Vous débutez ? Ne manquez pas nos chansons faciles pour débutant et leurs accords simples !
RSS T4A Pinterest T4A Youtube T4A Twitter T4A Facebook T4A Google+

L'harmonie pour les nuls 4 : le chiffrage d'accords

Besoin d'aide à propos de ce cours de guitare ?Aide
Sauvergarder ce coursSauvegarder
Le chiffrage d'accords consiste à trouver quelles notes composent un accord, il est indispensable de savoir le faire correctement quand on s'intéresse à l'harmonie, l'improvisation et bien d'autres choses.

Prérequis pour ce cours : L'harmonie pour les nuls 1 : les notes, L'harmonie pour les nuls 2 : la gamme majeure, L'harmonie pour les nuls 3 : les intervalles,
Travailler ce cours : Aucun




Vous aimez ? Abonnez-vous sur notre chaine YouTube !

Nous allons donc maintenant attaquer le premier cours vraiment important. Tout le reste n'était là que pour poser les bases du vocabulaire, donc maintenant je vais utiliser les vrais mots quand on parlera des notes et des intervalles, sans prendre le temps de ré-expliquer tout ca. Si vous avez le moindre doute, revenez sur les cours précédents avant de poser une question. Pour bien travailler, n'oubliez pas qu'un (excellent) dictionnaire d'accords guitare avec photos est disponbile sur le site.
 

Qu'est-ce que le chiffrage des accords ?

En quoi ca consiste ? Et bien c'est assez simple : on va donner un nom à chaque accord. Chaque accord peut porter un nom (voir même plusieurs), et le nom d'un accord nous indique les notes qui le composent. Ca nous permettra par la suite d'analyser des grilles d'accords, de comprendre quelles notes les composent. Cela nous permettra également d'harmoniser la gamme majeure dans le prochain cours (harmonisation de la gamme majeure). 
 

Quelques généralités

  • il n'y a pas de liste finie d'accords existant. On peut virtuellement en créer une infinité, n'importe quelle combinaison de notes étant un accord, même si c'est horriblement faux. Tapez du poing sur un piano, ca fera un accord. Grattez toutes tes cordes à vide, un autre accord.
  • théoriquement parlant, un accord est composé de minimum 3 notes. Si ce n'est que 2 notes, c'est un intervalle. Mais par abus de langage on parle parfois quand même d'accord (comme dans le cas des power chords qu'on verra plus bas)
  • le chiffrage des accords n'est pas une science clairement définie. Un même accord peut porter plusieurs noms (parfois dépendant du contexte), certains attributs des accords peuvent s'écrire de différentes façons etc... En plus de ca il y a différentes traditions (des différences entre le classique et le jazz par exemple, que j'expliquerais pas maintenant), et certains symboles écrits qui se perdent car difficilement utilisable sur un pc. Bref il y a toujours une part d'interprétation, impossible de créer un algorithme qui fonctionnera à 100%, à vous de prendre vos propres habitudes de notation, le principal étant d'être compris et de comprendre les autres.
  • on parle ici uniquement des notes qui composent les accords, rien à voir avec les positions des accords. Un accord C c'est un accord C, quelle que soit la position dans laquelle on le joue.
  • on commencera par voir les principes du chiffrage de façon purement théorique, on verra comment appliquer ca à la guitare plus tard
  • lorsqu'on parle des notes qui composent un accord, on parle des notes DIFFERENTES. Ainsi si dans un accord on joue trois do, un mi et un sol, on considérera seulement trois notes : do mi sol. L'ordre des notes est également peu important, que ce soit do-mi-sol, mi-sol-do, sol-mi-do ou autre, on ramènera toujours ca dans l'ordre do-mi-sol (on apprendra comment après).
  • le nom d'un accord peut être représenté sous la forme d'un symbole (Cm7) et de son nom complet (do mineur sept). Il faudra apprendre à lire les symboles, parce que si vous dites à voix haute "C aime 7", vous aurez l'air un peu con :P
  • quand je nomme des intervalles dans la suite du cours, c'est toujours par rapport à la fondamentale de l'accord.

