Vous débutez ? Ne manquez pas nos cours de guitare pour débutant exclusifs !

L'harmonie pour les nuls 3 : les intervalles

Après avoir vu le nom des notes, les tons et demi-tons, et la construction de la gamme majeure nous allons maintenant nous intéresser à comment nommer les intervalles. Ce n'est qu'une question de vocabulaire, il n'y aura pas de révélation magique, mais c'est indispensable pour les cours suivants.

Prérequis pour ce cours : L'harmonie pour les nuls 1 : les notes, L'harmonie pour les nuls 2 : la gamme majeure,
Travailler ce cours : Aucun




Vous aimez ? Abonnez-vous sur notre chaine YouTube !

Petit topo sur les noms des intervalles. Ca ne sert pas à grand chose concrétement, à part pouvoir communiquer facilement. Plutot que de dire "fais moi un intervalle de 4 tons et demi", vous direz "fais moi une sixte majeure". Comme d'hab, je vous encourage à prendre des notes, essayer de re-calculer les intervalles dont jvais parler, organiser tout ca sur papier de différentes façons, bref vous habituer à manipuler tout ca de la même façon qu'on s'habitue à apprendre à additionner : en s'entrainant, encore et encore.
 

Bases pour comprendre les intervalles

Quelques notions généralistes tout d'abord (surtout du vocabulaire pour bien comprendre la suite) :
 

  • un intervalle c'est la distance en ton et demi-ton entre deux notes
  • le nom complet d'un intervalle est composé du nom de l'intervalle ET d'un qualificatif. Exemple : tierce majeure, le nom c'est "tierce", le qualificatif c'est "majeure". Il existe d'autres types de tierces, qui ne varient donc que par leur qualificatif
  • on peut parler d'intervalle harmonique, mélodique ascendant, et mélodique descendant. Un intervalle harmonique, c'est quand les deux notes sont jouées en même temps, un intervalle mélodique, c'est quand les deux notes sont jouées à la suite, ascendant quand on va des graves vers les aigües, descendant quand on va des aigües vers les graves. Ca sert pas à grand chose, mais faut bien que jdonne raison à tout les gens qui disent que la théorie ne sert à rien
  • au même titre qu'il existe des notes enharmoniques (deux notes de noms différents mais de même hauteur), il existe des intervalles enharmoniques : un même intervalle peut porter plusieurs noms.

Construction des intervalles

Alors pour appendre les intervalles, il serait aisé d'en récupérer une liste complète et de les apprendre par coeur. Mais je trouve ca plus intéressant d'apprendre comment ils sont formés, pour pouvoir les retrouver si jamais vous avez un trou. Et du coup, je ne te donnerais pas de liste complète des intervalles, je vous laisserais la faire vous-même (je donnerais une correction à la demande en cas de doute).

Donc nous allons partir de la gamme de do majeur, qui contient pour rappel les notes :
do - ré - mi - fa - sol - la - si - do

On va décider de nommer chaque note selon son degré. Ca c'est tout simple, la première note c'est le degré I (en chiffre romain), la deuxième note le degré II etc. Donc le degré IV de la gamme de do majeur, c'est fa.

Ensuite on va définir tout les intervalles de la gamme par rapport au degré I. C a d l'intervalle entre le degré I et II, entre le degré I et III, entre I et IV, I et V etc.

Concrètement on va définir tout ces intervalles :
do - ré
do - mi
do - fa
do - sol
do - la
do - si


Pour leur donner leur nom, on va se baser sur leur degré aigu en changeant un peu le nom de façon pseudo-intello :

do - ré, degré I et degré II => deux => seconde
do - mi, degré I et degré III => trois => tierce
do - fa, degré IV => quatre => quarte
do - sol => cinq => quinte
do - la => sixte
do - si => septième

A noter que ce système de nommage marche avec n'importe quelle gamme majeure. En la majeur par exemple, la seconde c'est si, la tierce c'est do#, la quarte c'est ré etc.

