord va être complexe (c'est à dire avec des accords de 7ème partout), moins on aura de "liberté" dans le choix des modes. En effet, on va ressortir le lien établi plus haut entre mode et accords, et je vais le renoter clairement :

  • Ionien et Lydien ca correspond à un accord Maj7
  • Dorien, Phrygien et Aéolien ca correspond à un m7
  • Mixolydien ca correponds à un 7
  • Locrien à un m7b5

Grille d'accords

Donc dans notre grille d'accord, à chaque fois qu'on va rencontrer un accord Maj7, on va pouvoir jouer Ionien ou Lydien. Quand on a un m7, on peut jouer Dorien, Phrygien ou Aéolien. Quand on rencontre un 7 et un m7b5, on a pas le choix : il faut jouer mixolydien et locrien respectivement.

Prenons un exemple ultra-bateau : une grille blues : G7 C7 D7.

  • Sur G7, on va devoir jouer sol mixolydien (ce qui correspond à do majeur),
  • sur C7 on va jouer do mixolydien (fa majeur),
  • sur D7 on joue ré mixolydien (sol majeur).

Déjà là, ca parait simple sur le papier, mais ca permet des possibilités énormes, et ca demande un réel effort de changer de gamme à chaque accord. Il faut bien évidemment jouer ca intelligement, et ne pas s'amuser à monter et descendre les gammes n'importe comment, ca sert à rien, il faut trouver quelles notes vont vraiment sonner, donc on va se baser sur le travail de "différences" qu'on a fait entre chaque mode et la gamme majeure. Dans le cas de mixolydien, la seule note qui change c'est la septième, donc il va falloir l'utiliser.

Grille d'accords élaborée

Maintenant prenons une grille un peu plus élaborée : CMaj7 D7 GMaj7 A7 DMaj7 E7 AMaj7.

Ici je vais commencer par expliquer la grille d'accord : on a l'exemple le plus simple de l'utilisation de la cadence IV-V-I (petit apparté d'ailleurs : lorsqu'on attaque les modes, il faut s'habituer à voir les accords en temps que degrés dans la gamme, c'est beaucoup plus simple pour comprendre).

Analysons : CMaj7, ca peut être soit un degré I, soit un degré IV, donc soit on est en do majeur, soit en sol majeur. Le D7 qui vient juste après nous le dit tout de suite : on est en sol majeur puis que D7 ne peut être que le degré V. Et le troisième accord nous le prouve, puis que D7 joue sont role de 7ème de dominante et résoud sur le degré I. Seulement là on fait une ptite subtilité, une fois qu'on est arrivé sur notre degré I, on le considère ensuite comme un degré IV, ce qui nous permet de changer de gamme (on passe alors en ré majeur), et de refaire la cadence IV-V-I, puis ce I (DMaj7 maintenant) devient à son tour un degré IV etc.

Ce genre de grille peut tourner à l'infini en passant par les 12 tonalités, c'est d'ailleurs un exercice de tueur pour bosser ses accords et l'impro, tout les 3 accords on change de gammes. On peut simplifier un peu la grille en doublant chaque accord Maj7, ainsi on a clairement un accord I, puis dans la mesure suivante on le considère comme l'accord IV.

Bien maintenant qu'on a compris comment marche cette grille, essayons de voir quels modes jouer. Sur le premier accord, un Maj7, on a vu qu'on pouvait jouer Ionien ou Lydien. D'un point de vue théorique, on peut faire les deux. D'un point de vue pratique, comme on sait qu'on est en sol majeur, on va donc jouer le do lydien (du sol majeur justement). Sur D7, pas le choix, ré mixolydien. Et sur GMaj7 vient la première subtilité : comme on est en sol majeur, on va vouloir jouer Ionien. Oui mais il ne faut pas oublier qu'on va moduler ensuite en ré majeur, donc pendant cet accord GMaj7 on va d'abord jouer sol ionien pour ensuite passer à sol lydien. C'est déjà là une grande force des modes : sur un seul accord on peut moduler, ca restera harmoniquement juste. Alors évidement, il faut pas faire ca comme un bourrin, sinon ca va sonner faux. Un excellent exercice pour bien s'habituer à moduler, c'est de monter/descendre la gamme ou l'arpège sur chaque mesure. On se mets en doubles-croches, sur CMaj7 on monte do lydien, puis on le redescend, sur D7 on monte ré mixolydien, puis on le redescend, sur GMaj7 on monte sol ionien, et on redescend en sol lydien. Déjà là, on entend tout de suite la modulation.

Grille d'accords simple

Dans le cas d'une grille plus simple par contre (genre un C F G C), comme on n'a pas de septième, on a beaucoup plus de liberté dans le choix du mode. On peut évidemment se dire que dans cette grille, on est en do majeur, donc sur C on joue do ionien, sur F on joue fa lydien et sur G on joue sol mixolydien, mais rien ne nous y oblige. On peut s'amuser à jouer lydien tout le long, ca va nous faire moduler à chaque accord. Jvous garantie pas que ca sera beau à entendre, mais ca sera harmoniquement juste.

Alors évidemment, soyons pas con. On a fait le rapprochement degré=accord=mode, mais ce n'est pas complètement strict. Exemple sur la grille d'accord blues, jouer dorien tout le long ca sonne de la mort. Pourquoi ? Parce qu'on retrouve la même septième mineure que dans mixolydien (et dans l'accord 7), sauf qu'on a une tierce mineure en plus (qui vient frotter avec la tierce majeure de l'accord 7). Ca vous rappelle rien ? Genre quand vous jouez la gamme penta mineure sur chaque accord ? On avait la aussi une tierce mineure et une septième mineure. Du coup, sans le savoir, lorsque vous utilisez la penta mineure sur une grille blues, vous jouez dorien.

Voilà, je pense avoir fait le tour de la base des modes, après il y a encore énormèment de travail à faire, et ce pour chaque mode séparemment. Notamment trouver les pentas qui sonnent bien, utiliser les arpèges enrichies (9ème, 11ème, 13 etc...), ajouter la note blues, trouver des notes de passages qui vont amener une couleur légérement différente etc.... Et bien évidemment, on peut refaire tout ce travail des modes sur la gamme mineure harmonique. Petit exemple tout bête : prenez mi phrygien (donc do majeur, ce qui est également la mineur), mais remplacez le sol par le sol# de la mineur harmonique, et vous obtenez une machine à faire de la musique espagnole.

Certains guitaristes prétendent qu'il faut passer 10 ans pour maitriser un mode, je pense qu'on doit pas être loin de la vérité vu la complexité et les possibilités infinies qu'on peut avoir. On pourrait écrire un bouquin entier sur chacun des modes sans pouvoir expliquer toutes les possibilités.

Commentaires

facebook
Suivez-nous sur Facebook!
forum
Besoin d'aide? Posez-nous vos questions !
La musique est le langage des passions, mais toutes les passions ne gagnent pas à être mises en musique.
(Christoph Martin Wieland)