La fondamentale

La fondamentale d'un accord, c'est la note la plus importante. C'est celle qui donne son nom à l'accord, et qui servira de basse dans la plupart des cas. Ce n'est pas toujours évident de définir la fondamentale dans un accord, cela peut dépendre du contexte et du style, mais on verra 2-3 ptits trucs pour ça plus bas.
Ce qu'il faut retenir pour l'instant, c'est que dans un accord do majeur, la fondamentale est un do. Si la fondamentale d'un accord est un mi, ca sera un accord de mi "quelquechose".
 

Le type de l'accord

On appelle ca parfois la qualité, c'est ce qui va définir quelles notes vont accompagner la fondamentale. Pour former un accord complet, on fait souvent un assemblage de plusieurs types, tellement les combinaisons sont trop nombreuses pour en faire une liste exhaustive. On verra une courte liste pas exhaustive pour avoir une base de travail, et voir les accords les plus importants pour le moment.

Construction des accords principaux

Un accord de 3 sons c'est tout simplement un accord composé de 3 notes. Les accords de 3 sons les plus courants sont composés d'une fondamentale, d'une tierce et d'une quinte, on verra les autres plus tard.

Pour chiffrer cela, c'est assez simple : 

  • si la quinte est juste, on ne précise rien. En cas de quinte diminuée ou augmentée, on le précisera (b5 ou 5b pour la quinte diminuée, + pour la quinte augmentée).
  • si la tierce est majeure, on a affaire à un accord majeur et on ne précise rien, si elle est mineure, on a affaire à un accord mineur (m).

Par la suite on se basera sur ces accords là, et on considérera les autres "types" comme des "enrichissements", des "extensions".

Accord majeur

Prenons do comme fondamentale.
Accord majeur : do-mi-sol. Mi est la tierce majeure de do, sol la quinte juste.

Pour construire le symbole, on prends le nom américain de la fondamentale ("C") et on rajoute les symboles (en l'occurrence aucun, la quinte est juste donc on ne précise rien, et la tierce est majeure donc on ne précise rien non plus). Du coup, do-mi-sol, c'est un accord C, qui se prononce do majeur (voir le diagramme et la photo de l'accord).

Accord mineur

Ici, il nous faut la tierce mineure et la quinte juste de do. Si vous avez bien compris les cours précédents, vous retrouverez facilement les notes do-mib-sol.

Le symbole sera donc Cm (C pour la fondamentale, m pour la tierce mineure, et rien pour la quinte juste), qu'on prononcera do mineur. A noter qu'on parle de mib et pas de ré#, ré# étant la seconde augmentée de do (souvenez vous des intervalles enharmoniques).

Accord diminué

Il est composé de la tierce mineure et de la quinte diminuée. Cela nous donnera donc do-mib-solb et s'écrira théoriquement Cmb5 (C + m + b5). On le croisera cependant plus souvent sous la forme C° ou Cdim (pouvant prêter à confusion avec les accords de 7ème diminuée qu'on écrit également C°, bref un bel exemple de bordel à cause de définitions pas toujours très claires). On peut le prononcer do mineur quinte diminuée (ou même quinte bémol, différence de tradition classique/jazz), mais plus souvent on dira do diminué.

Accord augmenté

Plutôt rare, il est composé de la tierce majeure et de la quinte augmentée. Il sera donc composé de do-mi-sol#, et s'écrira C+ (ou Caug). encore une fois, on peut dire do majeur quinte augmentée, mais plus souvent do augmenté tout court.

On peut théoriquement créer les accords do mineur augmenté (Cm+ == do mib sol#) et do majeur quinte diminuée (do-mi-solb, je détaille le symbole juste après), mais ils sont tout les deux chiffrables d'une autre façon un peu plus logique (qu'on verra pas tout de suite).