Il nous manque maintenant les qualificatifs. On va trouver deux types d'intervalles : ceux qui sont justes, et ceux qui sont majeurs/mineurs. Ca c'est à apprendre par coeur : les quartes et quintes sont justes, les autres (secondes, tierces, sixtes, septièmes) sont majeurs ou mineurs. Comme on est dans la gamme majeure, tout les intervalles sont justes ou majeurs, pas de mineurs pour le moment.

Donc là on peut déjà quantifier les intervalles qu'on vient de voir en calculant l'intervalle entre les notes :

do-ré = seconde majeure = 1 ton = 2 demi-tons
do-mi = tierce majeure = 2 tons = 4 demi-tons
do-fa = quarte juste = 2,5 tons = 5 demi-tons
do-sol = quinte juste = 3,5 tons = 7 demi-tons
do-la = sixte majeure = 4,5 tons = 9 demi-tons
do-si = septième majeure = 5,5 tons = 11 demi-tons
(n'hésitez pas à recalculer tout ca, dans d'autres gammes également, ca fait travailler)

Comme vous le constatez, on a des "trous", on n'a pas de nom pour les intervalles de 3 demi-tons, 6 demi-tons etc.

Pour combler ca on va varier les qualificatifs :

  • à partir d'un intervalle majeur, on peut le rendre mineur en le diminuant d'un demi-ton
  • pour TOUT les intervalles, on peut le rendre "diminué" ou "augmenté". Pour les justes c'est facile : on retire ou on ajoute un demi-ton. Pour les majeurs/mineurs, le diminué est situé un demi-ton en dessous du mineur, l'augmenté un demi-ton au dessus du majeur.


Pour résumer de façon un peu graphique on va avoir :

augmenté = juste + 1 demi-ton
juste
diminué = juste - 1 demi-ton

ou alors :

augmenté = majeur + 1 demi-ton
majeur
mineur = majeur - 1 demi-ton
diminué = mineur - 1 demi-ton = majeur - 2 demi-tons

A partir de là, on peut facilement créer une liste de tout les intervalles possibles, il n'y aura plus un seul trou. Par exemple :
 

  • tierce majeure = intervalle entre do et mi = 2 tons
  • du coup tierce mineure = 1,5 tons (2 tons - 1 demi-ton)
  • tierce augmentée = 2,5 tons (2 tons + 1 demi-ton)
  • tierce diminuée = 1 ton (2 tons - 2 demi-tons)


Comme vous pouvez le constater, la tierce augmentée est un intervalle enharmonique de la quarte juste, et la tierce diminuée est l'intervalle enharmonique de la seconde majeure. Evidemment, vu qu'il existe beaucoup d'intervalles enharmoniques, il y en a qu'on retrouvera plus souvent que d'autres. En voici une liste (pas très exhaustive, ca va dépendre des styles etc...) des principaux à connaitre :

  • seconde majeure et mineure
  • tierce majeure et mineure
  • quarte juste et augmentée
  • quinte diminuée, juste et augmentée
  • sixte majeure et mineure
  • septième majeure, mineure et diminuée.

Les autres sont plutôt rares.

Faut pas forcèment les apprendre par coeur, mais être capable de les recalculer assez vite, pour qu'après à force vous les reconnaissiez instantanément.

Bon évidemment tout ca c'est pour définir les noms des intervalles, mais ce n'est pas limité à la gamme de do majeur. Vous pouvez donc calculer la quarte augmentée d'un fa#, ou la septième mineur d'un sol, ou tout ce que vous voulez. C'est le but justement


Normalement, vous avez tout compris jusque là. Si c'est pas ultra-clair, relisez, écrivez, essayez avant de passer aux cours suivants.

Ce qu'on a vu là, c'est le principal pour comprendre les intervalles, mais on peut rajouter 2-3 autres notions (pas forcément importantes, mais par curiosité c'est toujours sympa). Ce qui suit est donc FACULTATIF.
 

Notions complémentaires

Unisson et l'octave

J'en ai pas parlé plus haut, mais il existe les intervalles d'unisson (0 ton, c a d l'écart entre une note et elle même), et d'octave (6 tons, l'écart entre une note et la même note plus aigüe). Ces deux intervalles sont à considérer comme justes, et du coup on peut les diminuer et les augmenter (pour obtenir des trucs bizarres, genre un unisson diminué qui fait -1 demi-ton et ce genre de conneries). Généralement on ne mets pas de qualificatif pour ces intervalles, on parle juste d'unisson et d'octave.
 

intervalle simple et intervalle double (ou composé)

Un intervalle simple fais moins d'une octave, un intervalle double fais plus d'une octave. Exemple : l'intervalle entre do et sol. Si le sol et compris entre le do et le do à l'octave au dessus, c'est un intervalle simple. Si le sol est plus aigu que le do à l'octave au dessus, on parle d'intervalle double. Ca reste les mêmes noms (une quinte juste dans notre cas). J'en profite pour dire qu'on parlera plus tard (quand on sera dans l'harmonisation) des intervalles de neuvième, onzième et treizième, qui sont des intervalles composés.
 

Intervalle sur-augmenté et sous-diminué

Pour couper le cheveux en quatre, on peut sur-augmenter un intervalle (un demi-ton de plus qu'un intervalle augmenté), ou le sous-diminuer (un demi-ton de moins que le diminué). Mais ca, perso, j'ai jamais vu de cas ou c'était utile.
 

L'enharmonie

On va ENFIN avoir une raison de faire la différence entre les dièses et les bémols. Exemple : la tierce mineure est située un demi-ton en dessous de la tierce majeure. En do majeur, la tierce majeure c'est l'intervalle do-mi. 2 tons donc. Donc la tierce mineure fais 1,5 tons. C'est donc un ré# ou un mib. Et c'est là que le nom de la note va avoir son importance : le mi bémol, c'est la tierce majeure (mi), qu'on a diminué d'un demi-ton avec le bémol. Le ré#, c'est la seconde majeure (ré) qu'on augmente d'un demi-ton grace au dièse.
Mais au final oui, ca sert toujours à rien, ca ne reste qu'une convention de nommage.
 

Les intervalles complémentaires

Pour chaque intervalle, il existe l'intervalle complémentaire qui complète l'octave. Exemple : une tierce majeure (entre do et mi) fais 2 tons, l'intervalle complémentaire sera entre mi et do, et fera donc 4 tons (pour qu'entre do et do ca fasse 6 tons). 
Le truc intéressant à noter, c'est que le nom de l'intervalle + le nom de l'intervalle complémentaire fera toujours 9. L'intervalle complémentaire de la tierce qu'on vient de voir, c'est une sixte. (Tierce == 3) + (Sixte == 6) = 9. 
 

Le triton

C'est l'intervalle de quarte augmentée ou de quinte diminuée qui fait 3 tons (d'ou le nom). Il a la particularité de séparer l'octave (de 6 tons) en deux parties égales. L'intervalle complémentaire du triton est donc le triton.
 

Conclusion

  • on part de la gamme de do majeur
  • on nomme chaque intervalle entre do et chaque degré
  • les qualificatifs sont justes ou majeurs
  • on dérive alors les mineurs, augmentés et diminués


Entrainez vous à recalculer tout les intervalles, faites vous la liste complète de tous les intervalles possibles, faites ca avec d'autres gammes (avec plein de dièses et bémols pour faire réfléchir la tête), prenez une note au hasard et choisissez un intervalle au hasard, et trouvez donc la deuxième note correspondante.

Encore une fois, prenez le temps de manipuler tout ca avant de passer à la suite !

Espace Membre
La musique est l'âme du langage.
(Max Heindel)
W3C
(c) 2000-2014 tabs4acoustic.com
Sauvez T4A, tuez une pub !