Pour le do majeur quinte diminuée, on a un problème pour le symbole. Vous me direz "on s'en fout, on les chiffre d'une autre façon", sauf qu'on rencontrera le même problème avec d'autres accords. Théoriquement, si onne  réfléchit pas, on mets un C pour la fondamentale, rien pour la tierce majeure, et b5 pour la quinte diminuée. Ca nous fait Cb5. Sauf que là, on ne sait pas si on a affaire à un C + b5 (do majeur + quinte diminuée) ou à un Cb + 5 (do bémol + quinte juste, on n'a pas encore vu ce cas là). Donc une solution peut être d'écrire C5b, là c'est sans équivoque. Mais ca peut ne pas marcher dans certains cas (si on a d'autres trucs à écrire après le 5b). Donc la meilleure solution pour être sure de pas se planter, c'est de mettre des parenthèses : C(b5). Là ya pas d'équivoque possibles. Ca alourdit un peu la notation, mais au moins on est sur de pas se planter.

Donc pour les accords de base, il faut retenir C, Cm, C° (ou Cmb5), C+. Les deux premiers sont évidemment les accords les plus courant, le troisième on le croisera bientôt, le dernier est très rare (à moins de jouer beaucoup de free jazz).
Avant d'aborder la suite du cours, habituez vous déjà à retrouver les notes de ces accords là avec n'importe quelle fondamentale. Qu'est ce qui compose un D ? un F#m ? un B+ ? un B° ? un Abm+ ? Entrainez vous, car par la suite 90% des autres accords seront basés sur ces 4 là avec d'autres notes en plus. 

Mais ce n'est pas fini pour autant ! En effet, j'ai dit que 90% des autres accords seront basés sur les accords majeurs, mineurs, diminués et augmentés, ca veut dire qu'il nous en manque 10%. Il s'agit là des accords suspendus, qui sont assez particuliers pour avoir droit à un paragraphe entier rien que pour eux.
Un accord suspendu, c'est tout simplement un accord majeur (ou mineur), dont on aura remplacé la tierce. Du coup attention aux abus de langage, un accord suspendu ne peut PAS être majeur, ni mineur, puisqu'il n'y a plus de tierce. 

Accord suspendu

On trouvera deux types d'accords suspendus : sus2 et sus4 (qu'on prononce en vrai sus2 et sus4, ou si vous avez envie de vous faire chier vous pouvez dire suspendu 2 et suspendu 4). Dans le premier cas, la tierce sera remplacée par une seconde majeure (sus2), dans le deuxième cas par une quarte juste (sus4).

Donc les exemples, toujours en do :
Csus2 = do-ré-sol. Ré est bien la seconde majeure, on a aucune tierce
Csus4 = do-fa-sol.

Ici, nous allons pouvoir observer un phénomène intéressant : prenons un Csus4, composé des notes do-fa-sol. Mélangeons un peu les notes, et considérons que le fa est notre fondamentale, en mettant les notes dans l'ordre ca nous fais : fa-sol-do. Si on analyse cela, on se rends compte que sol est la seconde majeure de fa, et que do est la quinte juste de fa. Ce qui nous fais un Fsus2.
 
On se rends donc compte que le Csus4 est composé des mêmes notes que le Fsus2. Suivant le cas l'accord pourra donc porter un nom ou l'autre. Il faut donc bien retenir qu'un accord peut porter plusieurs noms suivant quelle note est considérée comme fondamentale, ce qui nous amène au paragraphe suivant.

Accord de puissance (Power-chord), cas particulier

Je suppose que, comme beaucoup, vous savez déjà jouer des power-chord.

Si on regarde les notes d'un power-chord en do, on aura un do, un sol, puis un autre do (et encore, pas toujours pour le deuxième do). Concrètement, cela se résume à deux notes : do-sol.

Théoriquement, ce n'est donc pas un accord, mais un intervalle de quinte juste. Toutefois, c'est une exception à la règle.
L'accord se chiffrera simplement "5", c'est à dire C5. Implicitement ca signifie qu'il n'y a pas de tierce, juste la fondamentale et la quinte juste.
 

Comment trouver la fondamentale ?

Jusque là on avait choisi notre fondamentale, et on avait créé des accords à partir de cette fondamentale. Mais que faire quand on se retrouve face à trois notes, genre fa# ré et la, pour savoir quelle est la fondamentale?

Il y a une méthode assez simple qui marchera dans la plupart des cas (simples):

  1. Pour commencer, on va mettre les notes dans l'ordre des graves vers les aigues, ce qui nous fais : fa# la ré.
  2. On va ensuite considérer chaque note comme fondamentale potentielle, qui nous donne trois accords possibles : fa#-la-ré, la-ré-fa#, ré-fa#-la.
  3. Il n'y a plus qu'à voir dans quel cas on a une tierce et une quinte.

Dans notre exemple, c'est le ré-fa#-la. fa#-la-ré ca nous aurait fait fondamentale-tierce-sixte, la-ré-fa# ca nous aurait fait fondamentale-quarte-sixte. Faut également être vigilant par rapport aux notes enharmoniques, si vous voyez écrit ré-solb-la quelque part, ya de fortes chances que ce soit une erreur et il faut le considérer comme un ré-fa#-la.

Pour finir, on calcule si la tierce est majeure/mineure et si la quinte est juste/diminuée/augmentée pour en définir le chiffrage, ce qui nous donne un ré majeur == D.
Je précise qu'il existe d'autres méthodes, plus complètes, pour chiffrer des accords plus complexes, mais j'en parlerais plus tard, pour l'instant ceci devrait vous suffire. 
 

Exemple pratique avec Cm+

J'en profite également pour rebondir sur ce que je disais plus haut à propos des accords mineur+quinte augmentée et majeur+quinte diminuée (enfin surtout le premier, le deuxième fait appel à des connaissances qu'on n'a pas encore vues ici).

Essayons donc de trouver un accord Cm+.

Ca nous fait :

  • do (fondamentale),
  • mib (tierce mineure),
  • sol# (quinte augmentée).

Comme je sais déjà ou on va aller je vous aide, considérons le sol# comme un lab. Ca nous fais donc do-mib-lab.

Et si on essayait de trouver une autre fondamentale à part do ? Je vous laisse chercher, vous devriez vite tomber sur un autre accord beaucoup plus simple à chiffrer que Cm+. Si vous avez un soucis, n'hésitez pas à demander de l'aide sur le forum !

Donc encore un bel exemple de manipulation de chiffrage d'accords. On prends un accord bizarre, qu'on a pas l'habitude de voir, et on se rends compte qu'en fait c'est un autre accord beaucoup plus simple. La leçon a retenir, c'est que si vous chiffrez un jour un accord et qu'il vous parait bizarre ou tiré par les cheveux, ya peut être un autre moyen de le chiffrer.

Comment chiffrer un accord : Résumé

  • les accords qu'on a vu pour le moment sont composés d'une fondamentale, une tierce et une quinte, plus les cas particuliers des accords suspendus et du power chord
  • on prend la fondamentale comme symbole de base, on ajoute un "m" si la tierce est mineure, un "+" si la quinte est augmentée, un "b5" si la quinte est diminuée, rien dans les autres cas
  • on réfléchit toujours si il n'y a pas d'autres façon de chiffrer en considérant les autres notes comme fondamentales (on apprendra à se servir du contexte plus tard)
  • le chiffrage d'un accord, c'est un vrai bordel
  • les accords à retenir : C, Cm, C°, C+, Csus2, Csus4, C5 (pas que en do évidemment)


Entrainez vous à chiffrer des accords à droite à gauche (dans les deux sens, prenez des notes et chiffrez les, prenez un accord et déduisez en les notes). Tu peux aussi t'amuser à regarder quelles notes composent les accords que tu joues à la guitare. Genre si vous faites un G, calculez d'abord quelles notes vous êtes censé trouver, et regarde si c'est bien celles que tu joues sur ton manche.

Comme d'hab, si vous avez la moindre question, n'hésitez pas à les poser sur le forum !

Commentaires